Rosaire


ROSAIRE / ROSA MYSTICA (ANVERS, 1711)

Rosa Mystica
Pieter Balthasar BOUTTATS (1666-1711), graveur
1711
Burin
C. de pl. : 6,1 x 7,5 cm

 

 

 

Planche pour Matthaeus de BIE (?-1720), Rosa mystica oft verborghen Roos Maria gheplant inde H. Kercke Verthoont in haer Enghelijck Gebedt der Alder H. Roosen-crans en verdeylt in haer Blaederkens. Dat is, myt-geleydt door de manier van Vraghen en Antwoorden, om alsoo aen een ieder ten besten kenbaer maecken, de natuur oft bet wesen van dit beyligh Ghebedt, om best selve meer te beminnen, ende beminnende meer te oeffenen. Quasi plantatio Rosæ in Jericho, Eccl. 24. Gelijck eenen Roosen-plant in Jericho. Gemaeckt door F. Matthæus de Bie predick-Heer, T’Antwerpen, by Joannes Paulus Robyns, op de Jesuite-Pleyn, in S. Joseph, 1711, p. 69.
Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.BL.006829.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans l’image, au-dessus de la rose
Rosa Mijstica
2. Sous le trait carré de l’image
DOMINICE: Predicht den Psalter / Petrus Bouttats fec:

Image
À l’ombre d’une haie et d’un arbre, saint Dominique est couché. Une très grosse rose épanouie pousse de sa poitrine. Près de lui, au premier plan, un bâton posé sur un livre fermé et près de son pied droit le chien enflammant un orbe. Une étoile brille sur son front. Son regard s’élève tant vers la fleur que vers la Vierge Marie apparue dans la nuée pour lui tendre un rosaire. En arrière-plan, sur la gauche, une silhouette, peut-être Dominique lui-même, bâton en main, marche vers une ville (Toulouse[1] ?) située au pied de montagnes.

[1] Le poème sous la gravure évoque la ville de Toulouse.

États
Un seul état : Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : BIB.BL.006829 et DEPD.B1076 ; France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ A 204/53

Commentaire
La page de titre porte une gravure de dimensions similaires et l’ouvrage comporte cinq autres illustrations insérées dans le texte dont celle ici présentée. La gravure de titre et la présente sont signées Petrus Bouttats ; une, page 240, porte la signature Lom[melin] (Adriaen Lommelin, vers 1620-1673), les autres sont sans signature. L’auteur ou/et l’éditeur ont donc choisi d’utiliser au moins une planche déjà gravée antérieurement pour illustrer l’ouvrage qui veut balayer l’histoire du développement du Rosaire et de ses bienfaits dans l’Église.
Les autres ouvrages sur le Rosaire du même auteur n’ont pu être localisés et il n’est donc pas possible d’indiquer si les planches proviennent d’ouvrages rédigés par lui.

Planche p. 171
[La Conversion du blasphémateur par la prédication de saint Dominique (1213)]
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
Burin
C. de pl. : 6,5 x 7,4 cm.