Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, 1660)

© Claire Rousseau

[Saint Thomas d’Aquin]
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d. [1660]
Burin
Tr. c. : 9,2 x 16,2 cm
Vignette de titre pour THOMAS D’AQUIN (vers 1224-1274), Sancti Thomæ Aqvinatis ex Ordine Prædicatorvm qvinti Ecclesiæ Doctoris Angelici Opera Omnia […] Omnia XXIII. Volum. Comprehensa, Parisiis, Apud Societatem Bibliopolarvm, viâ Iacobæâ, 1660.
France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ TH 058/1 [Voir commentaire].
Ici, France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd mat2 (Thomas d’Aquin, saint), H 181475.

Lettre
1. Sur la gouttière du livre sur lequel saint Thomas d’Aquin prend appui
BVCERVS
2. Sur la bordure de l’étagère supérieure, à droite
D. THOMÆ OPERA OMNIA.
3. Sur les gouttières des livres sur l’étagère inférieure, à droite
In Paulum ; Contra gentes ; Cathena aurea ; In Sententias ; Summa Theolog.

Image
Thomas d’Aquin est assis à sa table de travail dans une bibliothèque. Le religieux est vu en ¾ et de trois quarts vers la droite. Vêtu de l’habit de son Ordre, il porte un soleil sur la poitrine. La colombe de l’Esprit Saint l’inspire à l’oreille droite. De la main droite, il tient une plume, tandis que son coude gauche prend appui sur un livre duquel s’échappent un phylactère et un serpent. Sur la gouttière du livre est inscrit en latin le nom de Martin Bucer. Plus loin sur la table, un ouvrage est surmonté d’une tiare papale rappelant l’approbation de Grégoire X.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd mat2 (Thomas d’Aquin, saint), H 181475 ; Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ TH 058/1 [Voir commentaire]

Commentaire
La vignette reprend le thème de l’opposition entre la doctrine de Thomas d’Aquin et celle de Martin Bucer. La composition est renouvelée par rapport à l’iconographie créée par Otto Van Veen et diffusée tout au long de la première moitié du XVIIe siècle.
Dans la Bibliothèque municipale de Lyon, sur les dix-huit volumes qui renferment une partie des vingt-trois tomes, provenant du fonds des jésuites de Chantilly, seul le premier volume porte cette vignette.
Le premier volume comporte également un portrait frontispice, édité par Nicolas Regnesson (vers 1620-1671), traité à part dans ce catalogue [Cat. 366].
Les autres volumes ont une copie de moindre facture de la présente vignette. Cette seconde vignette est donnée ci-après [Cat. 404].
La vignette de titre semble avoir été ensuite rachetée par les lyonnais Philippe Borde et Laurent Arnaud puisqu’elle est visible sur la page de titre d’un commentaire de Dominique de Marini (1599-1669), dominicain, archevêque d’Avignon (1648-1669[1]).

[1] Domenico de Marini (1599-1669), Expositio Commentaria in Primam Partem Angelici Doctoris Sancti Thomæ per Illvstrissimvm et Reverendiss. D. D. Dominicvm de Marinis Romanvm Patritivm Genvensem, Avenionensem Archiepiscopvm, & Sanctissimi Domini nostri Paæ assistentem, ex Ordine Prædicatorum assumptum, Lvgdvni, Sumptib. Philippi Borde & Lavr. Arnaud, 1663 (France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ TH 245/7).