Rosaire


ROSAIRE / MANUEL DE CONFRÉRIE (ANVERS, 1667)

Premier mystère joyeux : l’Annonciation
Aernout LOEMANS (actif à Anvers vers 1632-1661), graveur
1667
Burin
Tr. c. : 8,4 x 5,9 cm

 

 

 

 

 

 

Planche pour Gheestelycke Oeffeningen voor de Ghebroeders ende Ghesusters des H. Roosen-Kransken van de Alder-weerdighste Maghet ende Moeder Godts Maria ; Met een kort begrijp van de Wetten / Privilegien / ende Aftaten der selber Broederschap. Verciert met schoone Consideratien ende fijne Figuren van de vijfthien Mysterien, T’Antwerpen, By Cornelis Woons / op de Melck-marmarckt in de gulde Sterre, 1667, p. 60.
Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : DEPD.B1106.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À gauche : S THOMAS AQVINAS
À droite : ALoemans fe
2. Dans le médaillon
Mariæ, / Angelus nuntiat / ex ea filium Dei / nascitum, obestare / eam, quatentus Chr- /istum, spritualiter / concipere, et in Ve / nerabili Euchristia / eâ quâ par est præ / paratione vale / as percipere

Image
Saint Thomas d’Aquin auréolé de rayons, debout sur la gauche de l’image, tient d’une main une monstrance et de l’autre la rose dans le cœur de laquelle est représentée une Annonciation.
Le saint est également identifiable par le soleil qui brille sur sa poitrine.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer et à prier.

États
Un seul état : Belgique, Gand, Bibliothèque universitaire – cote : DEPD.B1106.

Commentaire
L’ouvrage destiné à la confrérie du rosaire d’Anvers s’ouvre par un frontispice signé Arnold Loemans mettant en scène dans une roseraie le Christ remettant rosaire et rose à sa Mère en présence de deux anges. L’absence de dominicains dans la scène a conduit à ne pas présenter cette pièce dans le catalogue.
Les quinze autres planches de l’ouvrage, gravées elles aussi par Arnold Loemans (seule la première porte sa signature), présentent chacune un mystère du rosaire accompagné par un « saint » de l’Ordre et d’une phrase de méditation. En vis-à-vis de la planche, un court résumé du mystère est proposé, suivi d’une oraison à dire.
Toutes les planches mesurent environ 8,4 x 5,9 cm au trait carré.
Seules la lettre et la description de l’image seront données dans les pages suivantes.

Trois différences sont à noter par rapport aux planches similaires publiées à Bruxelles dans des ouvrages, en français en 1643 et en flamand en 1644 [voir page précédente]. Un seul saint est associé à chaque mystère et ce saint retenu ne correspond pas forcément à l’un des deux saints des ouvrages antérieurs. Autrement dit, l’association d’un saint précis avec un mystère donné ne relève pas d’une codification de la part de l’Ordre. D’autre part, le texte d’accompagnement n’est pas biblique mais spirituel. La troisième différence semble la plus importante dans le cadre de cette étude. Les éditions bruxelloises associaient les femmes aux mystères douloureux. Ici, elles ne sont plus que deux (Catherine de Sienne et Agnès de Montepulciano) mais associées aux deux mystères de la gloire de Marie (Assomption et Couronnement). Ces choix ne sont malheureusement pas justifiés dans le corps de l’ouvrage et il est difficile d’en trouver une juste explication.

DEUXIÈME MYSTÈRE JOYEUX : LA VISITATION (p. 62)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À gauche : S. PETRVS MARTYR
2. Dans le médaillon
Maria / parturientem / Cognatam Elysabeth / visitatiōis, officiotrās / montana dignatur. Ob / testare eam quatenus ad / te crebro / declinet, insi- / diantemquè animæ bêl / hiam indifficili bono- / rum operum partu / calcanco elidat.

Image
Saint Pierre Martyr auréolé de rayons, debout sur la gauche de l’image, tient d’une main la triple couronne de sa sainteté et de l’autre la rose dans le cœur de laquelle est représentée une Visitation.
Le saint est également identifiable au cimeterre qui fracasse sa tête et à l’épée transperçant sa poitrine, instruments de son martyre.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

TROISIÈME MYSTÈRE JOYEUX : LA NATIVITÉ (p. 64)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À droite : S. HYACINTHVS.
2. Dans le médaillon
Maria / in bethleemia / rupe parit mundi / seruatorem obiesta- / re eam quatenus / cum ille antro in tui / cordis, conclaue ad fe- / rat, vbi sit ei præse- / pe casta conscientia / (….) carnis mundi / tia bos et asi volu / ntas et intellec / tus.

Image
Saint Hyacinthe auréolé de rayons, debout sur la droite de l’image, tient d’une main un calice surmonté d’une hostie et de l’autre la rose dans le cœur de laquelle est représentée une Nativité. Une statue de la Vierge Marie à l’Enfant est nichée au creux de son bras gauche. Le saint porte en outre une étole.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

QUATRIÈME MYSTÈRE JOYEUX : LA PRÉSENTATION DE JÉSUS AU TEMPLE (p 66)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À droite : S. ANTONINVS
2. Sur le parchemin sur le plateau droit de la balance
Deo gratias
3. Dans le médaillon
Maria / Iesum suum præ / sentat in templo ob- / testare eam quatenus / In eius misceridetur / amplexus, nec prius / videre mortem, quam sumere, et in comita- / tu benignissimæ matris / conspicare mundi / Redemtorem.

Image
Saint Antonin, évêque de Florence, est présenté portant la mitre et auréolé de rayons. Debout sur la droite de l’image, il tient d’une main une balance sur les plateaux de laquelle s’opposent les fruits du péché et l’action de grâce envers Dieu, celle-ci l’emportant, et de l’autre la rose dans le cœur de laquelle est représentée une Annonciation.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

CINQUIÈME MYSTÈRE JOYEUX : LE RECOUVREMENT (p. 68)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À droite : S. RAYMVNDVS.
2. Dans le médaillon
Maria et / Ioseph elapso, / triduo inueniunt / puerum Iesum in / templo, obtestare vinu- / que quatenus Christū / toties ab delicta perditū / sacro eorum ductu uute- / nias, et firmato meliores / vitæ proposito inueni- / tum numquam / amitias.

Image
Debout sur la droite de l’image, saint Raymond de Peñafort tient d’une main les clefs et les ouvrages liés à son office de pénitencier et de l’autre la rose dans le cœur de laquelle est représentée la scène du mystère.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

PREMIER MYSTÈRE DOULOUREUX : L’AGONIE (p. 70)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À gauche : S. VINCENTIVS.
2. Dans le médaillon
IESVS /tristis usque ad mortem / sanguineo sudore per- / fluit, Die, ei O Domine / stillam saluiuifici sudoris / tui in animam meam in- / funde : Da me calicem tu[m] / accepere, ac dulcissimum / nomen tuum iugitur / inuocare.

Image
Saint Hyacinthe auréolé de rayons, debout sur la gauche de l’image, tient d’une main l’Enfant Jésus bénissant et de l’autre la rose dans le cœur de laquelle est représentée une Annonciation.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

DEUXIÈME MYSTÈRE DOULOUREUX : LA FLAGELLATION (p. 72)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
B. ALBERTVS MAGNVS.
2. Dans le médaillon
Iesus / Flagellis dire / cæsus ultra spla- / garum millia inno / centissimus sustinet / dic ei eo spiritu quo / Seraphieus Bonauen- / tura ah domine nolo / amplius sine vulne- / re viuere, cum te / videeo ita / vulneratum.

Image
En tant qu’évêque de Ratisbonne, Abert le Grand est présenté en aube, avec mitre et crosse. Néanmoins, il porte aussi la chape des dominicains. Tenant la tige de la rose du mystère de la Flagellation, il écrase des serpents symboles des doctrines mauvaises.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

TROISIÈME MYSTÈRE DOULOUREUX : LE COURONNEMENT D’ÉPINES (p. 74)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
B. PIVS V.
2. Dans le médaillon
Iesus / Spinis an oppr / obrium affectati / regni coronatur, dic / ei cum SS. Bernardo / et Catharina Senensi / volo Domine spinas / non diademata : nolo / ah, nolo posthac sub / spinoso capite membrum esse / delicatum.

Image
Conformément à son statut dans l’Église, Pie V porte la tiare et tient la croix papale. Contrairement aux autres saints, il ne tient pas la tige de la rose mais retenant le pan de sa chape dominicaine, il s’accoude au médaillon à la gauche duquel il se tient.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

QUATRIÈME MYSTÈRE DOULOUREUX : LE PORTEMENT DE LA CROIX (p. 76)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
B. LVDOVICVS BERTRANDVS.
2. Dans le médaillon
Iesus, / Baiulat sibi, cru- / cem dic ei, exibo, Do- / mine, ad te extra cas- / tra improprium tuum / portans, curram ala- / criter confidens quod / eris mihi adiutor / qui Dux es et / Præcessor.

Image
Debout sur la gauche, Louis Bertrand regarde le fusil transformé en crucifix qu’il porte. L’autre main soutient une coupe de laquelle sort un serpent, rappelant la tentative d’empoisonnement dont il fit l’objet.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

CINQUIÈME MYSTÈRE DOULOUREUX : LA CRUCIFIXION (p. 78)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À gauche : B. IACOBVS VENETVS.
2. Dans le médaillon
Iesus / Affixus cruci ex- / spirat. dic ei ; dix- / isti, Domine Iesu, et / ego si exaltatus fuero / a terrâ omnia traham / adme-ipsum. ecce exal- / tatus es , trahe, trahe / etiam me Domine / cum omnibus po- / tentijs meis.

Image
Saint Jacques de Venise, auréolé de rayons, debout sur la gauche de l’image, tient d’une main un lys-crucifix et de l’autre la tige de la rose dans le cœur de laquelle est représentée une Crucifixition.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

PREMIER MYSTÈRE GLORIEUX : LA RÉSURRECTION (p. 80)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
B. AMBROSIVS SENENSIS.
2. Dans le médaillon
Christus / Resurgit à mortu, /vade cum Magdale- / nâ ad sepulchrum et / quiere num quem di- / ligit anima mea vid / istis ; tu ne in lacrymā / contritionis effusus / roga vt Iesus in / corde tuo resurgat.

Image
Saint Ambroise de Sienne auréolé de rayons, debout sur la droite de l’image, rosaire à la ceinture, tient d’une main une branche de lys. La colombe de l’Esprit saint lui parle à l’oreille.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

DEUXIÈME MYSTÈRE GLORIEUX : L’ASCENSION (p. 82)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À droite : B. HENRICUS SVSO.
2. Dans le médaillon
Chritus / Ascendit in Cælos. / Vade cum Apostolis / ad radicem montis, et / Iesum ascendentem ocu- / lis prosequere, ac roga vt / gratiæ et donorum quem / dedit hominibus par- / ticipem ac tandem / suæ gloriæ faciat / te consortem.

Image
La présentation d’Henri Suso est dominée par le monogramme IHS du Christ tout à la fois porté en une boule rayonnante et gravé dans sa poitrine. Le religieux, debout sur la droite de l’image, tient également en main une discipline.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

TROISIÈME MYSTÈRE GLORIEUX : LA PENTECÔTE (p. 84)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
À droite : B. ALANVS.
2. Dans le médaillon
Christus / Mittit spiritu / paracletum qui do- / cet discipulos om- / nia. vade et presta / in oratione cum ijs / et roga, vt ignis di- / uini scintillā tibi / parciatur, quâ il- / lumineris in hac / vmbra mortis, et / solideris in fide

Image
Debout à droite de l’image, le bienheureux Alain de la Roche contemple le mystère tenant d’une main un rosaire et de l’autre la bannière mariale.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

QUATRIÈME MYSTÈRE GLORIEUX : L’ASSOMPTION DE LA VIERGE MARIE (p. 86)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
S. CATHARINA SENENSIS
2. Dans le médaillon
Christus / Gloriosissimam / Matrem dissumit in / cælos Vade, et si hacte- /nus serus fueris, vel cū / Thoma Apostolo sepultæ / Virginis exquare deposi- / tum et quam non in- / uens in sepulchro / venerare residen- / tem in Cælo.

Image
Debout sur la gauche, sainte Catherine de Sienne tient d’une main un lys-crucifix et de l’autre la tige de la rose sur laquelle est représentée l’Assomption.
En bas, à droite, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.

CINQUIÈME MYSTÈRE GLORIEUX : LE COURONNEMENT DE LA VIERGE MARIE (p. 88)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lettre
1. Dans le bas de l’image
B. AGNES DE MONTE POLITIANO
2. Dans le médaillon
Christus / Cum Patre et S. / Spiritu matrem coronat. vade et si potes, / oculos fige in illud iubar / gloriæ et roga per meri- / ta Dei-paræ, quatenus in / pijs operibus ita perse / ueres vt merearis / coronari.

Image
Rayonnante, sainte Agnès de Montepulciano tient d’une main un lys et de l’autre la tige de la rose au cœur de laquelle est figuré le couronnement de Marie. Du même bras, elle porte un panier de fleurs. Un rosaire pend à sa ceinture.
En bas, à gauche, un médaillon entouré d’un rosaire contient le texte à méditer.