Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (ROME, 1633)

[Saint Bonaventure et saint Thomas d’Aquin]
Charles AUDRAN (dit Karl Audran, 1594/1595-1674), graveur
D’après Gregorio GRASSI (?- ? ; actif au XVIIe siècle), dessinateur
S. d. [1633]
Burin
Feuille : 32 x 21 cm[1]

[1] Dimensions communiquées par la bibliothèque de conservation.

Titre illustré pour Teodoro DA BERGAMO (1565-1637), De Almae, ac Sanctissimæ Trinitatis Mysterio in Seraph. D. Bonaventvram Cardinalem Ordinis Minorvm. Paraphrases, Commentaria, & Disputationes. […] Ad Ementissimvm, et Reverendissimvm Cardinalem Antonivm Sanctissimi Pontificis Vrbani Octavi secvndvm carnem fratrem, Maiorem Pœnitentiarium, & Sac. Congr. Sup. Episc. & Regul. & Sancti Officij Præsid. Ex Capuccinorum Familia assumptum, & eiusdem Protectorem vigilanssimum. Auctore Fr. Theodoro Foresto Bergomensi Ord. Capuccinorum Theologo, & quondam S. T. Prælectore minimo, Romæ, Ex Typographia Iacobi Mascardi, 1633.
France, Strasbourg, Bibliothèque universitaire – cote : 271.3.

© Bibliothèque universitaire de Strasbourg (Pascal Godard)

Lettre
1. Dans le cartouche
DE SS. TRINITATIS MYSTERIO / OPVS / Auctore Fr. Theodoro Bergomensi. / Cappucino
2. Sur la bordure du podium, en bas
Greg. Grassus Aquilae Inu. C Audran fe

Image
À l’intérieur d’une sorte de cloître ouvert sur un paysage montagneux, saint Bonaventure (à gauche) et saint Thomas d’Aquin (à droite) encadrent les armoiries du dédicataire soutenues par trois jeunes enfants. Saint Bonaventure est vêtu en cardinal et, à ses pieds, un jeune enfant joue avec son chapeau cardinalice. Le saint, qui retient un livre ouvert contre lui, a le visage levé vers le mystère de la Trinité qu’il contemple mystérieusement à travers la gloire d’anges qui occupe la partie supérieure de l’image. À droite, saint Thomas d’Aquin est identifiable au soleil qui brille sur sa poitrine. Le saint retient lui aussi, contre lui, un grand livre ouvert. Si son index désigne les cieux, sa tête et son regard sont rejetés vers l’extérieur de l’image pour interpeller le lecteur et l’inviter à la contemplation et à la réflexion.

Armoiries
Armoiries du dédicataire, Antonio Barberini (1569-1646). Coupé, au 1 aux bras croisés du Christ crucifié et de saint François d’Assise stigmatisé surmontés d’une croix (armoiries des capucins), au 2 d’azur à trois abeilles d’or (Barberini).

États
Un seul état : France, Strasbourg, Bibliothèque universitaire – cote : 271.3

Bibliographie
1778, HEINECKEN, t. 1, p. 538

Commentaire
Frère de Maffeo Barberini, pape sous le nom d’Urbain VIII, Antonio, le dédicataire, fut capucin. En 1624, il fut nommé cardinal par son frère. En 1633, il devint grand pénitencier. Le titre de l’ouvrage honore sa promotion.