Rosaire


ROSAIRE / MIRACULA ET BENEFICIA SS. ROSARIO (ANVERS, 1610)

Miracvla et Beneficia SS. Rosario
Theodoor GALLE (1571-1633), graveur
1610
Burin
C. de pl. : 15,5 x 9,2 cm

 

 

 

 

 

 

 

Titre illustré pour Vincent HENSBERGH (?-1634) ou/et Joannes NYS (?-1622), Miracvla et Beneficia SS. Rosario Virginis Matris Devotis a Deo Opt. Max. Collata, Antverpiæ, Theodorus Gallæus, 1610.
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir
Cote : Res Mod D 109 (1ère pièce).

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans l’ovale central
MIRACVLA / ET / BENEFICIA / SS. ROSARIO / VIRGINIS MATRIS / DEVOTIS / A DEO OPT. MAX. / COLLATA. / ANTVERPIÆ / Theodorus Gallæus / excubedat / M.DC.X
2. Sous les saints dominicains du premier plan
[À gauche :] S. DOMINICVS.
[Au centre :] Cum Priuilegio.
[À droite :] B. ALANVS DE RVPE.
3. Sous le trait carré de l’image
Serenissimæ ISABELLÆ CLARÆ EVGENIÆ, / Infanti Hispaniarum, Principi et Dominæ nostræ, / Familia Dominicana Antuerp. DD.

Image
Un rosier, planté par saint Dominique à gauche et arrosé par le bienheureux Alain de la Roche à droite, dresse sa ramure sur toute la hauteur de l’image. Les deux branches du plant sont enlacées par un immense rosaire dont la croix retombe sur le tronc. Vers l’extérieur poussent des feuilles et des roses et vers l’intérieur les quinze médaillons des mystères du Rosaire qui se lisent en partant du haut à gauche et en tournant dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. L’ensemble est béni par la présence de l’Esprit saint figuré sous la forme d’une colombe en plein vol en haut de l’image. Derrière le rosier et sur sa droite, deux anges distribuent des rosaires à une foule agenouillée, tandis qu’à gauche deux anges en font autant à destination des âmes du purgatoire.

États
Un seul état : Belgique, Anvers, Museum Plantin-Moretus – cote : 8612 (première partie) ; France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : Res Mod D 109 ; Pays-Bas, Amsterdam, Rijksmuseum, RP-P-OB-6801

Commentaire
D’après le titre illustré, la « Famille dominicaine » (expression dont le contenu précis n’a pu être défini), rend hommage à la princesse Isabelle Claire Eugénie. Cependant l’ouvrage fut sans doute conçu dans une volonté de diffuser la dévotion du Rosaire en rappelant en images et en texte les miracles obtenus.
Après un prologue signé par le frère Vincent Hensbergh qui fait remonter les origines de la dévotion du Rosaire à saint Dominique et rappelle son développement cautionné par les papes, l’ouvrage comporte quinze planches légendées dont huit font apparaître un ou des dominicains[1]. Les sources des légendes sont mentionnées pour accréditer les récits dont certains circulaient depuis longtemps et d’autres dataient d’une dizaine d’années. Les planches ne sont pas signées et ne peuvent donc être attribuées formellement à Theodoor Galle.
L’ouvrage fut publié dès 1610 à Anvers en latin, d’autre part avec un texte complémentaire en français, et également en flamand [voir page 77]. Il fut copié dès les années suivantes à Paris chez Nicolas de Mathonière [voir page 75], Thomas de Leu [voir page 73] et Jean IV Leclerc [voir page 74].
Le titre illustré servit aussi de modèle pour d’autres ouvrages et le dernier exemple recensé dans le cadre de cette recherche date de 1691 [voir p. 76, Œuvre en rapport]. Le succès iconographique ne semble donc pas s’être démenti tout au long du XVIIe siècle.

Des quinze planches, seules les huit figurant des dominicains sont présentées ci-après. Elles mesurent toutes environ 15 x 8,9 cm au coup de planche. La lettre sera transcrite mais la description de l’image ne sera pas faite.
Ces planches pouvaient être acquises indépendamment, soit comme images de dévotion, soit pour illustrer un autre livre, notamment la traduction néerlandaise que Jan I Moretus imprima en 1610, peu de temps avant sa mort[2]. Le lecteur est en effet averti qu’il peut acquérir les planches d’illustration auprès de Theodoor Galle[3].

[1] En dépit de la préface signée, le catalogue de la bibliothèque du Saulchoir attribue l’ouvrage au dominicain Joannes Nys. Ce choix s’appuie peut-être sur la mention par Bernard de Jonghe d’un ouvrage « Miracula SS. Rosarii anno 1610 arte prædicti Gallæi in 4 », mention qui ne peut que faire songer au recueil ici présenté. Deux pages plus loin, Bernard de Jonghe donne la liste des ouvrages de Vincent Hensberg qui, comme Joannes Nys, était membre du couvent d’Anvers. Le présent opuscule n’y figure pas. Le livre conservé au Saulchoir aurait-il une préface incluse ultérieurement et provenant d’un autre livre ? La même préface est également insérée dans l’exemplaire conservé à la bibliothèque Saine-Geneviève à Paris (4 W 43 INV 71 RES [P.1]) Voir Bernard de JONGHE (1674-1749), Belgium dominicanum, sive Historia provinciae Germaniae inferioris Sacri Ordinis FF. Praedicatorum, Ex antiquis Manuscriptis, probatis Authoribus, Litteris originalibus numquam impressis, Instrumentis authenticis, & Archivis eruta. Collectore F. Bernardo de Jonghe, ejusdem Ordinis, Conventûs Gandensis filio, Bruxellis, typis Francisci Foppens, sub signo Sancti Spiritûs, 1719, p. 225-227.
[2] Wonderlijcke schoone gratien ende mirakelen bevvesen van Godt almachtigh door de verdiensten van het heyligh Roosen-kransken sijnder alder-vveerdighste Moeder ende altijdt Maghet Maria. Vergadert wt lofweerdighe Schrijuers door B. Vincent Hensbergh Predic-heer van Antwerpen, T’Antwerpen, Inde Plantijnsche Druckerije, 1610. Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.DEPD.A65G11/-3.
[3] Sur la page de titre : « Zijn te koope / t’samen met de figuren / by Theodor Galle ».

PLANCHE 1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
VIRTUTE SS. ROSARII A DÆMONIIS OBSESSVS LIBERATVR. 1.
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. B. P. Dominicum sacrum hunc ritum populum edocentem ac multa / de eius vsu et commodo disserentem hæreticus Cynico ore momordit, / ac lusit. Et ecce pænam, indiuiduam ferè flagitij comitem. tanta eum / Dæmonum multido inuasit, vt totum credas Barathrum migrâsse. B. pòst / Dominico varijs quæstionibus tetros miselli hominis incolas confudente ; adfuit / B. Virgo magnâ Sprituum armatorum copiâ. Frequentatum est Psalterium. ad / quodque AVE MARIA quisque Dæmonum cessit ; ita, vt ijs omnibus persolu: ; ita, / tis ; hic etiam iniquis illis hospitibus solutus fuerit, ac planè exemptus. / Spec. exemp. ex legend S. Dominici conscripta à B. Iord. Const. Vmb. et Theod. de Apoldia.

PLANCHE 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
SPERNENS INSTITVTVM SS. ROSARII EPISCOPVS, / A B. VIRGINE CORRIPITUR. 2.
2. Légende sous le trait carré de l’image
Eximium hunc Rosarij præconem ludens Episcopus tricas ea esse, et dignas colo / fabulas iactitabat. felix quem corresit somnium. A. Videbat multuos secum aqua: / rum gurgite obuolui, B. hîc strui à Dominico pontem, in eoque 150 turres, in quibus / extractos singulos refocillabat, C. transmittens eos hinc in hortum spatiosum ; vbi / Virgo solio residens Coronas dispertiebatur. Accedentem illa Episcopum increpare, / monere, sanius vt de re sentiat, suadens. persuadet. Verùm tempore (vt fit) si non / refrixit, at certè intepuit. D. Et ecce cernit multis sese cum alijs teterrimâ in / palude suffocandum (graui certè bello vrgèbatur) desuper verò (id erat / somnij) Deiparam et Dominicum catenam 150 nodis insignem, maiuscu: / lis quoque hinc inde intertextam demittentes, quò eximatur. eximitur. / Albertus de Castello in suo Rosario.

PLANCHE 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
OBSTINATVS PECCATOR AD PŒNITENTIAM DEDVCITVR. 3
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. B. P. Dominico caussam salubris illius ritus pro concione agente ; adsuit quidam Pe: / trus, Baro, ipsiusque B. Patris affinis, vir scelestissimus. Vidit hunc, non tam corporis, / quam mentis oculo Dominicus. vidit, fleuit, Dominum, vt verâ, ac viuâ peccatoris formâ / horribilem prostitueret, rogauit. Inauditum spectaculum. Tota concio à Dæmonibus. / eum cinctum ac vinctum conscipit : diffugiunt omnes. Matrona nobilis eius coniunx / hoc viso mariti statu horret, vlulat. B. At tandem rosarium ei per B. Dominicum / transmittitur. C. Quo peruoluto confessione se emundat : cui Dominicus rosarij / frequentationè mulctam imponere a D. Virg. monetur. D. Hinc ipse sibi alius visus est, et tum demum homo esse cæpit, cùm Rosarij merito formam diabolicam exuit. / quin etiam tot iam stipabatur angelis, quot antè dæmonibus vexabatur. / Albertus de Cast. ex Ioan. de Monte et Thom. de Templo.

PLANCHE 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image

STERILI REGINÆ PROLES CONCEDITVR. 4.
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. Blancka Franciæ Regina prolem mirè ambiebat, eiusqúe defectu / summopere angebatur, se Reginam nihili faciens, nisi Regis etiam mater / diceretur ac foret. Consulit Dominicum. Is singularem erga D. Virginem adfectum / induat, suadet, et illud eius Rosetum voluat, alijsque voluendum distribuat / fore vt non amplius liberis viduam se lugeat. B. Cedit illa consilio, / et adquiescit. magnam pecuniarum vim rosaceis hisce munusculis insumit. / C. Et ecce puellum parit, illum, quem cùm dignitas, tùm verò sanctitas in / Rege prope incredibilis ad nos transmisit, Ludouicum: vtpote quem non tam / Blancka mater, quàm Maria Virgo peperit, cùm hæc, vt illa pareret, dedit. / P. Seraph. Raz. in hortulo exemp. 26. et Alb. de Cast. in suo Rosario.

PLANCHE 8

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
CAPUT DECOLLATÆ, VT CONFITEATVR, IN VIVIS CONSERVATVR. 8.
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. Alexandra virgo nobilis, et à duobus præfertim amatoribus impetita, / tantâ contentione, vt duello se comitterent, quo cecidit vterque. Horum / consanguinei vehementer in puellam commoti eam ingularunt capite in / vicinum puteum abiecto. Nouit hæc Beatæ V. monitu Dominicus, et 150 diebus / elapsis ad puteum fide plenus accedit, caput euocat, quod angelicis sublatum / manibus ad putei oram ascendit, confitetur, communicat. recens planè, / nec vlla ex parte in saniem conuersum. Affirmauit cum damnanda esset id / se Rosarij merito obtinuisse, ne sine contritione decederet, atque etiàm stupendo / illo modo tantùm post temporis peccata sua confessione deleret. / Albertus de Cast. in suo Rosario.

PLANCHE 10

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
FILIA PASTURIS A B. VIRGINE IN EXTREMIS / INSTITVR ROSISQVE CORONATVR. 10.
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. Puella Gregarij filia curas pastorales suaui hoc Psalterio solabatur, / ruriqúe deserto in templo miram cum imagine inibi Deiparæ virgini / familiaritatem contraxerat. B. Gemini ordinis Præd. illàc tendebant. quorū / vno (diuinâ id fanè ordinatione) dormitante ; orationi alter se dedit. / Rem nouam ! quam quidem insomnis hic, ille verò somnians (non iam / somnians) videt. C. Ternæ Diuarum cohortes ad decumbentem puellam, / iamqúe animam agentem properabant, quod agmen D. Virgo claudebat: indig: / num etenim existimabat tam amicam sibi animam incomitatam excedere. / Speculum Exemp. dist. 9. exemp. 118.

PLANCHE 14

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
TENTATIONES DÆMONVM FVGANTUR. 14.
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. Mulier Antuerpiæ Dæmonibus sese pacto deuouerat, quod / ipsum proprio etiam sanguine firmauerat. Postea verò quàm mi: / litiæ huic, et Rosarij Sodalitio nomen dedit ac sacramentum ; / Diabolus iussu Virginis (testatus est id ipse) chirographum restituit. / B. Non absimili modo mulier ibidem, quam varijs figurarum terri: / culamentis, qui solet distorquebat, liberata est quippe vbi huic / se Societati inseruit, Virginis gremio tanquam portui tutissimo, atque hostibus inuio se committentem, ille deseruit. / Ex Thesauro magno Sodalitatis SS. Rosarij.

PLANCHE 15

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Titre au-dessus de l’image
CHRISTIANIS CONTRA TVRCAS VICTORIA CONCEDITVR. 15.
2. Légende sous le trait carré de l’image
A. Turca periculo non leui Christianorum rebus imminebat, / atque adeo vel vincendum erat, vel pereundum : ad Triarios / ventum erat. Quid agatur ? Publicâ Deiparam processione solli: / citant, nulla à precibus Rosaceis, nulla à votis Virginis Ara / vacat. B. Conuenitur : mari, pugnam credent. at nostri multo / milite ac naui impares ; cælesti verò fauore hostes nedum pares. / Certatum est acriter. Breuiter : victoria nostram in partem, / Mariani (vt creditur) Rosarij merito declinauit. / Gregorius XIII. in bulla institutionis festi SS. Rosarij.