Louis de Grenade

LOUIS DE GRENADE (PARIS, 1743)

Louis de Grenade
L. F. [François-Bernard LÉPICIÉ (1698-1755) ?], graveur
D’après A. P. (?-?), peintre
Michel ODIEUVRE (1687-1756), éditeur
S. d. [1743-1765]
Burin
Portrait, c. de pl. : 13,8 x 10,7 cm
Feuille : 25,1 x 18,4 cm

 

 

 

 

Planche pour Jean-François DREUX DU RADIER (1714-1780), L’Europe illustre, contenant l’Histoire abregée Des Souverains, des Princes, des Prélats, des Ministres, des grands Capitaines, des Magistrats, des Savans, des Artistes & des Dames célèbres en Europe. Depuis le XVe Siécle compris, jusqu’à présent. Par M. Dreux Du Radier, Avocat. Ouvrage enrichi de Portraits, Gravés par les soins du feu Sieur Odieuvre. Tome Cinquieme, A Paris, Chez Le Breton, premier Imprimeur ordinaire rue de la Harpe, 1765, s. p.
France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : RES-G-1197 < Vol. 5 >.
Ici, France, Toulouse, Maison Seilhan, MS-ESB-6.

© Claire Rousseau

Lettre
1. À gauche de l’ovale
AP. Pinx.
2. À droite de l’ovale
L. F. Sculp.
3. Sur le corps de stèle
LOUIS DE GRENADE. / Religieux Dominiquain, / Né à Grenade, en Espagne, en 1504. Mort le 31 Décemb. 1588.
4. Sous la stèle
AParis chez Odieuvre Md d’estamp. rue d’anjou la derniere P. Cochere à gauche entrant par la rue Dauphine CPR.

Image
Louis de Grenade est présenté en buste et de profil vers la droite au centre d’un ovale à la bordure plate posé sur une stèle. Le religieux est en habit, sans doute sans chape. On notera l’ombre de la tête créée par le jeu des tailles.
La planche a été imprimée au milieu d’un passe-partout figurant un cadre à rocailles.

États
Un seul état : France, Toulouse, Maison Seilhan, MS-ESB-6 ; Versailles, Musée des Châteaux de Versailles et Trianon (portrait seul)

Commentaire
La planche fut initialement gravée en 1743 à l’initiative de Michel Odieuvre qui édita une série de portraits des grands Hommes, vendus à la feuille. Celui de Louis de Grenade fut salué par le Mercure de France de mars 1743, p. 532[1], sans plus de précision sur le graveur et le peintre dont seules les initiales sont indiquées.
Pour la reprise de la planche, Jean-François Dreux du Radier fit ajouter un passe-partout permettant d’agrandir la surface de l’illustration et valorisant le style austère de la mise en scène des portraits[2]. Le portrait est accompagné d’une notice biographique tenant sur une page recto-verso. Au total, l’auteur commenta environ six cents portraits de la série.

[1] États-Unis, New York, New York Public Library – cote : 335238.
[2] Le premier tome édité chez Odieuvre et Le Breton, en 1755, conserva les planches primitives sans passe-partout.