Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (ANVERS, 1643-1648)

[Les Docteurs saint Augustin, saint Bonaventure et saint Thomas d’Aquin]
Petrus RUCHOLLE (1618-1647), graveur
1648 [1643]
Burin
C. de pl. : 31,2 x 20,3 cm

Titre illustré pour Eloi FACON DE LA BASSÉE (vers 1585-1670), Flores Totivs Theologiæ practicæ, tvm Sacramentalis, tvm Moralis ; Nunc secundô venustiores, fragrantiores, nec non vberiores emittuntur. Editio Tertia et Novissima. Operâ & studio P.F. Eligii Bassæi Ordinis FF. Minorum S. Francisci Capucinorum Prouinciæ Gallo-Belgicæ, Antverpiæ, Apud Petrvm Bellervm, 1648.
Royaume-Uni, Londres, British Museum, 1895,1031.418.

© British Museum

Lettre
1. Dans le bas de l’image, à gauche
Pet. Rucholle sculpsit.
2. Sous les pieds du personnage de gauche
S. BONAVENTVRA
3. Sous les pieds du personnage de droite
S. THOMAS AQVINAS
4. Sous le personnage du haut
S. AVGVSTINVS
5. Dans le cartouche sous saint Augustin
EGO ACCEPI A DOMINO / QVOD TRADIDI VOBIS
6. Sur le ruban enroulé autour de la couronne florale
Flores / mei / fructus / honoris / et hones / tatis. Eccl. 24 / Florete / flores / quasi / lilium / et date / odorem. Eccl. 39.
7. À l’intérieur de la couronne (titre typographié)
FLORES / TOTIVS / THEOLOGIÆ / PRACTICÆ, / TVM SACRAMENTALIS, / TVM MORALIS ; / Nunc secundô venustiores, fragrantiores, nec non / vberiores emittuntur./ EDITIO TERTIA / ET NOVISSIMA. / Operâ & studio P.F. ELIGII BASSÆI / Ordinis FF. Minorum S. Francisci / Capucinorum Prouinciæ / Gallo-Belgicæ.
8. Dans le cartouche du bas
ANTVERPIÆ, / Apud PETRVM BELLERVM, / Anno M.DC.XLVIII

Image
Le titre de l’ouvrage est inscrit au sein d’une large couronne de fleurs sur laquelle a été enroulé un ruban porteur de deux citations bibliques. La couronne est elle-même encadrée par les figures de trois théologiens sur lesquels l’auteur prend appui. En haut, saint Augustin, vu en buste, se penche pour offrir sur sa gauche des fleurs à saint Thomas d’Aquin. Il est accompagné d’un petit ange qui porte sa mitre et sa crosse. À gauche, saint Bonaventure est en pied debout sur un piédestal aux armoiries de son Ordre. Sur sa bure, il porte une rochet et un camail cardinalice. Son chapeau est accroché au cartouche constitué par la couronne végétale. À droite, saint Thomas d’Aquin est lui aussi en pied sur un piédestal porteur d’armoiries sans doute fictives. Sur sa chape brillent le soleil de la science et la chaîne d’or de ses écrits. Il tend la main vers les fleurs offertes par saint Augustin. En haut, à gauche de l’image, l’Esprit Saint sous la forme de la colombe apporte une autre fleur dans son bec. Sous le titre sont figurées les armoiries du dédicataire, deux anges tenant la crosse et la mitre qui indiquent son rang d’abbé.

Armoiries
Au centre, en bas : armoiries du dédicataire, Hugues Beeckman, abbé de Saint-Calixte de Cysoing (1636-1654). D’or à une fasce ondée d’azur, surmontée de trois tourteaux d’azur, accompagnée de deux roses en chef et une en pointe
Devise : HOMO BVLLA
En bas, à gauche : armoiries de l’Ordre franciscain.
En bas, à droite, armoiries fictives (?) : plaies du Christ et clous de la Passion

États
Premier état : Le titre porte au centre : « EDITIO NOVA / Quamphurimis additionibus, summarijs ad quoscumq[ue] / Titulos, nec non Indice Alphabetico marginali / pro citationibus, locupletata. ». L’adresse dans le cartouche est : « ANTVERPIÆ, / Apud PETRVM BELLERVM, / Anno M.DC.XLIII. / Cum Gratià et Priuilegio ». France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ M 060u/5
Second état, celui décrit : Royaume-Uni, Londres, British Museum, 1895,1031.418

Bibliographie
1978, HOLLSTEIN, t. 20, p. 142, n° 12

Commentaire
Le traité de théologie morale du capucin Éloi de Bassée cherche à résoudre des cas.
Il fut d’abord publié à Douai en 1637, sans titre illustré[1].
En 1643, l’auteur, qui exerçait des charges dans la province gallo-belge de son Ordre, le fit imprimer à Anvers, chez Pierre Bellère. Il reçut alors un titre illustré gravé par Petrus Rucholle (1618-1647), utilisé de nouveau pour l’édition de 1648.
Ce titre de Petrus Rucholle fut copié par Nicolas Auroux pour les éditions lyonnaises, à partir de 1653 [Voir page suivante].

[1] France, Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève – cote : Reserve : DELTA 1309.