Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, AVANT 1711)

Saint Thomas
Henri II BONNART (1642-1711), éditeur
S. d. [avant 1711]
Burin
C. de pl. : 12,4 x 8,7 cm
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, B595.

© Claire Rousseau

Lettre
Sous le trait carré de l’image
SAINT THOMAS de la Noble Race des Comtes / d’Aquin, Prince des Théologiens l’Ange des Ecoles / de qui la Doctrine fut approuuèe de la bouche de / Iesus Christ Nasquit en Italie l’an 1220 mourut l’an / 1274 allant au Concile de Lyon en France / Chez HBonnart au Coq

Image
Le buste de Thomas d’Aquin est présenté de trois-quarts vers la gauche. Sur l’habit il porte une chaîne et un soleil tous deux d’or. Sur la droite, la colombe de l’Esprit Saint vient l’inspirer à l’oreille. Le mot qui part de sa bouche n’a pu être correctement déchiffré (« misericordia » ?). Les tailles du fond sont horizontales.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd mat2 (Thomas d’Aquin, saint), H 181464 (avec cadre) ; Bibliothèque du Saulchoir, B595
Autre présentation : la même planche insérée dans un passe-partout (voir commentaire)

Commentaire
Henri Bonnart produisit une série de portraits de philosophes dont six ont été édités par Pascale Cugy, mais pas celui-ci[1].
Il semble aussi que le modèle fut repris au XVIIIe siècle par l’éditeur Étienne Desrochers qui l’inséra au-dessus d’une table, dans un ovale doté d’un cartouche [Cat. 364].
Le British Museum possède un exemplaire de l’estampe imprimée à l’intérieur d’un cadre passe-partout qui fut gravé sur une seconde planche (1860,0211.100). La signature étant abîmée sur cet exemplaire, l’inventaire du Museum y a lu « Chez J. Bonnart au coq » et en a déduit une édition faite par Jean Baptiste Henri Bonnart (1678-1726), vers 1706-1726.

[1] Les portraits édités sont ceux de Zénon, Socrate, Hippocrate, Aristote, Sénèque, Plutarque et pour la période moderne, celui de Descartes qui a la particularité d’avoir un fond en tailles croisées et non en tailles horizontales, peut-être pour marquer la différence entre portrait d’invention fictive et portrait d’après une œuvre réalisée ad vivum. Pascale Cugy, La dynastie Bonnart et les bonnarts. Étude d’une famille d’artistes et producteurs de « modes ». Thèse dactylographiée de doctorat en Histoire de l’art et archéologie, sous la direction de Marianne Grivel, Paris, Université Paris IV-Sorbonne, 2013, p. 50-51, n° 120-126.