Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, 1616)

Laurvs Metaphysica
Léonard GAULTIER (vers 1561-vers 1635), graveur
Jean MESSAGER (vers 1580-1649), éditeur
1616
Burin
Feuille : 55,7 x 40 cm
Belgique, Bruxelles, KBR, S.IV.86232.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans la marge inférieure
LAVRVS METAPHYSICA / Illustris[simo] nobilissimoq[ue] viro D.D. Nicolao de Verdun Equitj, amplissimiq[ue] ordinis principij sacrata. / Arborum principe, scientiaru[m] principem adumbratam supremj senatus pri[n]cipj dico et offero ; et ære quidem incisam, quia non ære, nec marmoré solu[m], sed et fœlicj Gallorum, et perpetuâ totius orbis memoriâ, semper honos, nomenq[ue] suum, laudesq[ue] manebunt. / frater Martinus Meurisse.
2. Dans le bas de l’image, autour des armoiries franciscaines
Cum priuilegio Regis.
3. Sous la touffe d’iris et les armoiries du décataire
I. Messager excudit. L. Gaultier incidit.
4. Sous les pieds des franciscains groupés à gauche
F. A. Andreas. ; F. G. Ocham. ; S. Bonauentura.
5. Au-dessus des têtes des franciscains du second rang
F. G. / de Rubione. ; F. F. / de Mayronis ; F. I. / de Bassolis. ; F. Alexander / de Ales.
6. Partant de ce groupe en direction de Duns Scot
Subtilis Doctor princeps vtriusq[ue] Mineruæ, / Quos cumulas fructus, diuite trade manu.
7. Sous les pieds ou au-dessus des personnages de droite
H. Gandensis / Doct. Sorb. ; Caietanus. ; Suarez ; Ægidius / Romanus. ; De Bacone.
8. Partant de ce groupe en direction de Thomas d’Aquin
Angelicus Doctor Celsi penetrauit Abyssum : / Panderet ut factis, nomine quod reserat.
9. Au-dessus de Duns Scot assis dans l’arbre
Ens reale est vnivocu[m] ad Deum et / creaturas, substa[n]tia[m] et accidens.
10. Au-dessus de Thomas d’Aquin assis face à Duns Scot
Ens reale est analogum ad Deum et / creaturas, substantia[m], et accide[n]s
11. Au-dessus d’Aristote tenant les mains de Duns Scot et de Thomas
Vnivocatio stat cum analogia
12. Sur la branche dans le dos de Duns Scot
Ens infinitum quod nullos suæ entitatis habet limites.
13. En haut de cette branche, en arc autour du tétragramme
Quæ his radis continentur, natu- / ralij ratione de Deo probarj possunt.
14. Les définitions de Dieu dans les rayons, en partant de la droite
Deus est ; Deus est vnus. ; De[us] est su[m]me perfectus. ; De[us] est ens necessarium. ; Deus est à se. ; Deus est infinitus. ; Deus est i[m]mensus. ; Deus est simplicissimus. ; De[us] est i[n]uisibilis. : Deus est viuens. ; De[us] est i[n]telligens. ; Deus est volens. ; De[us] est i[m]mutabilis. ; De[us] est omnium causa. ; De[us] habet prouide[n]tiam.
15. Sur la branche dans le dos de Thomas d’Aquin
Ens finitum, cui[us] e[n]titas / terminis clauditur. ; Substa[n]tia, ens cuj de- / betur subsistentia. ; Substa[n]tia incorporea / seu spiritalis.
16. Sur les divisions de cette branche maîtresse en partant du haut, avec les noms des puissances
Prima hierarchia in tres ordines diuisa. ; Seraphin succe[n]si succe[n]dunt ; Cherubin plenj scientia / docent. ; Thronj, in quib[us] De[us] sedet.
Secunda hierarchia in tres ordines partita. ; Domptationes alijs / eminent. ; Principatus alijs / principantur. ; Virtutes, per quos / signa fiunt.
Tertia hierarchia in tres ordines distributa. ; Potestates, quj / Dæmonem cohibe[n]t ; Archangelj, quj / maiora nuntiant. ; Angelij, quj minora / nuntiant.
17. Dans le haut de l’image, propositions sur la nature et le rôle de ces puissances
À gauche : Naturaliter probatur darj Angelos, quj multj sunt in eadem / specié, naturâ suâ incorporej, et incorruptibiles, expertes com: / positionis physicæ ex materia et forma, constitutj / tamen metaphysicè ex actu et potentia.
À droite : Angelj formæ sunt Cœlis assistentes, loco motrices, in loco / per propriam substantiam existentes, intelligentes se, et / alia etiam materialia, per species ab ipsis auulsas, vel illis / concreatas ; volentes, et liberj.
18. En partant du bas de cette branche maîtresse thomiste, première ramification
Accidens est ens cuj debetur inhærentia, vniuocum ad nouem classes accidentium.
19. Les classes d’accidents figurés par des personnages sur cette ramification
Quantitas, vt esse / longum, latum, etc. ; Qualitas, vt esse album, / nigrum, etc. ; Relatio, vt esse pa- / trem, filium, etc. ; Actio, vt percutere. ; Passio, vt / percutj. ; Qua[n]do, vt hora / prima. ; Vbj, ut esse in / foro, in auiario ; Sit[us], vt esse / stantem, sede[n]tem. ; Habitus, vt esse re- / dimitum, coronatum.
20. Deuxième ramification de la même branche maîtresse
Substa[n]tia corporea seu materialis.
21. Sur la branche maîtresse sur laquelle Duns Scot est assis
Ens quantum, quod fromaliter dicit perfectionem, ut substantia, sapientia, bonitas, etc.
22. Sur la branche maîtresse sur laquelle Thomas d’Aquin est assis
Ens no[n] qua[n]tu[m], quod per se f[o]r[m]aliter perfectionem non dicit, vt sunt relationes notionis in diuinis, ne quædam perfectio sit in vna persona, quæ no[n] sit in altera.
23. Sur la branche maîtresse sur laquelle Duns Scot pose les pieds
Ens respectiuu[m], quod est formaliter ad aliud, vt paternitas, et filiatio.
24. Sur la ramification inférieure
Relationes creatæ su[n]t in multiplici differe[n]tia, de quib[us] in logicis.
25. Sur la seconde ramification, subdivisée en trois
Tres sunt rela : / tiones diuinæ sub : / sistentes.
26. Dans les sphères du triangle
Pater / nitas. ; Filia / tio. ; Spiratio / passiua.
27. Sur la branche maîtresse sur laquelle Thomas d’Aquin pose les pieds
Ens absolutum, quod ad aliud formaliter no[n] refertur, vt Deus, attributa essentialia, et tria priora genera generalissima.
28. À la jonction de toutes les branches maîtresses
Ens iteru[m] minus p[ræ]cipue / partit[u]r in vnu[m] et multa ; / ens actu, et potentia ; simpl[icite]r, et / s[e]c[un]d[um] quid ; in rem, et modu[m] rej, etc.
29. Sur le tronc, en partant du haut
Ens reale est quod habet / veram realitate[m] distincta[m] / à nihilo, et independen : / tem ab opere intellectus ; / cuius conceptus obiecti : / uus vn[us] est, præcis[us] à co[n] : / ceptib[us] inferioru[m], et ab / ipsis formaliter distinct[us].
Ens est æquiuocu[m] ad ens reale, et ens rationis.
30. Sur la branche basse partant du tronc, à droite, et sur ses divisions
Ens rationis est quod vere nullam habens e[n]tite[m] apprehe[n]ditur ab intellectu / ad modu[m] entis ; duplex est, fictitiu[m] vt Chymera, et fu[n]datu[m] triplex.
Priuatio, carentia formæ in subiecto apto. [Autour du personnage : ] Cæcitas.
Negatio, quæ est care[n]tia formæ in subiecto no[n] apto. [Autour du personnage : ] Negatio nigredinis. ; Negatio albedinis.
Relatio, quæ est secu[n]da inte[n]tio relicta in re ex primâ.
31. À la base du tronc
Ens habet principia.
32. Sur la racine de gauche
Principia incomplexa.
33. Au-dessus des figures allégoriques assises sur cette racine, de droite à gauche et de haut en bas
Esse[n]tia est id quo res / co[n]stituitur in determinata / specie entis, et distinguitur / ab alijs rebus esse[n]tialiter, / estq[ue] radix pro / prietatum.
Entitas est mod[us] esse[n]tiæ, per quem / res vel sunt diuisibiles, vel indiuisi / biles, licet ra[ti]o[n]e essentiæ sint / indiuisibiles.
Existe[n]tia est mod[us] essentiæ, / quo ipsa existit in rerum / natura, distinctus f[or]maliter / ab ipsa.
Subsiste[n]tia est mod[us] substa[n]tialis per quem res / existit independe[n]ter ab alia ; non est de essen: /tia substantiæ. Suppositalitas dicit sub: / sistentia[m] incom[m]unicabilem, quæ in na: / tura intellige[n]te personalitas est.
Inhære[n]tia est mod[us] accide[n]tari[us], quo res existit / depe[n]de[n]ter ab altera vt subiecto ; non / est de essentia accidentis.
34. Sur la racine de droite, tordue par un homme
Principum complexum.
35. À gauche de l’homme
Principiu[m] complexu[m] primò primu[m] / est : Ens est ens. ex quo de / ducuntur : Impossibile est / idem esse, et non esse : De / quolibet affirma: / tio et negatio, etc.
36. Regroupant les eaux qui jaillissent de la base du tronc
Proprietates entis fluunt à principijs / intrinsecis eiusdem
37. Marquant le partage des eaux en deux groupes de ruisseaux
Incomplexæ. Complexæ
38. Premier ruisseau, sur la gauche
Vnu[m] est proprietas entis cum eo reciproca, adde[n]s supra ens aliquid reale, positiuu[m], formaliter distinctu[m] ab ipso. Vnitas qua[n]titativa et cathegorica, quæ oritur ex diuisione co[n]tinuj, no[n] est huius negotij; sed tra[n]sce[n]dens, orta ex diuisione essentiarum, aut / indiuiduoru[m]. Vnde duplex est, formalis, et numerica; f[o]r[m]alis, alia generica propria naturæ genericæ quæ no[n] patitur diuisione[m] in plura genera, alia specifica propria speciej quæ no[n] patitur diuisione[m] in plures species; numerica ta[n]dem est, / quâ aliquid est vnum numero, estq[ue] omnium maxima, principiu[m] indiuiduationis cuiusque rej, est vltima realitas naturæ specificæ, primo diuersa a quacumq[ue] alia, per se determinans naturam specificam ad esse induiduj.
39. Deuxième ruisseau
Verum est passio entis, est autem veritas duplex ; rej, quæ est conformitas rej ad suam ideam ; et cognitionis, quæ est conformitas intellectus ad obiectum. / Veritas est in intellectu formaliter; in rebus fundamentaliter, et in voce scripto repræsentativè. Falsitas ex veritate dignoscitur.
40. Troisième ruisseau
Bonum est proprietas entis, est autem bonitas conue[n]ientia rej ad aliud: vnde formaliter co[n]sistit in respectu, malitia disconuenientia rej ad aliud.
41. Sur l’écriteau au-dessus du frère Martin Meurisse
Fr[ater] M. Meurisse / minor, baccalau: / reus pariensis in lucem edidit / Anno D[omi]ni 1616.
42. Au-dessus du dominicain en train de tomber
Distinctio / virtualis non / habet fu[n]da / mentum.
43. Quatrième ruisseau, formant comme 7 anneaux, portant chacun une double strophe (du haut vers le bas)
Eadem ratione, quæ habent co[n]ceptu[m] / omnino indistinctum ex parte / rej, et intellectus.
Ratio[n]e distincta, quæ / distinguntur præcise per / actum collatiuum intellect[us].
Eadem ex na[tur]a rej, de / quib[us] duo p[ræ]dicata co[n] / tradictoria verificarj no[n] p[ossu]nt.
Distincta ex / natura rej, è contra.
Eadem formaliter, qua[n]do / vnu[m] est idem alterj in sua / ratio[n]e formalj per se, et primo.
Distincta formaliter, / quæ habent aliam et / alium formalitatem.
Eadem realiter sunt quoru[m] / vnu[m] sine co[n]tradictione no[n] / potest existere sine alio.
Distincta e contra, si no[n] sint relata / vel dicant necessariam habi /tudinem ad se inuicem.
Eadem esse[n]tialiter, quæ / ide[n]tificantur vnj essen / tiæ singularissimæ.
Distincta, quæ / habent distinctas / essentias.
Eadem subiectiuè, quæ quiddi / tatiue co[n]ueniunt in aliqua / realitate pote[n]tialj co[n]trahibilj / per realitate[m] differe[n]tiæ.
Distincta, quæ è contra.
Eadem se totis obiectiue, de quib[us] / potest prædicarj aliquod prædicatu[m] / quidditatiue, siue limitatum / sit siue transcendens.
Distincta, è contra.
44. Cinquième ruisseau
Necessitus entis est proprietas qua ens se habet eodem modo, et immutabiliter, duplex est præsertim, metaphysica, qua / Deus simpliciter est necessarius, et physica, quâ res naturaliter est necessaria, vt hominem esse animal rationale. / Contigentia est quâ res mutabiliter se habet, vt contingens rarum / piscatorem retibus apprehendere tabulam auream.
45. Sixième ruisseau
Actus est proprietas entis quâ vnum ens dicitur aut esse in se perfectum, aut alliud perficere. alius / subsistens, alius informans, informans alius substantialis, alius accidentalis. Po[tent]ia est triplex, actiua, passiua, na[tur]alis, et neutra. actiua, est principiu[m] quo aliquid tra[n]smutat aliud. passiua na[tur]alis principiu[m] quo aliquid ab alio tra[n]smutatur co[n]formiter na[tur]æ. neutra, i[n]differe[n]ter, / vt ea quæ est in superficie respectu albedinis, et nigredinis. additur obe[dienti]alis, quâ aliquid potest recipere f[o]r[m]am ab agente sup[er]na[tur]alj, ad quam habet sola[m] capacitate[m] sine appe / titu na[tur]alij.
46. Près de l’allégorie de la Physique
Physica suas irrigat radices / primj motoris, æternj, infinitj / etc. ex fœcundis metaphysicæ / profluuijs.
47. Près de l’allégorie de la Morale
Moralis haurit ex ijs / dem metaphysicæ ri / uis generales rationes / actuu[m], habituu[m], et potentia / rum suarum.
48. Près de l’allégorie de la Logique
Logica haurit ex fontibus / metaphysices suarum secun / darum intentionum funda / menta.

Image
L’image est structurée dans la hauteur en six sections et dans la largeur en deux parties.
En bas de l’image, sur les rives d’une rivière, la Physique, la Morale et la Logique arrosent de leur science des plantes. Le fleuve apparaît donc comme l’espace de la philosophie elle-même sur laquelle naviguent laïcs et clercs, et, en particulier, les religieux franciscains et dominicains. Ce fleuve est alimenté par des chutes d’eau jaillissant d’une montagne escarpée que chacun aimerait gravir. Encore faut-il s’y frayer un chemin et le cordelier Martin Meurisse se propose, au centre de l’image, d’y guider ses frères tandis qu’un dominicain s’y étant aventuré chute lamentablement. Les eaux de la métaphysique ont deux aspects : des propositions incomplexes qui constituent les trois ruisseaux de gauche et les propositions complexes qui forment les trois doubles ruisseaux de droite. En bas de chaque ruisseau, un personnage figure de manière symbolique l’idée principale de chaque ruisseau. Dans la partie haute de cette montagne sont représentés les principaux auteurs des deux écoles. À gauche se tiennent les franciscains, saint Bonaventure en tête, qui suivent les propositions incomplexes ; à droite, dominicains et jésuites s’attachent aux idées complexes.
Les eaux de la montagne ont permis à un gigantesque laurier de pousser. Ses racines sont à l’image des ruisseaux, incomplexes ou complexes. Mais le tronc est unique car il est celui d’un questionnement fondamental. En revanche, selon les écoles de pensée, les branches maîtresses divergent et se ramifient différemment. Celles de l’école thomiste parviennent jusqu’au divin mais s’arrêtent aux puissances, alors que celles de l’école scotiste accèdent au rayonnement de l’être divin. Plus encore, les branches de l’école thomiste ne fournissent aucun fruit, l’une étant même morte et desséchée alors que le scotisme laisse tomber des fruits savoureux.
Sous l’égide d’Aristote qui unit leurs mains, Duns Scot et Thomas d’Aquin sont assis au sommet du tronc mais leur rencontre laisse les arguments incommunicables et les systèmes de pensée irréductibles.

Armoiries
En bas, à gauche, armoiries de l’ordre franciscain : d’azur aux bras croisés de saint François et du Christ autour d’une croix d’or.
En bas, à droite, armoiries du dédicataire, Nicolas de Verdun (?-1627) : écartelé aux 1 et 4, d’or, à la croix ancrée de gueules, accompagnée de trois merlettes du même, 2 et 1 (Verdun); au 2, d’azur au casque grillé d’argent taré de fasce (Berruyer) ; au 3, de gueules à trois fleurs d’aubifoin, d’argent (Aubespine).

États
Premier état, celui décrit : Belgique, Bruxelles, KBR, S.IV. 86232 ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Hennin, 1307
Second état : le nom et l’excudit de Mariette remplacent ceux de Jean Messager. Voir commentaire. Italie, Rome, Musée franciscain, cote non renseignée.

Bibliographie
1862, HENNIN, p. 246 ; 1883-1884, Le bulletin des Beaux-Arts, p. 109, n° 475 ; 1955, DEMPF, p. 26-27 ; 1961, IFF, t. 4, p. 434-435, n° 123 ; 1990, GIBIEN, p. 683-707 ; 1994, La gravure française à la Renaissance, p. 432, n° 174 ; 2000, BRUGEROLLES ; GUILLET, p. 8

Commentaire
Martin Meurisse (vers 1584-1644) enseigna dans le grand couvent des cordeliers de Paris et fut objet d’admiration pour sa science et sa clarté d’exposition. Il soutint des thèses publiques en Logique (1613), Physique (1615), Métaphysique (1616) et Morale (1618). Il obtint ainsi le grade de bachelier en théologie en 1618, celui de licencié en 1620. En 1622, les textes disent qu’il est maître, docteur et professeur au couvent. Il prit le parti dès 1614 de faire graver les thèses en des placards illustrés. Sont ainsi conservées – outre le présent placard – une taille-douce de 1614 (Artificiosa totius logices descriptio), une de 1615 (Clara totius physiologiæ synopsis) et une enfin de 1618 (Tableau industrieu de toute la philosophie morale), toutes trois de la main de Léonard Gaultier[1]. Depuis le XVIIe siècle, les auteurs s’accordent pour dire que Martin Meurisse était le concepteur des estampes mais la façon dont il fournissait un dessin au graveur n’est pas connue.
Le succès de ces placards fut certainement très important puisque la présente estampe fut copiée en 1622 et publiée de nouveau par Jean Messager[2]. Malgré la mention du nom de Léonard Gaultier dans la lettre, la Bibliothèque nationale de France estime que cette nouvelle planche n’est pas de la main du graveur (voir Œuvre en rapport). De plus, Servus Gibien a étudié l’estampe à partir d’un second état conservé au Musée franciscain de Rome, semble-t-il. À la place de l’excudit de Jean Messager figure celui de Pierre Mariette. Ce tirage serait sans doute à dater à partir de 1638, puisque le 30 décembre 1637 Jean Messager vendit tout son fonds de planches et d’estampes à Pierre I Mariette.
Enfin, d’après le récit de voyage du hongrois Márton Szepsi Csombor (1594-1623), la réputation de Martin Meurisse et de ses estampes attirait à Paris les esprits curieux[3]. L’auteur décrit la pièce de travail de Martin Meurisse comme étant ornées d’images, ce qui montre l’importance que celui-ci accordait au pouvoir des images dans le travail intellectuel.
Susanna Berger présente dans son article un tirage des thèses sur la Logique fait sur vélin et coloré à la main. Pour l’heure, rien de tel n’a été trouvé pour le Laurier métaphysique, ce qui n’en exclut pas la possibilité. Un tel phénomène questionne l’usage fait des placards. S’agissait-il uniquement de supports pour un enseignement et la mémorisation des concepts philosophiques, ou bien la virtuosité de la réalisation en faisait-elle aussi des pièces décoratives prisées ?

[1] Sur ces deux estampes voir Susanna Berger, « Martin Meurisse’s Garden of Logic », Londres, Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 2013, 76, p. 203-250 ; « Martin Meurisse’s Theater of Natural Philosophy », New York, The Art Bulletin, 2013, 95, p. 270-293.
[2] Susanna Berger signale également quatre éditions au XVIIie siècle du placard sur la Logique, art. cit., p. 237-241.
[3] Sàndor Olasz, « Rencontre de Martiri Szepsi Csombor, écrivain et voyageur hongrois, avec Martin Meurisse à Paris, en 1618 », Archivum Franciscanum Historicum, 1971, 64, p. 203-205.

Œuvre en rapport

Laurvs Metaphysica
Léonard GAULTIER (vers 1561-vers 1635), graveur
Jean MESSAGER (vers 1580-1649), éditeur
1622
Burin
Deux feuilles raboutées : 59 x 42,4 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, RESERVE QB-201 (170)-FT4 (Hennin, 1307).

© Bibliothèque nationale de France