Rosaire


ROSAIRE / JUBILÉ DE LA VICTOIRE DE LÉPANTE (BRUGES, 1771)

[Le don du Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne]
Geerard DONCK (1626/1636-1693), graveur
S. d.
Burin
C. de pl. : 8,8 x 6,1 cm

 

 

 

 

 

Planche dans Maria de Victoria Koninginne des Alderh. Roose-Krans, triumpherende op haer twee hondert-jaerige Jubilé gejont en vereerlykt met Aflaeten en privilegien, van onzen alderh. vader Clemens den XIV., Ter Gedagtenisse van die Wonderbaere Victorie die ’t Christendom in’t jaer 1571, tegen den grooten Turk, door den bystand van Maria en Gebeden van den Roosen-Krans zoo glorieus bekommen heeft. Zynde hier bygevoegt de bezonderste Aflaeten door verscheyde Pauzen verleent aen dit Aerts-Broederschap, Mitsgaders eenige wonder Geschiednissen, Mirakels en Beweeg-reden om zig tot deze Devotie te bevegen. Nieuwlyks opgebeldert en met eenige Zinnebeelden verciert door een Religieus van het Predikheeren Order, Tot Brugge, By Joseph de Busscher, Boekdrukker en Boekverkooper, in de Predikheers-Straet, s. d. [1771], p. 1.
Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.ACC.009378.

© Claire Rousseau

Lettre
1. En bas de l’image, dans le phylactère de gauche
S. Dominicus
2. En bas de l’image, dans le phylactère de droite
S. Catharina Senens
3. Sous ce phylactère
G. Donck

Image
Sur une stèle la Vierge Marie est debout sur un croissant de lune. Elle porte sur son bras gauche l’Enfant Jésus qui couronne d’épines Catherine de Sienne agenouillée sous lui. La Vierge, quant à elle, tend un rosaire à saint Dominique. La Vierge et l’Enfant sont entourés par un rosaire dont la croix est tenue par le bec de la colombe du Saint Esprit. Deux angelots qui tiennent également ce rosaire couronnent la Vierge de roses. Saint Dominique et sainte Catherine sont vêtus de l’habit de leur Ordre. Une étoile brille sur le front de saint Dominique. Sur chaque bord vertical de l’image, une branche de rosier se dresse sur toute la hauteur pour rejoindre la nuée de l’Esprit Saint.

États
Un seul état : Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.ACC.009378 ; DEPD.B1126/3

Commentaire
L’ouvrage composé à l’occasion du bicentenaire de la victoire de Lépante a été doté de planches d’origines et d’époques diverses, mettant ou non en scène des dominicains.
L’exemplaire duquel a été tirée la planche ci-dessus présentée comporte six estampes :
– une gravure signée Geerard Donck (Don du rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne), p. 1. Le modèle iconographique central est traditionnel mais cette estampe précise n’a pas été trouvée dans les fonds des images de dévotion anversoises alors qu’elle en a le format ;
– une planche d’Adriaen Lommelin figurant le salut d’un mourant par l’intercession de la Vierge du Rosaire, entre les pages 22 et 23 ;
du même graveur une autre planche entre les pages 36 et 37. Ces deux planches illustrent des miracles dus à la dévotion du Rosaire et furent utilisées à Anvers dès 1659 ;
– une planche de Pierre Nolf, graveur à Courtrai, datée de 1730, entre les pages 46 et 47 ;
– une illustration de l’intercession du pape Pie V lors de la bataille de Lépante, signée Ignatius J. van Roy, entre les pages 64 et 65 (voir ci-après) ;
– et en tout dernier, entre les pages 72 et 73, une troisième estampe d’Adriaen Lommelin (voir ci-après).
L’exemplaire conservé dans la même bibliothèque sous la cote DEPD.B1126/3 offre une gravure supplémentaire entre les pages 4 et 5 ; pour l’ouverture du chapitre 4 consacré à Alain de la Roche, une estampe figurant le religieux a été insérée. Elle est signée N[orbertus] Heijlbrouck, graveur de Bruges, mort en 1785. La planche est une reprise de celle éditée à Augsbourg par les frères Klauber (vers 1740).
Les autres exemplaires de l’ouvrage n’ont pu être consultés et il est impossible de tirer une conclusion quant au nombre de gravures retenues lors de l’édition de 1771 mais ces montages factices montrent l’appauvrissement de la création d’illustrations pour livres au XVIIIe, faute sans doute de crédits financiers mais aussi de graveurs installés à Bruges même.
Le même phénomène s’observe à Anvers, pour des raisons cette fois-ci sans doute uniquement financières. L’ouvrage édité chez Petrus Joannes Parys à l’occasion du jubilé utilise le titre illustré et trois planches de Jacques Pitau parues à Anvers en 1658 dans les volumes sur les miracles du Rosaire [voir page 86].

Entre les pages 64 et 65

[L’intercession du pape Pie V auprès de la Vierge du Rosaire pour la victoire de Lépante]
Ignace VAN ROY (actif à Gand dans la première moitié du XVIIIe siècle), graveur
S.d.
Burin
C. de pl. 13,2 x 7,5 cm

 

 

 

 

 

Lettre
1. En bas de l’image, à gauche
Ign. Van Roy S.
2. Sous le trait carré de l’image
Vervaerlyck als een wel gheschickte Slagh=orden / der heyrlegeren. Cant. 6.

Image
Agenouillé sur un dallage en damier, le pape Pie V, rosaire à la main, voit apparaître la Vierge du rosaire assise dans les nuées avec l’Enfant Jésus. Son regard est guidé par l’index d’un angelot. La Vierge tient un sceptre et tend un rosaire au pape. L’Enfant itère le geste de sa mère. En arrière-plan deux flottes de navires s’affrontent.

Entre les pages 72 et 73

[La Vierge distribuant des roses]
Adriaen LOMMELIN (vers 1620-1673/1675), graveur
S.d.
Burin
C. de pl. : 7,1 x 8,3 cm

 

 

Lettre
En bas de l’image, à droite
Lommelin fe.

Image
La Vierge à l’Enfant est présentée tout à la fois comme la Mère vénérée et comme une statue, de sorte qu’il est difficile de dire si sa présence, assise en haut d’un emmarchement transcrit une apparition ou relate la dévotion affective dont elle est l’objet. Trônant devant un rosier qui pousse au pied de ruines, elle reçoit l’hommage de dévots. À gauche, deux dominicains et deux hommes lui tendent des roses. À droite, trois femmes et trois enfants font de même.

Bibliographie
1976, STALPAERT, p. 144-145, fig. 34