Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, 1662)

[Saint Thomas d’Aquin]
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
Pierre II MARIETTE (1634-1716), éditeur
S. d. [1662]
Burin
Tr. c. : 11,9 x 14 cm
Vignette de titre pour THOMAS D’AQUIN (1225-1274), Sancti Thomæ Aqvinatis Sacri Ord. Prædicatorvm Svmma Theologica […] In tres partes ab avctore svo distribvta. […] Editio nouissima, in qua præstitum quid sit, sequenti pagellâ indicatur, Coloniæ & vænunt Parisiis, Apud Sebastianvm & Gabrielem Cramoisy, Dionusivm Bechet, Petrvm le Petit, Lvdovicvm Billaine, & Fridericvm Leonard, 1662.
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, 340 A 28.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans le bas de l’image
Mariette excud
2. Sur la tranche du livre de gauche
GREGOR X
3. Sur le phylactère partant de ce livre
QUOT ARTICULOS TOT MIRACULA.
4. Sur la tranche du livre de droite
BVCERVS
5. Sur le phylactère partant de ce livre
Tolle Thomam et dissipabo Ecclesiam
6. Sur la tranche des livres de l’étagère de gauche
IN EPIST PAVLI ; IN CANTICA ; MVD VIL
7. Sur la tranche des livres de l’étagère de droite
ICN ; SVMMA

Image
La vignette est rectangulaire et de format « paysage ». Thomas d’Aquin est présenté debout derrière une table. Vêtu de l’habit de son Ordre, il est doté d’une auréole et du soleil de la sagesse et de la science. La colombe de l’Esprit Saint vient l’inspirer du côté de l’oreille gauche. Le poing gauche de Thomas écrase un livre duquel s’échappent un phylactère portant une parole attribuée à Martin Bucer et un serpent. Du côté de la main droite, apposée sur la poitrine, un livre est surmonté d’une tiare, celle de Grégoire X. Un deuxième phylactère porte les paroles d’admiration de ce pape à l’égard des écrits de Thomas d’Aquin.

États
Premier état : sans la mention de Mariette comme éditeur. France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd mat2 (Thomas d’Aquin, saint), H 181466
Second état, celui décrit : France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 340 A 28 ; cote : 340 A 29[1]

[1] Jean Nicolaï (1594-1673), Svmma Theologica Thomæ Aqvinatis qvinti Ecclesiæ Doctoris ivre merito Angelici, Ordinis Fratrvm Prædicatorvm […] Per R. P. F. Ioannem Nicolai, eiusdem Ordinis alumnum ac in Parisiensi Facultate Sacræ Theologia Professorem, Parisiis, Apud Societatem, 1663.

Commentaire
L’estampe interprète la première planche de la Vie de Thomas d’Aquin éditée pour la première fois à Anvers en 1610, d’après les dessins d’Otto Van Veen [Cat. 1539].
La reprise de la vignette en 1663, montre un cuivre usé, à moins que celui-ci ait été mal encré pour l’exemplaire consulté.