Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (TOULOUSE, 1628)

[Saint Thomas d’Aquin, docteur]
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d. [1628]
Burin
C. de pl. : 14 x 8,2 cm ; ovale du portrait : 4,4 x 3,2 cm[1]

[1] Dimensions communiquées par Bernard Montagnes.

Titre illustré pour Jacques LAVAUR (?-1631), Don dv Corps de S. Thomas d’Aqvin & sa Translation à la Ville de Tolose traduict de latin en françois par J. Lauaur auocat Tolosain, A Tolose, Chez I. Boude & N. D’Estey, Prés le college de foix, 1628.
France, Toulouse, Bibliothèque du couvent Saint-Thomas d’Aquin – cote : 012 A THO.AQU Lav.

© Couvent des dominicains de Toulouse

Lettre
1. Au-dessus du médaillon
Don / dv Corps de S. Thomas / d’Aqvin / & sa Translation à la Ville de Tolose / traduict de latin en françois par / J. Lauaur auocat / Tolosain
2. Dans le cartouche sous le médaillon
A Tolose, / Chez I. Boude & N. D’Estey. / Prés le college de foix
3. Au-dessus du trait carré inférieur, au centre
1628

Image
Une architecture en cintre brisé met en valeur un médaillon figurant Thomas d’Aquin et, dans la brisure du cintre, les armoiries de la ville de Toulouse où l’auteur, Jacques Lavaur (ou Jacques de Lavaur), docteur en droit et avocat, fut capitoul en 1626.
Le saint est présenté assis à sa table de travail, de trois-quarts vers la droite mais la tête tournée vers la gauche. Sa chape s’orne d’un soleil et des rayons lui forment auréole. Il tient de la main droite une plume avec laquelle il annote un livre posé sur un coussin. Son bonnet de docteur est posé près du livre. De la main gauche, le saint tient un ostensoir contenant une hostie gravée d’un Christ en croix.

Armoiries
Armoiries de la ville de Toulouse : coupé, en pointe, de gueules à la croix cléchée et pommetée d’or, sur une hampe du même posée en pal, accompagné à dextre d’un château donjonné de trois tours et à senestre d’une basilique de trois clochers, le tout d’argent maçonné de sable, à l’agneau pascal aussi d’argent, la tête nimbée et contournée ; au chef d’azur semé de fleurs de lys d’or.

États
Un seul état : France, Toulouse, Bibliothèque du couvent Saint-Thomas d’Aquin – cote : 012 A THO.AQU Lav

Bibliographie
2011, MONTAGNES, p. 205, fig. 3

Commentaire
Le texte de l’ouvrage est daté du 20 mai 1628 mais il ne reçut sa dernière approbation que le 6 juin 1628, soit cinq jours avant la Pentecôte durant laquelle les reliques de saint Thomas d’Aquin et sa nouvelle châsse devaient être solennellement installées dans le monumental mausolée érigé par les dominicains au centre de leur église.
L’opuscule est constitué de deux parties distinctes. La première (p. 3-50) est adressée aux capitouls pour leur rappeler les pratiques de leurs prédécesseurs dans la vénération des reliques de saint Thomas d’Aquin. La seconde (p. 51-66) relate le don et l’arrivée du corps de Thomas d’Aquin aux Jacobins de Toulouse en 1369 (noté 1368).