Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, PREMIÈRE MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE)

St Thomas d’Aquin Docteur Angelique
GRAVEUR ET ÉDITEUR NON IDENTIFIÉS
D’après Alexandre UBELESQUI (1649-1718), peintre
S. d. [première moitié du XVIIIe siècle]
Eau-forte et burin
Épreuve rognée : 25 x 19 cm
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, B592.

© Claire Rousseau

Lettre
Sous l’image
Alexandre Pinxit / St Thomas d’Aquin Docteur Angelique.

Image
La scène se déroule à l’intérieur d’une bibliothèque ou d’une cellule de travail dont un mur sur la droite est tapissé de livres tandis que sur la gauche une large et haute baie s’ouvre sur le ciel. Devant cette fenêtre une table supporte livre, parchemin, encrier et plume. Au premier plan, Thomas d’Aquin est agenouillé sur la marche d’un oratoire. Il est vêtu de l’habit de l’Ordre des Prêcheurs et sa poitrine s’orne d’une chaîne d’or avec, en son centre, un soleil, deux de ses attributs. Le religieux est présenté de trois quarts, la tête inclinée vers la droite de l’image, mais les yeux levés vers le crucifix dressé sur l’oratoire. Il semble avoir abandonné l’étude pour la prière, deux livres, dont l’un ouvert, reposant sur la marche. À l’arrière du religieux un ange, sans doute plus grand que le saint, s’adresse à lui tout en demeurant suspendu en l’air. Des doigts de la main gauche, il semble répondre à une question et argumenter tout en désignant de l’index droit le ciel. Sur le sol au premier plan, une crosse, une mitre et une couronne complètent la scène rappelant les renoncements de Thomas aux honneurs familiaux et ecclésiastiques.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, B592.

Commentaire
L’estampe ne peut qu’être mise en rapport avec celle éditée par Jean Mariette [Cat. 427]. Cependant elle en diffère en plusieurs détails comme, par exemple, l’orientation de la plume dans l’encrier posé sur la table. Le nom du peintre est également orthographié différemment.
Il est donc difficile de dire si la présente estampe est une copie de celle de Jean Mariette ou une interprétation directe de l’œuvre d’Alexandre Ubelesqui, œuvre non localisée.