Thomas d’Aquin


THOMAS D’AQUIN (PARIS, DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIe SIÈCLE/DÉBUT DU XVIIIe)

Saint Thomas d’Aquin
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
Jacques CHIQUET (vers 1673-1721), éditeur
S. d. [troisième quart du XVIIe siècle/début du XVIIIe ; avant 1721]
Burin
C. de pl. : 26,85 x 16,7 cm
France, Toulouse, coll. personnelle.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sur le phylactère tenu en main par Thomas d’Aquin
Arrosant les montagnes des eaux du Ciel, / la terre sera rassasiée du fruit de vos travaux Ps 103.
2. Sous le trait carré de l’image
SAINT THOMAS D’AQUIN. / J’ay receu le don d’intelligence, qui étoit l’objet de mes desirs : / j’ay invoqué l’esprit de Sagesse ; & en ayant été rempli, j’ay / préféré Sa possession à tout ce qu’il y a de plus précieux. Sap. c. 7. / A Paris chez Chiquet ruë S. Jacques C.P.R.

Image
Thomas d’Aquin est assis à sa table de travail dans une bibliothèque dont les étagères qui tapissent le fond sont chargées de livres. Sur la droite de l’image, un pan de rideau relevé théâtralise l’ensemble. Le religieux est tourné de trois quarts vers la droite, le visage levé vers le ciel d’où vient la colombe de l’Esprit Saint. Sa poitrine est ornée du soleil de la sagesse et de la science. De la main droite, il tient une plume et de la gauche un phylactère sur lequel est inscrit un verset du psaume 103. Sur la table sont disposés des instruments propres au travail intellectuel : parchemin, livre, encrier, plume, tailloir de plume, sablier mais aussi une clochette. Par ses bras écartés, la figure de Thomas d’Aquin occupe presque la totalité de la largeur de l’image.

États
Un seul état : France, Toulouse, coll. personnelle

Commentaire
L’estampe est de bonne facture.
La mention du privilège contredit l’information donnée par le Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime, selon laquelle « Étant donné la modestie et la banalité de ces planches, les Chiquet ne demandent jamais de privilèges[1] ».

[1] Maxime PRÉAUD, dir., Dictionnaire des éditeurs d’estampes à Paris sous l’Ancien Régime, Paris, Promodis ; Le Cercle de la Librairie, 1987, p. 88.