Tonget, Jacques

JACQUES TONGET (PARIS, 1645)

Fælicis memoriæ Venerandus Pater Iacobus Tonget
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
Herman WEYEN (début du XVIIe-1672), éditeur
S. d. [1645]
Burin
C. de pl. : 19,2 x 13,8 cm
Planche pour Jean GIFFRE DE RECHAC (dit de Sainte-Marie, 1604-1660), Les Vies et actions memorables des Saints, Bien-hevrevx et avtres illvstres personnages de l’Ordre des FF. Précheurs. Les Beatifiez de l’Eglise, dont on celebre les Festes par tovt l’Ordre ov en divers endroits, Auec le Triomphe des martyrs du méme Ordre. Par le R. P. Iean de Rechac dit de Sainte Marie, de l’Ordre des FF. Précheurs, Profez du Conuent de l’Annonciade, dit des Peres Iacobins Reformez de la ruë neuue Saint Honoré à Paris. Enrichies de figvres en taille dovce. Tome III, A Paris, Chez Clavde le Beav, ruë sainct Iacques, au Bon Pasteur, 1647, p. 876.
France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ V 184/104 (T. 03).

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans le bas de l’image, à gauche
Auec Priuilege du Roy.
2. Sous l’image
Fælicis memoriæ Venerandus Pater Iacobus Tonget, patria Germanus, Ordinis Frat. Prædic. / dum jnnocentissimam ageret vitam Sorores Euisdem sui Ordinis in Retinjen Obseruantiæ Regu: / laris fouens et jmbuens præceptis, earum que Virginæ puritati prospiciens, ab impiâ debacchane: / tiuin [pour tium] Hæreticorum manu pro carum defensione cæditur anno domini 15. / A la tres Venerable Communauté des RR. Meres et Seurs du Monastere de Nostre Dame de la Ville de Metz en / Lorraine de l’obseruance Reguliere de l’Ordre S. Dominique. / le Couuent des Peres Iacobins Reformez de la ruë St Honoré de Paris de même Ordre et Obseruance. / A Paris, de l’imprimerie d’Herman Weyen ruë St Iacques, a lenseigne Sainct Benoist, deuant St Yues.

Image
La scène se déroule à l’intérieur d’une chapelle. Jacques Tonget, au centre de l’image, est agenouillé devant un autel placé sur la gauche. Sur cet autel apparaît la Vierge Marie, assise. Elle tient l’Enfant Jésus qui tend vers le religieux une palme et une couronne, en récompense de sa fidélité dans la foi. De fait, le religieux, qui est vêtu de l’habit de son Ordre avec un rosaire à la ceinture, est transpercé par une lance. Derrière lui, six sœurs dominicaines, que son sacrifice sauve du viol, sont agenouillées en prière.
Il est difficile de dire si les armoiries placées dans le haut de l’image à droite sont fictives ou réelles. Réelles, elles pourraient être celles de la communauté des dominicaines de Retingen ou celles des « prêcheresses » de Metz à qui l’estampe est dédiée.

États
Un seul état : France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ V 184/104 (T. 03)

Commentaire
L’année de création proposée tient compte de la première impression en 1645 .
La planche fait partie d’un ensemble d’au moins neuf planches. Sept autres sont signées du même graveur : Ceslas, Gonzalve d’Amaranthe, Ambroise de Sansedoni, Jacques Salomon, Guillaume Courtet, les sœurs tertiaires martyres au Japon, et François de Moralez et ses compagnons. La première planche figurant Albert le Grand ne porte aucune signature et aucun excudit.
D’après l’ouvrage, le martyre de Jacques Tonget aurait eu lieu en 1578. Le religieux fut tué alors qu’il tentait de défendre les religieuses dominicaines contre les exactions des Réformés venus détruire leur monastère.
L’Année dominicaine de Bernard de Vienne place sa mémoire au 12 juillet et orthographie son nom « Tonger ».