Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, avant 1719)

Face Oriantale du Mauzolée de St Thomas d’Aquin
Nicolas GUÉRARD (vers 1648-1719), graveur
S. d. [avant 1719]
Burin
C. de pl. : 28,8 x 18,2 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 31, t. 3, H 122949.

© Claire Rousseau

Lettre
1. En haut de l’image, de part et d’autre du sommet du mausolée
FACE ORIANTALE DU MAUZOLÉE DE ST THOMAS D’AQUIN / Dans l’Eglise des Dominiqueins à Toulouze avec les Noms des Figures qui y sont et les Inscriptions / des Tables soutenues par les Anges. Celle du milieu est S. Thomas avec cette Inscription soutenue par le Sim: / bole des Quatre Evangelistes. Nixus Evangelii Solio Cherubinus Aquinas. Vitalem ignito protegit En se Cibu[m].
Colonne de gauche : Splendissimi Catholicæ fidei Athletæ beati / Thomæ Aquinatis, Cujus Scriptorum clipeo / militans Ecclesia hereticorum Tela feliciter eludit. Paules V. / Angelicus Doctor sanctus Thomas / vi et veritate Doctrinæ suæ Aposto: / licam Ecclesiam infinitis confu: / tatis erroribus illustravit. Pius V. / Saint Pie. / S. Vincent Ferrier. / Donné par le Sr de Losque Escer
Colonne de droite : Angelicus divinæ voluntatis interpres / sanctus Thomas Aquinas, magnum / librorum numerum sine ullo prorsus / errire conscripsit. Clemen. VIII. / Quilibet Thomæ Doctrinam tenuit / non quam a veritatis tramite / deviavit et qui eam impugna: / vit semper fuit de veritate / suspectus. Innocens VI / Benoist XI. / S. Raymond de Pennafort / N. Guerard sculp. a Paris
2. Sous le mausolée
Cet Autel est le plus beau du Monde, par l’Ordre de son Architecture, la Science qui en fait la Decoration, par sa forme et sa singularité. / Il est a 4. faces ou sont 4. Autels 2. desquels sont Erigés en Retable, l’un dedié a St Thomas, l’autre a la Vierge et les deux des Cotés / ont une forme tres Magnifique, par la jonction des Pieces qui forment les extremités des deux autres, en sorte que cela ren: / ferme un grand vide, ou est Elevée la chasse du Saint de Vermeil, enrichie de Pierreries, qui se ferme par des Tableaux et qu’on / abaisse aux solemnités. il est de l’invention et de l’Execution de deux freres de ce Convent, nommé Borreriy de Besiere et Renat / Bourguignon, morts en 1658 et 1660. La Depense provient d’une queste, faite en Italie, en Espagne et en France. La hauteur / de l’Eglise est de 64 pieds de Roi de 12 Pouces, sa longueur de 220, sa largeur de 60, sans compter les Chapeles. Celle du Mausolée / est de 60, sa largeur de 30, son epaisseur de 15. St Thomas fut porté a Thoulouse le 28. Ianvier 1368, par Ordre d’Urbain V, a cause / que l’Eglise est Auguste, ou est la fondation de l’Ordre en un autre Convent qu’ils y ont, appellé Inquisition, a cause quelle sy exercoient [sic] et les Capitouls aloient / tous les ans faire leur Confession de Foy le jour de St Thomas Apostre, entre les mains de l’inquisiteur, ainsy son Prieur et le 1er de l’Ordre. Ce Convent qui / est Reformé, est toujours remply de Scavants et de Sts Personnages. Les Annales de cette Ville disent quil y fut receu avec une Pompe Extraordre et mit hors de / Dispute le Monastere de Fosse Neuve de Cisteaux, ou il mourut, l’an 1274, alant par ordre du Pape au Concile de Lyon, qui le contestoit a l’ordre, ce qui arriva / d’une maniere Extraordre car ce Pape qui estoit de l’Ordrde de St Benoist, irrité extremement contre les Dominiqueins, traittant d’Enlevement de leur part, / ce Corps qu’ils avoient receu du Comte de Fundi, qui l’avoit pris dans son Chateau, vouloit punir rigoureusement le P. Helie de Bergerac leur general, / mais ayant ordonné des prieres dans son Ordre le Pape fut si fort appaisé, qu’il donna ce Corps a ce General et meme le Chef, que Fosse-Neuve / retenoit. Il ordonna qu’il seroit le Patron de l’Université, qu’on y Enseigneroit sa Doctrine et luy enjoignit de la reprendre par tout, a quoy elle se / soumit par des Status et on y a souvent puny des Docteurs qui s’en ecartoient. Cette Université autrefois la plus fameuse du Monde pour le Droit. / Celebre dans leur Eglise ses solemnités, entre autres venerables Maximes y assiste a vne Messe Seche, y tient ses Assemblées, on y sonne la comune / Cloche de ses Classes. Cette Université marche dans les actions Publiques avec vne Dignité et vne Majesté incomparable, ses Robes sont de satein / rouge, assorties de quelques ornements que chacun porte de moire de differente couleur, les jesuites sont du Corps et revetus de meme, ils y donent / 5. Professeurs. Les Jacobins, Carmes et Cordeliers 5 autres qui ne portent qu’vn bonnet, les houpes de tous varient en couleur, / on y Dispute les Chaires, ce qu’on notiffie avant par tout le Royaume, puis l’Université choisit 3 d’entre les Contendans et le Roy en elit vn.

Image
Au-dessus des degrés d’un podium clos par une balustrade s’élève le mausolée de saint Thomas d’Aquin de l’église des Jacobins de Toulouse. Au centre de l’arche cintrée, la châsse ciselée est elle-même posée sur un piédestal. L’arc de triomphe est orné de statues : en bas à gauche, saint Vincent Ferrier qui prêcha dans les Jacobins et, en bas, à droite, Raymond de Peñafort, canonisé en 1601 et dont la fête est célébrée en janvier, comme celle de Thomas d’Aquin. Plus haut siègent les papes Pie V et Urbain V. Enfin, au plus haut, saint Thomas d’Aquin est figuré en pied, tenant en main un glaive de feu et un ostensoir en forme de soleil. Inspiré par l’Esprit Saint qui plane au-dessus de lui sous la forme d’une colombe, il écrase un hérétique.

Armoiries
Coupant la lettre inférieure, armoiries non identifiées, peut-être celles du donateur, Charles Le Marquetel, seigneur de Saint-Aubin de Losque et écuyer, ou celles d’un dédicataire.
Devise : IL A SCELE SA PIETE A SON EGARD

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Va 31, t. 3, H 122949

Bibliographie
1968, IFF, t. 5, p. 117, n° 141 ; 2007, COSTA, p. 215-218

Commentaire
L’identification des armoiries contribuerait grandement à préciser le contexte de la réalisation de l’estampe. Aucun nom de dédicataire n’étant indiqué, les armoiries sont peut-être celles du donateur.