Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, 1691-1742)

S. Thomas Aquinas Doctor Angelicus
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
D’après Alexandre UBELESQUI (1649-1718), peintre
Jean MARIETTE (1660-1742), éditeur
S. d. [1691-1742]
Eau-forte et burin
Feuille : 30,2 x 21 cm
Autriche, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek,
PORT_00113906_01.

© Österreichische Nationalbibliothek

Lettre
Sous l’image
Alexandre Pinx / S. THOMAS AQUINAS DOCTOR ANGELICUS ORDINIS PRÆDICATORUM / Spiritu intelligentiæ replebit illum Dominus ; & ipse tanquam imbres / mittet eloquia sapientiæsuæ. / Le Seigneur le remplira de l’esprit d’intelligence ; et alors il repandra comme / une pluye les paroles de sa sagesse. Ecclesiast. ch. 39. / A Paris chez I. Mariette rue S. Iacques aux colonnes d’Hercules avec Pri. du Roi

Image
La scène se déroule à l’intérieur d’une bibliothèque ou d’une cellule de travail dont un mur sur la droite est tapissé de livres tandis que sur la gauche une large et haute baie s’ouvre sur le ciel. Devant cette fenêtre une table supporte livre, parchemin, encrier et plume. Au premier plan, Thomas d’Aquin est agenouillé sur la marche d’un oratoire. Il est vêtu de l’habit de l’Ordre des Prêcheurs et sa poitrine s’orne d’une chaîne d’or avec, en son centre, un soleil, deux de ses attributs. Le religieux est présenté de trois quarts, la tête inclinée vers la droite de l’image, mais les yeux levés vers le crucifix dressé sur l’oratoire. Il semble avoir abandonné l’étude pour la prière, deux livres, dont l’un ouvert, reposant sur la marche. À l’arrière du religieux un ange, sans doute plus grand que le saint, s’adresse à lui tout en demeurant suspendu en l’air. Des doigts de la main gauche, il semble répondre à une question et argumenter tout en désignant de l’index droit le ciel. Sur le sol au premier plan, une crosse, une mitre et une couronne complètent la scène rappelant les renoncements de Thomas aux honneurs familiaux et ecclésiastiques.

États
Un seul état : Autriche, Vienne, Österreichische Nationalbibliothek, PORT_00113906_01 ; France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, A 173

Bibliographie
1778, VON HEINECKEN, t. 1, p. 137.

Commentaire
La proposition de terminus a quo repose sur l’adresse de Jean Mariette.
Une autre estampe est également l’interprétation de ce tableau non localisé, sans qu’il soit possible de dire si elle fut faite directement d’après l’œuvre peinte ou d’après la présente estampe éditée par Jean Mariette [Cat. 428].
Aucune information n’a été trouvée au sujet du tableau peint par Alexandre Ubelesqui.