Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (ANVERS ?, ?)

[La Rencontre de saint Thomas d’Aquin et de saint Bonaventure]
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d.
Burin
Épreuve rognée : 24,65 x 16,6 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Thomas d’Aquin), H181447.

© Claire Rousseau

Lettre
Sur le phylactère partant de la bouche de Thomas d’Aquin
Si quid aliter sapitis, id quoque Deus vobis reuelauit. Philipp. 3.

Image
Au premier plan, Thomas d’Aquin, accompagné par un dominicain, et Bonaventure, accompagné par un frère de son Ordre, se rencontrent. Outre l’habit de l’Ordre, la chaîne d’or permet d’identifier clairement Thomas d’Aquin qui est le seul personnage auréolé. Thomas tend un rameau d’olivier à saint Bonaventure et lui annonce que Dieu l’éclairera au sujet des points sur lesquels leurs avis divergent. Des angelots tiennent l’extrémité du phylactère sur lequel la proposition paulinienne de Thomas est inscrite. L’arrière-plan est construit en chiasme de type antimétabole. Derrière Thomas d’Aquin, saint Bonaventure, agenouillé, présente ses écrits à la Vierge Marie. Derrière Bonaventure, Thomas, lui aussi agenouillé, reçoit une approbation de la part du Christ en croix.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Thomas d’Aquin), H181447

Commentaire
La proposition d’une origine anversoise s’appuie sur le fait que Thomas d’Aquin porte une moustache. Ce détail s’observe principalement sur les estampes anversoises et, quelques fois, sur des estampes germaniques.
L’image, par la mise en scène de l’échange d’un rameau d’olivier assorti de la phrase de l’épître aux Philippiens (3, 15), cherche à apaiser les tensions des débats théologiques entre les deux écoles, celle des thomistes et celle franciscaine prenant appui sur les écrits de saint Bonaventure.
La scène de cette rencontre entre saint Bonaventure et saint Thomas d’Aquin avec, en arrière-plan, selon un chiasme, des scènes d’expériences spirituelles des deux saints, fut reprise au XVIIe siècle par Johann Wolfgang Baumgartner (1709-1761), dans un décor rocaille [Voir illustration ci-dessous].

ILLUSTRATION

THOMAS d’AQUIN ET BONAVENTURE

[La Rencontre de saint Thomas d’Aquin et de saint Bonaventure]
Johann Wolfgang BAUMGARTNER (1709-1761)
S. d.
Mine de plomb, encre grise, lavis, rehauts de blanc sur papier gris-bleu
50,5 x 37,1 cm
Autriche, Vienne, Albertina, 4247.

© Albertina