Thomas d’Aquin


PLANCHE N° 2, AVANT LA PAGE 32

[Le Christ administrant la communion]
Jean de COURBES (actif à Madrid vers 1621-1641), graveur
D’après Melchior PRIETO (?-1648), inventeur ?
1622
Burin
C. de pl. : 26 x 18,3 cm.

© Biblioteca nacional de España

Lettre
1. En bas de l’image
À gauche : Mr Prieto inuentor
À droite : Iuan de Courbès Sculptor
2. Dans le cintre, au-dessus du Christ
An[tiphon]a. 2. Ad Vesp.
3. Dans la marge supérieure
MISERATOR DOMINVS ESCAM DEDIT TIMENTIBVS SE, IN MEMORIA[M] SVORV[M] MIRABilium
4. Dans la marge inférieure
CIRCVNDABO ALTARE TVVM DOMINE, VT ENARREM VNIVERSA MIRABILIA TVA. Ps. 25.
5. Partant de la bouche du Christ
Miseror super turbam, non habent quod ma[n]ducent manducate ex hoc omnes. Mar. 8.
6. Partant de la bouche du premier des communiants
Mirabilia opera tua, et anima mea cognoscet nimis. Psal. 138.
7. Autour de la tête du personnage à gauche de l’autel
S BONAVE[N]TVRA
8. Partant de la bouche de Bonaventure
Volu[n]tate[m] time[n]tium se faciet et de precationem eoru[m] exaudit et saluos faciet eos. Ps. 144.
9. Autour de la tête du personnage à droite de l’autel
S. THOMAS
10. Partant de la bouche de Thomas
Venite et audite et narra= bo omnes qui timetis Deu[m] qua[n]ta fecit / animæ meæ. Ps. 63.
11. Partant du bec du pélican nourricier
Sicut pellicanus in Solitudine. Ps. 102. n. 7.
12. Sous les petits du pélican
Quomodo miseretur Pater filtrorum misertus est dominus timentibusse. Psal. 102. n. 13.
13. Au-dessus des personnages placés dans le paysage
Facite homines discumbere Io. 6.

Image
La scène du premier plan se déroule à l’intérieur d’une église. Le Christ, revêtu des habits liturgiques d’un prêtre, donne la communion à des fidèles agenouillés devant lui et vus de trois quarts vers la droite. Le Christ se tient devant un autel. Il est accompagné de deux anges, agenouillés sur les marches de l’autel. Le plus proche du spectateur tient une coupe. Une seconde coupe repose sur le corporal de l’autel. Une ample crédence est figurée au premier plan, à côté de l’autel. Entre la crédence et l’autel se tient Thomas d’Aquin, sa poitrine ornée du soleil de la science. De l’autre côté de l’autel, saint Bonaventure lui fait pendant. Il porte dans le dos son chapeau cardinalice. En guise de retable, encadrée par des rideaux, est dressée une tapisserie figurant un pélican nourrissant ses petits, symbole de l’eucharistie.
En arrière-plan, se donne à voir par la fenêtre, le récit de la multiplication des pains, lorsque le Christ invita ses disciples à faire asseoir la foule.