Rosaire


ROSAIRE / MARIALE, SIVÈ CONCIONES… (BRUXELLES 1652)

Mariale, sivè conciones super Euangelia Festivatum Sacratissimæ Virginis Mariæ
Richard COLLIN (1626-vers 1697), graveur
D’après Erasmus II QUELLINUS (1607-1678), dessinateur
1652
Burin
Tr. c. : 20 x 15,4 cm

 

 

 

 

Titre illustré pour Ignacio COUTINHO (1590-1647), R. P. F. Ignatii Coutiño Ordinis FF. Prædicatorvm S. Theologiæ Licentiati, Mariale, Sivè Conciones super Euangelia Festivitatum Sacratissimæ Virginis Mariæ. Quas ex Idiomate Hispanico in Latinum transtulit R. P. F. Henricus Hechtermans, Ordinis FF. Prædicatorum S. Theologiæ Licentiatus, & Professor Conventûs Mosæ-trajectensis. Tomus Primus [Tomus Secundus ; Tomus Tertius]. Cum Quadruplici Indice : I. Tractatuum & Considerationum. II. Locorum S. Scripturæ. III. Rerum maximè memorabilium. IV. Concionum de Tempore & Festis totius Anni., Brvxellis, Typis & sumptibus Francisci Vivieni, sub signo Boni Pastoris, 1652.
France, Toulouse, Bibliothèque du couvent des dominicains – cote : 742 B COU.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans le rond du cartouche

ADMODVM Rdi P. Fr. / IGNATII COUTIN[trait abréviatif sur le N]O. / Ordinis F.F. Prædicatorum / S. Theologiæ Licentiati, / CONCIONES / Quas ex Idiomate Hispanico in Latinum transtulit / R.P.F. HENRICVS HECHTERMANS / S. Theologiæ Licentiatus & Professor / ejusdem Ordinis Conventûs / Mosætrajectensis. / & Dedicavit Illmo & Excellmo Domino D. / GODEFREDO COMITI DE HVYN. / IN GELEEN. ETC. / Bruxellis, ex Officina Francisci Vivieni, / sub signo Boni Pastoris. M.DC.LII. / Cum Previligiis Cæsareo et / Regis Hispaniarum.
2. Au-dessus du trait carré inférieur
[À gauche :]
E. Quellinus inu
[À droite :] Richard Collin sculpsist

Image
La scène principale est située dans les deux tiers supérieurs de la planche. Une Vierge à l’Enfant couronnée d’étoiles trône dans les nuées. Au même niveau, l’encadrant, se tiennent debout, à gauche de l’image, saint Antonin de Florence (doté du pallium et de la croix et répandant une aumône) et le prophète Élie (avec le corbeau lui apportant du pain), à droite, saint Jean-Baptiste et le roi David. Légèrement plus en dessous, saint Dominique, le front surmonté d’une étoile, est agenouillé sur la gauche, recevant un rosaire de la part de la Vierge. Lui faisant face, sainte Catherine de Sienne, voilée de blanc et portant la mantella noire, s’incline profondément, agenouillée devant l’Enfant Jésus qui la couronne d’épines. Les traits sont fins et doux, obtenus par un jeu de hachures à espacement très régulier.
Dans la partie inférieure de l’image, un cartouche encadre le titre. Ses volutes enserrent dans le bas deux cornes d’abondance. Celle de gauche laisse s’échapper des poissons et un rosaire. Devant cette corne brûle une lampe à huile. La corne de droite est remplie d’instruments évoquant la pénitence : épines, discipline, cilice. Une bourse pour l’aumône de laquelle s’échappent des pièces complète les éléments.

États
Premier état, celui décrit :
France, Toulouse, Bibliothèque du couvent des dominicains – cote : 742 B COU
Deuxième état :
En dessous de IN GELEEN. ETC. a été ajoutée l’indication du nombre de volumes : tomi tres. La date portée est alors : M.DC.LIII, tandis que la page de titre de l’exemplaire consulté conserve encore l’indication M.DC.LII.
Allemagne, Munich, Bayerische StaatsBibliothek – cote : 4 Hom. 392-1/2
Troisième état : l’adresse a été modifiée ; sous tomi tres se lit editio secunda / Coloniæ, ex Officina Ioannis Búsæi, / sub signo Monocerotis M.DC.LXI. / Cum

Commentaire
Le premier tome de l’ouvrage, rassemblant des sermons, fut initialement composé en 1636 en portugais par le dominicain Ignacio Coutinho et édité à Lisbonne, puis traduit en castillan par un autre dominicain en 1639 et édité la même année à Barcelone, puis à Madrid en 1647[1].
Le traducteur en latin, Henri Hechtermans, entré à l’âge de quinze ans chez les dominicains de Maastricht, fut envoyé en Espagne après sa profession en 1622. De retour, il enseigna dans différents couvents et villes et fut élu prieur à plusieurs reprises, à Maastricht et à Malines[2]. Ses études en Espagne le rendirent apte à traduire l’ouvrage de son confrère Ignacio Coutinho. Le premier volume des homélies étant consacré aux fêtes mariales, c’est presque tout naturellement que le titre illustré mit en scène la Vierge et l’Enfant conférant le rosaire et la couronne d’épines à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne.
Selon les exemplaires consultés, il semblerait que seul le premier tome reçut la planche. Cependant, rapidement, il fut indiqué sur ce titre que l’œuvre comportait trois tomes.
La planche passa à Cologne où une seconde édition parut en 1661 chez Johann Busaeus, imprimeur probablement originaire d’Anvers[3]. L’éditeur indique dans les pages liminaires que les droits et privilèges d’impression de Franciscus Vivien, marchand libraire et imprimeur juré à Bruxelles, lui ont été légalement cédés et qu’il a obtenu de nouveaux privilèges, cette fois-ci de l’empereur du Saint Empire romain germanique, Ferdinand III.

[1] Pour le détail des éditions, voir Diogo Barbosa MACHADO, Bibliotheca Lusitana Historica, Critica, e Cronologica… Tomo II, Lisboa : Na Officina de Ignacio Rodrigues, 1747, p. 536-537.
[2] Jean-Noël Paquot (1722-1803), Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas, de la Principauté de Liège, et de quelques contrées voisines, A Louvain, de l’Imprimerie Académique, t. 9, 1767, p. 430-433.
[3] Christoph RESKS, Die Buchdrucker des 16. und 17. Jahrhunderts im deutschen Sprachgebiet, Wiesbaden, Otto Harrassowiz, 2007, (Beiträge zum Buch- und Bibliothekswesen, 51), p. 475-476.