Dominique


DOMINIQUE / ŒUVRE REJETÉE (LIÈGE, 1625)

[Saint Dominique recevant l’approbation du pape Honorius III]
Johannes I VALDOR (vers 1580-après 1640), graveur
1625
Burin
Feuille : 11,7 x 8,1 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Ec-69C-FOL (Valdor), n° 829.

© Claire Rousseau

 

 

 

 

Lettre
1. Sur la bulle tenue par le pape
Innocentius / Tertius.
2. Sur l’emmarchement du trône pontifical
LEODII I. VALDOR FEC. C. P.
3. Dans la bordure du médaillon papal, en haut, à gauche
PER INNOCENTIVM III ORDO RENOVATVS EST.
4. Dans la bordure du médaillon papal, en haut, à droite
PER INNOCENTIVM IIII CONFIRMATVS EST
5. Dans la bordure du médaillon papal, en bas, à gauche
A Ioanne 22. Exemptus, et in protectionem papalem susceptus.
6. Dans la bordure du médaillon papal, en bas, à droite
A Benedicto 12 in priuilegijs pristinis confirmatus, nouis illustratus.
7. De part et d’autre de la pointe des armoiries
1625

Image
L’image est compartimentée en trois étages, celui du milieu prenant toute la largeur de la feuille. La scène qui est représentée est celle d’une approbation papale. Sur la droite de l’image, le pape Innocent III, revêtu des insignes de sa charge, trône. Il tend une bulle à triple sceau à deux religieux prosternés à ses pieds. Ceux-ci baisent sa mule. Un cardinal protecteur pose sa main sur la tête de l’un des deux religieux. Sur la gauche, deux abbés ou évêques assistent à la scène.
Aux quatre angles de l’image, des papes sont figurés dans des médaillons. Les inscriptions dans les bordures indiquent leurs noms et leurs bienfaits à l’égard de l’Ordre concerné. En haut, au centre, une croix plate surmontée d’un titulo s’inscrit dans une sorte de cœur de lumière. En bas, au centre, des armoiries sont représentées, sans doute celles du dédicataire.

Armoiries
Armoiries non identifiées.
Devise : CORDE TENVS

États
Premier état : d’après le tome 32 des Hollstein (cliché édité), la croix grecque apposée sur la croix latine est absente. Un exemplaire de cet état est conservé à l’Albertina de Vienne (aucune cote n’est précisée).
Second état, celui décrit : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Ec-69C-FOL (Valdor), n° 829

Bibliographie
1988, HOLLSTEIN, t. 32, p. 91, n° 131

Commentaire
L’estampe pose beaucoup de questions iconographiques et historiques.
L’inventaire Hollstein signale que l’approbation, donnée par bulle, à saint Dominique fut le fait d’Honorius III et non d’Innocent III. La mention du nom de ce dernier sur la bulle serait donc erronée.
Cependant, s’agit-il réellement de saint Dominique ?
La mise en cause de cette identification tient à plusieurs constats :
– le saint ne porte pas d’auréole (ce qui n’est pas un manque invalidant) ;
– le religieux qui se redresse a un scapulaire noir avec une croix grecque dessus, ce qui ne correspond nullement au costume dominicain ;
– cette croix grecque a été intentionnellement ajoutée sur la croix latine. S’agissait-il de faire cesser une confusion ?
– d’Innocent III, l’inscription indique qu’il aurait « rénové » l’Ordre, ce qui est, bien sûr, impossible. Mais quel autre sens donner à la formule « Per Innocentivm III Ordo renovatvs est » ? Celle d’une fondation ?
Pourrait-il s’agir d’un autre Ordre ? L’Ordre des Trinitaires avec, une nouvelle fois, un problème de costume ? Néanmoins cet Ordre fut bien reconnu par Innocent III et porte sur son costume une croix.
À défaut d’informations supplémentaires, ce catalogue propose de rejeter l’hypothèse d’une approbation de l’Ordre des Prêcheurs, pour y voir une scène relative à un autre Ordre médiéval, sans doute celui des Trinitaires. L’un des religieux serait Jean de Matha.