Rosaire


ROSAIRE / LUX SANCTISSIMI ROSARII (BRUGES, 1668)

Lux Sanctissimi Rosarii
Petrus CLOUWET (1629-1670), graveur
1667
Burin
Tr. c. : 17,65 x 14 cm

 

 

 

 

 

 

Titre illustré pour Alain BOUCHOUT (?-1676), Lux Sanctissimi Rosarii continens conciones de SS. Rosario, Ejusque Fraternitate, Super omnes totius Anni Dominicas, Ac præcipua Reginæ Sanctissimi Rosarii Festa. Quæ pluribus Conceptibus ex variis Auctoribus desumptis, sunt ornatæ, in majorem Dei, D. Virginis, S. Dominici Patris nostri gloriam. Nec non in gratiam & sublevamen Concionatorum. Studio & opera R.P.F. Alani Bouchout, Ordinis FF. Prædicatorum, Almæ Confraternitatis SS. Rosarii Præfecti, & Prioris Conventus Brugensis, Brugis, Ex Typographiâ Viduæ Joannis Clouwet, 1668.
France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ A 203/1.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sur la face de la stèle

LUX / SS. ROSARII / In omnes totius Anni / dominicas. / PER / R.P. ALANVM BOVCHOVT / BRUGENSEM / Ord. PP. Prædicatorum.
2. Sous les saints
[À gauche :]
S. DOMI / NICVS.
[À droite :] B. ALANVS.
3. Sous la stèle
P. Clouwet fecit
4. Sous le trait carré de l’image
Brugis, ex Tÿpographiâ Viduæ Ioannis Clouwet, via Breÿdeliâ. / Cum Gratia et Privilegio. 1667.

Image
Au-dessus d’une stèle, la Vierge Marie apparaît assise sur une nuée, tenant l’Enfant Jésus assis sur le genou gauche. La Mère tend un rosaire à saint Dominique agenouillé sur la gauche de l’image, le chien à la torche enflammant un orbe étant couché près de lui. L’Enfant semble vouloir toucher l’index levé du bienheureux Alain de la Roche qui se tient debout, rosaire à la main et en plein exercice de prédication, sur la droite de l’image. Dans les cieux quatre angelots tendent des rosaires vers les deux dominicains.

États
Un seul état :
France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ A 203/1 ; Bibliothèque du couvent des dominicains, sans cote

Commentaire
La planche fut-elle exécutée pour une édition d’une année antérieure, parue déjà à Bruges chez la veuve de Jean Clouwet ? Ou bien la planche fut-elle gravée en 1667 pour une édition de 1668, la censure ordinaire étant en date du 29 novembre 1667 ? La confusion est entretenue par les recensions qui suivent Bernard de Jonghe alors même que les bibliothèques dont les catalogues ont pu être consultés ne comportent aujourd’hui que l’édition de 1668[1]. Soit celle de 1667 est rare, soit elle n’a jamais existé.
Le titre servit encore pour l’édition lovanienne de 1669, sortie des presses de Hieronymus Nempæus avec un titre différent (Lux SS. Rosarii. Proponens varia in eius propagationem ac pluribus conceptibus ex variis auctoribus desumptis ornata[2][…]).

[1] Jean-François JONGHE (dit Bernard de, 1674-1749), Belgium dominicanum, sive Historia provinciae Germaniae inferioris Sacri Ordinis FF. Praedicatorum, Ex antiquis Manuscriptis, probatis Authoribus, Litteris originalibus numquam impressis, Instrumentis authenticis, & Archivis eruta. Collectore F. Bernardo de Jonghe, ejusdem Ordinis, Conventûs Gandensis filio, Bruxellis, typis Francisci Foppens, sub signo Sancti Spiritûs, 1719, p. 183.
[2] Allemagne, Eichstätt, Bibliothèque universitaire – cote : AC06301540.