Rosaire


ROSAIRE / DIPLÔME (?, ?)

L’Honneur de Marie défendu
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d.
Burin
C. de pl. : 23 x 15,9 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Re 13, t. 5, p. 229

© Claire Rousseau

 

 

 

 

 

Lettre
1. Au-dessus de l’image
L’HONNEVR DE MARIE DEFFENDV CONTRE L’HERETIQVE / PAR ST DOMINIQ. EN L’INSTITUTION DV ST ROSAIRE / DE LA MERE DE DIEV.
2. Sous l’image
Les Devoirs des Confreres du St Rosaire. / Il faut dire une fois la Semaine en un ou plusieurs jours quinze dizaines du / Chapelet : se confesser et communier le 1er Dimanche de chaque mois, les / jours qu’on celebre quelqu’un des Misteres et festes de la Ste Vierge : Assister / a la procession, visiter la Chapelle du Rosaire, et prier selon l’intention de / l’Eglise : ce faisant on gagne Indulgence Pleniere ausdits jours.
3. Dans l’image, au-dessus de l’auréole de la Vierge
RADIX
4. Dans l’image, sous la Vierge
IVNCTA ROSIS LILIA
5. Dans l’image, au-dessus de l’auréole de saint Dominique
ROSA
6. Dans l’image, au-dessus de l’auréole de saint Louis
LILII

Image
Au centre de l’image, la Vierge Marie siège avec l’Enfant Jésus posé sur le genou gauche. Vêtue de vêtements damassés ou brodés de roses et de lys, simplement voilée, la Vierge est tout à la fois auréolée de rayons et inscrite dans une mandorle rayonnante. De la main droite, elle tend un chapelet à saint Dominique tandis que l’Enfant, nu, en offre un à saint Louis, esquissant de la main droite un geste de bénédiction. À ses pieds, sur la nuée, quelques boutons de roses et de lys.
De part et d’autre de la Vierge, un ange déverse depuis les cieux des roses et des lys sur les saints.
À gauche, saint Dominique agenouillé, une étoile sur le front, est auréolé d’une manière solaire. De la main gauche, il reçoit le chapelet et de la droite il abaisse une croix vers un monstre à trois têtes crachant du feu, figurant l’hérésie, placé sous la Vierge Marie. Devant Dominique un chien retient de sa patte avant un flambeau qui embrase un globe surmonté d’une croix posé sur un livre.
À droite, saint Louis, vêtu d’hermine et de damassé à fleurs de lys, est agenouillé. Auréolé de manière similaire à saint Dominique, il reçoit le chapelet de la main droite et de la gauche tient dans sur linge brodé la couronne d’épines et les clous de la Passion. Devant lui, les insignes royaux, sceptre, main de justice et couronne, sont posés sur un coussin à glands.
Le décor d’arrière-plan est celui d’une campagne avec, sans doute, derrière Dominique une église et derrière saint Louis un château.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Re 13, t. 5, p. 229