Rosaire


ROSAIRE / PLACARD (GRENOBLE, 1655-1667)

Hic cvm prole pia castam venerare parentem
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d. [1655-1667 ]
Xylographie
Tr. c. : 14,5 x 10 cm
Planche pour Abbregé des Regles & deuoirs qui se doiuent pratiquer au Rosaire Perpetuel, A Grenoble, Chez Iacqves Petit Imprimeur, à la ruë du Grand-Puys, vis-à-vis les trois Faizans, s. d.
France, Grenoble, Bibliothèque municipale – cote : O.9275.

© Claire Rousseau

 

 

 

 

Lettre
Sous le trait carré de l’image
HIC CVM PROLE PIA CASTAM VENERARE PARENTEM / ET DE SINCERO PECTORE FVNDE ROSAS.

Image
Au centre d’un chapelet à la croix fleurdelisée, entrelacé de feuillage et de roses, La Vierge Marie couronnée apparaît debout sur un croissant de lune, tenant l’Enfant Jésus sur le bras gauche. Auréolés d’un simple arc de cercle, la Mère et l’Enfant offrent des chapelets à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne agenouillés en contrebas. Les deux saints sont eux aussi auréolés d’un arc de cercle et dotés d’attributs : lys et chien à la torche couché près d’un orbe pour Dominique, couronne d’épines, stigmates et croix plate et grande pour Catherine. Le bas de l’image, entre les deux saints dévoile trois âmes du purgatoire dans les flammes. Celle dessinée frontalement au centre prie, un rosaire entre les mains jointes. Les deux autres reçoivent leur chapelet d’anges volant au-dessus du brasier. Deux autres anges dans le haut de l’image présentent des rosaires.
L’image est placée dans une double bordure, la plus extérieure étant pleine et donc noire.

États
Un seul état : France, Grenoble, Bibliothèque municipale – cote : O.9275 et V.1318 ; Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : 4-OO-249 (1)

Bibliographie
2012, FROESCHLÉ-CHOPARD, p. 131-150.

Texte du placard correspondant au cliché
Abbregé des Regles & deuoirs qui se doiuent pratiquer au Rosaire Perpetuel / PRemierement, les Confreres doiuent reciter leur Rosaire auec la plus grande attention & deuotion qu’ils pourront, à l’heure / du iour ou de la nuit qui leur escherra par le sort, à l’intention des pecheurs, des Agonisans & des ames du Purgatoire. / Chaque Confrere ira à confesse & communiera le iour auquel son heure sera escheuë, & si c’est à minuit 1.2.3. ou quatre heures / du matin que le sort arriue, il se confessera & communiera le iour precedent, ce que faisant il gagnera Indulgence pleniere accor- / dée par nostre S. Pere le Pape Alexandre VII. à présent seant, & deliurera vne ame du Purgatoire. / Le Confrere pour accomplir son heure arriuée au sort, se retirera en lieu commode pour prier Dieu, si c’est de iour, à l’Eglise / deuant l’Autel du tres-saint Rosaire, si c’est de nuit en quelque lieu où il ne puisse estre diuerty. / Les pauures gens qui sont contrains tous les iours de gagner leur vie au trauail de leurs mains, s’estnt confessez & commu- / niez, pourront en suite sans scrupule ny offense aller à leurs besoignes ordinaires, pourueu qu’ils satisfassent à leurs deuoirs, soit / aux Champs ou à la Ville. / Pendant l’heure il faut mediter denotement les quinze Mysteres, & finir châque dixaine par le Pater, y adjoustant cette priere : / O bone Iesu per sanctam derelictionem tuam, ne derelinquas me unquam & maximè in hora mortis meæ : C’est à dire en François, O bon Iesus, / ie vous supplie par votre sainte dereliction, de ne m’abandonner iamais, & principalement à l’heure de ma mort. / Si le Confrere ne peut lire, ou par la foiblesse de sa memoire retenir ces paroles, c’est assez qu’à la fin du Rosaire, il die en me- / moire de l’Agonie, Mort, Passion & Charité de IESVS-CHRIST, trois fois le Pater & l’Aue Maria. / Si l’heure n’estoit pas expirée apres auoir dit son Rosaire, il dira quelques autres prieres à sa deuotion iusqu’à ce que l’heure / soit entierement écoulée, qu’il reglera selon l’horloge ; et si c’est en lieu où il n’y ait point d’horloge, reglera son heure suiuant qu’il / le jugera pouuoir eschoir. / Et quand le Confrere ira prendre son billet, ou qu’il l’enuoyera prendre par quelqu’vn, il priera Dieu qu’il lui plaise par l’interces- / sion de la tres-sainte Vierge, lui donner la deuotion, la santé & la commodité pour bien employer son heure tous les ans de sa / vie à la gloire de Dieu & pour son salut. / Si par quelque empeschement, indisposition, ou autre cause legitime, on ne peut satisfaire à son deuoir, il faudra employer / quelque personne deuote ou quelque Prestre, lequel s’estant confessé & communié, ou celebré la sainte Messe à cette intention / auant l’heure : lors qu’elle arriuera, ils l’employeront à reciter le Rosaire, comme il est marqué cy-dessus. / Pour obuier à l’interruption qui pourroit arriuer dans la perpetuelle succession des prieres par le decez de quelqu’vn, le ma- / lade sera obligé de donner aduis à ses parens, enfans ou fideles amis, de prendre la peine à l’heure du decez, d’auertir le Pere / Spirituel de la Confrerie, & l’asseurer qu’vn tel est mort, afin que l’heure du decedé soit donnée à vn autre. / Le iour de l’heure du Rosaire, les Confreres s’adonneront aux œuures pies & de charité selon leur pouuoir & commodité. / Finalement, ceux qui assisteront au Salue Regina qui se dit tous les soirs apres Complies dans l’Eglise des FF. Prescheurs, gagne- / ront 200. iours d’Indulgences concedées par Nostre Saint Pere le Pape Paul V. Outre les quarante iours qu’Alexandre legat à later, / auoit accordées auparauant : Et ceux qui les Dimanches & Mercredis de châque semaine, visiteront cinq Autels de lad. Eglise, & / diront à chacun cinq Pater & cinq Aue Maria, deliureront vne ame du Purgatoire, & s’ils sont en lieux où il n’y ait qu’vn Autel / diront quinze Pater & Aue Maria. / A tout cela il n’y a peché mortel ny veniel d’y manquer, neanmoins ayant pris vne heure, il faut estre soigneux de ne pas pri- / uer les ames des agonisans (pour lesquelles le Rosaire perpetuel a esté particulierement estably) du soulagement necessaire / pendant cette heure. / A Grenoble, Chez Iacqves Petit Imprimeur, à la ruë du Grand-Puys, vis-à-vis les trois Faizans.

2. Texte d’un deuxième placard portant la même image[1]
CLEMENT PAPE X. / A PERPETVELLE MEMOIRE / Povr satisfaire aux pieux desirs des personnes éleuées au faite de la Royauté, & qui reluisent par l’é- / clat de diverses vertus, & se rendent considerables par leur singuliere affection envers Nous & ce Saint / Siege ; & selon que Nous le jugeons en nostre Seigneur devoir estre utile pour augmenter & entretenir la / devotion des fideles, par une fidele & prudente liberalité : Novs distribuons volontiers les Thresors des / dons celestes dont Dieu a commis la dispensation à notre humilité. C’est pourquoy desirant d’une affection pater- / nelle satisfaire aux pieuses & devotes demandes qui Nous ont esté humblement faites au nom de nostre tres-cher Fils / en Iesus-Christ Charles Roy Catholique des Espagnes, & de nostre chere fille en Iesus-Christ Mariane Reyne Catho- / lique d’Espagne veuve & sa mere, par nôtre bien-aimé fils Noble Personnage Pierre d’Aragon Duc de Sigovie & de / Cardonne, Vice-Roy au Royaume de Naples, envoyé en qualité d’Ambassadeur dudit Roy Charles auprès de Nous / & le Saint Siege Apostolique, pour Nous rendre l’obeïssance au nom du mesme Roy Charles. Et Nous confiant à la / misericorde de Dieu Tout-puissant, & en l’autorité des bien-heureux Apostres S. Pierre & S. Paul. Novs accordons / d’autorité Apostolique, & par la teneur des presentes, à tous Prêtres seculiers & reguliers à qui il est permis par les Con- / stitutions & Decrets du saint Siege de celebrer la Messe du tres-saint Rosaire, lors qu’ils celebreront à l’avenir ladite / Messe, comme aussi à tous les Religieux & Religieuses, mesme du tiers Ordre des FF. Prescheurs ou de S. Dominique, / & aux Confreres & Sœurs de quelque Confrerie que ce soit dudit tres-saint Rosaire, tant de celles qui jusques à present / ont esté erigées, que de celles qui le seront à l’avenir, & en quelque lieu que ce soit, qui estans vrayment repentans & con- / fessez, ou pour le moins proposans de se confesser assisteront devotement à la Messe du Rosaire, qui se celebrera com- / me dessus, & y prieront pour la concorde entre les Princes Chretiens, l’extirpation des heresies, & l’exaltation de nôtre / sainte Mere Eglise ; qu’ils gagnent châque fois qu’ils pratiqueront ce qui est dit, toutes & une chacune des Indulgences, / remissions des peches, & relaxations des penitences que les Confreres & Sœurs desdites Confraternitez du tres-saint / Rosaire gagnent par concession Apostolique en recitant le Rosaire entier. De plus, d’autorité Apostolique, & par la te- / neur des presentes Nous accordons & octroyons à tous & un chacun des susdits qui ont accoustumé, comme a esté dit / de celebrer ou d’ouïr la Messe du Rosaire, si estant vrayment repentans, confessez & repus de la sacrée Communion, ils / prient comme dessus, qu’ils jouïssent chaque mois des mesmes Indulgences, remissions des pechez, & relaxations des / penitences, dont jouïssent les Confreres & Sœurs desdites Confreries qui assistent à la Procession dudit Rosaire le premier / Dimanche de chaque mois ; & que toutes & chacune desdites Indulgences, remissions de pechez, & relaxation des / penitences puissent estre appliquées par forme de suffrage aux Ames des fideles défunts qui unis à Dieu par charité sont / partis de ce monde. Nonobstant nostre Regle & celle de la Chancellerie Apostolique, de n’accorder pas des Indulgences, / adinstat, & autres Constitutions & Ordonnances Apostoliques, & toutes autres quelconques au contraire. Les presentes / valables à perpetuité pour tout temps à venir. Or Nous voulons qu’on ajoûte la mesme foy en jugement & hors d’iceluy, / aux copies des presentes Lettres, mesme imprimées, signées de la main de quelques Notaire public, & munies du Sceau de quelque personne établie en dignité Ecclesiastique ; qu’on ajoûteroit aux mesmes Lettres presentes si en les produisoit & / exhiboit. Donné à Rome à Sainte Marie Majeure sous l’Anneau du Pescheur le 16 jour de Fevrier 1671. l’an premier de nostre Pontificat. I. G. SLVSIVS. / LANNVS PINVS Secretaire de l’Eminentissime Seigneur Cardinal Vicaire. / Novs donnons pouuoir de publier presentes. Donné à Grenoble le dix-huitième Iuillet mil six cens septante-un. / DE PESIEV Doyen Vicaire General. / Par commandement du Sieur Vicaire General. DVPILLE Secretaire.

[1] France, Grenoble, Bibliothèque municipale – cote : V.1318. Placard également conservé à la fin de Abregé de la vie, vertvs, et miracles de la Bien-hevrevse Soevr Rose de Sainte Marie, Religieuse du Tiers Ordre de Saint Dominique. Avec la relation des ceremonies qui se sont faites dans l’Eglise de S. Pierre de Rome, le 25 du mois d’Avril 1668, en suite du Decret de nostre S. Pere le Pape Clement IX. Pour la Beatification de ladite Bien-heureuse, A Grenoble, chez André Galle, Imprimeur & Libraire, en la place Mal-Conseil, 1668 (France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : 4-OO-249 [1]).

Commentaire
Dans l’état actuel de la recherche, il est impossible de dire comment le diocèse de Grenoble eut connaissance du bref d’indulgences accordé, selon le texte, à la demande de la cour d’Espagne. Cependant la présence des armoiries de l’Ordre des Prêcheurs à droite de l’image laisse supposer une requête de la part du couvent de Grenoble. Selon les règles en vigueur les armoiries papales, figurent en pendant aux armoiries des solliciteurs.
La traduction et sa publication à Grenoble ne permettent pas non plus de savoir si l’iconographie provient d’un modèle italien ou flamand, ou s’il s’agit d’une pure création locale, peut-être antérieure à son usage dans les documents ici présentés.
Intentionnellement est présentée ci-après un diplôme imprimé au Puy. Si la présentation de la Vierge Marie debout dans un double rosaire, de saint Dominique et de sainte Catherine est similaire, force est de constater que les âmes du purgatoire cèdent la place à un paysage. Mais la présence des putti rapproche l’estampe de l’image de dévotion gravée, avant 1665, par Jan Van den Sande (1600-1665) [page 55].