Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (DOUAI, 1614)

[Approbation des œuvres de Thomas d’Aquin]
Martin BAES (actif 1608-1637), graveur
D’après I. G. [Jacques II de Gheyn (vers 1565-1629) ?], dessinateur
S. d. [1614]
Burin
C. de pl. : 31,1 x 20,35 cm

Frontispice pour S. Thomæ Aqvinatis Svmma Theologica In Qva Ecclesiæ Catholicæ Doctrina Vniversa, Qvid Post Reliqvas Omnes In Hac Editione præstitum sit exponetur Epistola ad Lectorem, Duaci, Sumptibus Marci Wyon, Typographi Iurati, sub signo Phœnicis, 1614.
France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : 20865 (épreuve rognée).
Ici Belgique, Bruxelles, KBR, S.I. 4805.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans un phylactère partant de la bouche du Christ
BENE SCRIPSISTI DE ME THOMA QUAM ERGO MERCEDEM ACCIPIES ?
2. Dans un phylactère partant de la bouche de Thomas
NVLLAM DOMINE NISI TE IPSVM.
3. Dans un phylactère en haut du cintre, à gauche
Collaudabunt multi sapientiam eius, etc. / et laudem eius enuntiabit Ecclesia. Ecclisi. 39.
4. Dans un phylactère en haut du cintre, à gauche
Ipse tanquam imbres mittet eloquia sapientiæ / suæ, et in oratione confitebitur D[omi]no, Ecclisi. 39.
5. Dans la bordure du médaillon supérieur, à gauche
IOANNES. XXII.
6. Dans le cartouche sous ce médaillon
B. Tho. vitâ clarissimus, pluri / ma opera in laudem Dei, fidei / dilationem, etc. non absque / speciali Dei indusione perfe: /cit. In Bulla. canon. eiusdem.
7. Dans la bordure du médaillon intermédiaire, à gauche
CLEMENS. VI.
8. Dans le cartouche sous ce médaillon
Eius doctrina, ceterorum / DD. Est verior sine contagio / falsitatis, clarior sine tædio / obscuritatis, vtilior sine vitio / curiositatis, In Ser. de laud. Ei[usdem]
9. Dans la bordure du médaillon inférieur, à gauche
PAVLVS. V.
10. Dans le cartouche sous ce médaillon
Ipse est resplendissimus / Catholicæ fidei Athleta, cuius / scriptorum clypeo militans Ec: / clesia hæreticorum tela felici / ter eludit. Ipse suo viuo ore.
11. Dans la bordure du médaillon supérieur, à droite
PIVS. V.
12. Dans le cartouche sous ce médaillon
Huius riet veritate doctrinæ / exortæ hæreses confusæ et con: / uicta disipatur, quod et liqui: / do in Frid. Con. decretis appa: / ruit. In Bulla Mirabilis.
13. Dans la bordure du médaillon intermédiaire, à droite
INNOCENTIVS. VI.
14. Dans le cartouche sous ce médaillon
Numquam qui eum tenuit inue[nia] / tur a tramite veritatis deui / asse, et qui eum impugnauit / semper fuit de veritate suspectus / In Ser. Ecc. plusquam Salomo.
15. Dans la bordure du médaillon inférieur, à droite
CLEMENS. VIII.
16. Dans le cartouche sous ce médaillon
Hic Angelicus est diuinæ / voluntatis Interpres, cui / plurimum et meo et totius / Christianæ Ecclesiæ nomine / debeo. In bulla sua.
17. Dans la bordure du médaillon en bas, au centre
VRBANVS. V.
18. Dans le cartouche sous ce médaillon
Nos attendentes quanta à Deo scientia dotatus Vniuersa: / lem Ecclesiam illustrauerit: volumus et tenore præsentium / vobis iniungimus, vt dicti B. Thomæ doctrinam, tanquam / veridicam et catholicam sectemini, eamq[ue] studeatis totis viribus ampliare. / In bulla data Vniversitati Tholosanæ.
19. Sur le livre tenu en main par Martin Bucer, en bas à gauche
Tolle Thomam / et dissipabo / Ecclesiam
20. Dans le phylactère au-dessus du personnage de la vignette du bas, au centre
STEPH. PARIS. EP[ISCOP]VS
21. Sur la chaire
Fuit Thomas V[niver] / salis Ecclesiæ lu: / men præfulgidum. / etc. fons Doctorum / Vniversitatis nostræ / Paris. speculum / et clarissimum.
22. Dans la marge inférieure
À gauche : I. G. Inuentor.
À droite : Mart. Bas. Fecit.

Image
À l’intérieur d’une église, Thomas est agenouillé devant un crucifix posé sur un autel. Le saint porte un manteau étoilé et un soleil sur la poitrine. L’Esprit Saint figuré tel une colombe inspire Thomas. Le Christ approuve Thomas. De chaque côté et en bas de cette scène principale sont figurés en médaillons les portraits des papes ayant validé les écrits de Thomas. Dans chaque écoinçon supérieur, un ange tient d’une main une plume d’écrivain et de l’autre un phylactère. Sous cette partie principale, au centre, est représenté l’évêque Étienne de Paris qui, lui aussi, valide l’enseignement de Thomas, enseignement apte à renverser toute hérésie comme le montre la représentation allégorique de Martin Bucer, en bas à gauche, et sans doute d’un philosophe, en bas à droite.

Armoiries
Armoiries sans doute de la famille d’Aquino : d’or à trois bandes de gueules.

États
Un seul état : Belgique, Bruxelles, KBR, S.I. 4805 ; France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : 20865 (épreuve rognée)

Commentaire
La planche vise très clairement à accréditer les écrits de Thomas, approuvés par le Christ et par les papes. L’image déploie ainsi le propos de l’auteur, annoncé également par un titre explicite.