Rosaire


ROSAIRE / PLACARD (PARIS, 1645-1er AVRIL 1669)

Les Litanies dv Sainct Rosaire
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
Herman WEYEN (début du XVIIe -1672), éditeur
S. d. [1645-1er avril 1669]
Eau-forte (?) et burin
C. de pl. : 48,3 x 36,6 cm
Paris, France, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique), H 173509.

© Claire Rousseau

 

 

 

Lettre
1. À l’intérieur du rosaire, de gauche à droite
Première colonne :
Antienne. / Sub tuum præsidium con / fugimus, Sancta Dei / Genitrix nostras depræ / cationes ne despicias / in necessitatibus nostris / Sed a periculis / cunctis libera nos / Semper Virgo / gloriosa et benedicta
Au-dessus des deuxième, troisième et quatrième colonnes :
LES LITANIES DV SAINCT ROSAIRE.
Deuxième colonne :
Kirie Eleyson / Christe Eleyson. Kirie Eleyson. / Christe audi nos. / Christe exeudi nos. / Pater de coelis Deus / Fili Redemptor mundi Deus. / Spiritus Sancte Deus. / Sancta Trinitas unus Deus.
[À la verticale, de haut en bas, sur le côté droit :]
miserere nob. / Sancta Maria. / Sancta Dei Genitrix. / Sancta Virgo Virginum. / Mater Christi. / Mater divinæ gratiæ. / Mater purissima. / Mater castissima.
[À la verticale, de haut en bas, sur le côté droit :] ora pro nobis. / Mater inuolata. / Mater intemerata. / Mater amabilis. / Mater admirabilis. / Mater Creatoris. / Mater Saluatoris. / Virgo prudētissima. / Virgo venerāda.
[À la verticale, de haut en bas, sur le côté droit :] ora pro nobis
Troisième colonne :
Virgo predicanda. / Virgo potens. / Virgo Clemens. / Virgo fidelis. Speculum Iustitiæ. / Sedes Sapientiæ. / Causa nostræ lætitiæ.
[À la verticale, de haut en bas, sur le côté droit :] ora pro nobis. / Vas spirituale. / Vas honorabile. / Vas insigne deuotionis. / Rosa mystica. / Turris Dauidica. / Turris eburnæa / Domus aurea. / Foederis arca. / Janua coeli. / Stella matutina. / Salus infirmorum. / Refugium peccatorum. / Consolatrix afflictorum. / Auxilium Christianorum. / Regina Angelorum. / Regina Patriarcharum.
[À la verticale, de haut en bas, sur le côté droit :] ora pro nobis.
Quatrième colonne :
Regina Prophetarum. / Regina Apostolorum. / Regina Martyrum. / Regina Confessorum. / Regina Virginum. / Regina Sanctorum omniū / Regna Sanctissimi Rosarii.
[À la verticale, de haut en bas, sur le côté droit :] ora pro nobis. / Agnus Dei qui tollis peccata / mundi parce nobis Domine / Agnus Dei qui tollis peccata / mundi exaudi nos Domine / Ağus Dei qui tollis peccata / mundi miserere nobis Domine / Pater noster / v. ora pro nobis Sancta / Dei Genitrix / R. Vt digni efficiamur / promissionibus Christi
Cinquième colonne :
Oremus. / Gratiam tuam quæsumus / Domine mentibus nostris / infunde ; Vt qui angelo / nuntiante Christe filii tui / incarnationem cogno- / uimus, per passionm / eius et crucem ad / resurrectionis glo- / riam perducam, / per Dominum / nostrum./ Amen
2. Dans le bas de l’image, de part et d’autre de la croix du rosaire
A Paris de l’Imprimerie de Herman ; Weyen, ruë St Iacques, a l’Enseigne St Benoist.

Image
Un chapelet de gros grains en forme de roses encadre la scène principale et, en dessous, le texte des litanies. Au centre de la composition la Vierge trône sur des nuées portant l’Enfant Jésus sur son genou gauche. De la main droite, elle remet un chapelet à saint Dominique, agenouillé sur la gauche de la scène. Derrière le scapulaire du saint apparaît le chien à la torche enflammée, couché près d’un orbe. L’Enfant couronne d’épines sainte Catherine de Sienne, agenouillée sur la droite de la scène. Les mains de la sainte, en apposition sur sa poitrine, portent ostensiblement des stigmates. À côté de la sainte, une branche de lys repose à même le sol. Au-dessus de la tête de la Vierge plane la colombe du Saint-Esprit.
Le chapelet est doublé sur l’extérieur par des médaillons figurant les mystères du Rosaire. La lecture débute en haut à droite et s’effectue dans le sens des aiguilles d’une montre, de sorte que le couronnement de la Vierge se trouve à la verticale de la colombe et de la tête de la Vierge à l’intérieur du chapelet.

États
Un seul état : Allemagne, Wolfegg, Coll. Waldburg-Wolfegg, B 12.356 ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique), H 173509 ; Rc-36, t. 1 bis, M62574

Bibliographie
2017, COUSINIÉ, p. 175, fig. 46

Commentaire
La datation repose sur le fait qu’Herman Weyen est établi de manière certaine rue Saint-Jacques à partir de 1645 et que l’enseigne passa à son gendre François de Poilly le 1er avril 1669.