Rosaire


ROSAIRE / DEN GHEESTELYCKEN ROOSELAER (ANVERS, 1623)

Den gheestelycken Rooselaer
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
1614 [ici impression de 1623]
Burin
C. de pl. : 12,1 x 7,3 cm

 

 

 

 

 

 

 

Titre illustré pour Vincent HENSBERGH (?-1634), Den gheestelycken Rooselaer der alderweerdichste Moeder Godts. Verciert met schoone Roosen der meditatien, ghebeden ende Mirakelen vant’H. Roosenkransken. By een vergaert ende anderwert verbetert door B. Vincent Hensberch Predicheer tot Antwerpen, Thantwerpen by Cornelis Verschueren, inde Cammerstrate, inde Raep, 1623.
Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.ACC.000805.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans l’ovale central
DEN / gheestelycken / ROOSELAER / der alderweerdichste / MOEDER GODTS / Verciert met schoone Roosen / der meditatien, ghebeden ende Mirakelen / vant’H. Roosenkransken / By een vergaert ende / anderwert verbetert / door / B. VINCENT HENSBERCH / Predicheer tot Antwerpen.
2. Sous les saints dominicains du premier plan
[À gauche :] S. DOMINICVS.
[À droite :] B. ALANVS.
3. Sous le trait carré de l’image
Thantwerpen by Cornelis Verschueren, / inde Cammerstrate, inde Raep, 1623.

Image
Dans un hortus conclusus, un rosier, planté par saint Dominique à gauche et arrosé par le bienheureux Alain de la Roche à droite, dresse sa ramure sur toute la hauteur de l’image. Les deux branches du plant sont doublées vers l’intérieur par un immense rosaire dont la croix retombe à la jonction des branches et du tronc. Vers l’extérieur poussent feuilles et roses L’ensemble est béni par la présence dans le haut de l’image de la Vierge Marie assise dans les nuées portant l’Enfant Jésus assis sur son genou gauche. La Mère et l’Enfant offrent chacun un rosaire.

États
Premier état : le titre est différent (DEN / geestelycken / ROOSELAER / der alderweerdichste / MOEDER GODTS / Verciert met schoone roosen / der meditatien en ghebeden / op’t H. Roosenkransken / By een vergaert / door / B. VINCENT HENSBERCH / Predicheer tot Antwerpen. / Met Priuilegie. La date est 1614. Les chapes des dominicains sont blanches. Les deux dominicains ne sont pas nommés. Belgique, Anvers, Ruusbroecgenootschap, RG 3029 E 20
Deuxième état : Les chapes ont été retaillées pour apparaître noires. À l’exception de la date qui est 1617, la lettre est déjà celle du troisième état étudié .
Troisième état, celui décrit : Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.ACC.000805.

Bibliographie
2006, NEW HOLLSTEIN, The Collaert Dynasty (Part VII), p. 133-141, n° 1914-1930 ; p. 137, Fig. 1914

Commentaire
À la fin de l’ouvrage examiné, après une page portant la marque du libraire (gravure sur bois), se lisent le privilège et l’approbation doctorale, tous deux encore datés de 1614.
Le présent ouvrage n’a conservé que son titre illustré mais les clichés des seize autres planches figurent dans le volume dit Hollstein, d’après l’exemplaire du Museum Plantin Moretus (cote : 8-310).
La première planche après le titre illustré fournit le nom du dédicataire. Il s’agit du dominicain, Michael Ophovius (1570-1637), qui n’est pas encore évêque d’Anvers. En 1614, il est Provincial. En 1623, il est captif à La Haye. Ce dernier fait contribue à dater la première impression des planches plutôt en 1614.
Toutes les planches mesurent environ 10 x 7 cm.