Dominique


DOMINIQUE (PARIS, 1657-1660)

St Dominicvs
Conrad LAUWERS (vers 1632-vers 1685), graveur
D’après Laurent de LA HYRE (1606-1656), peintre
Herman WEYEN (début du XVIIe-1672), éditeur
S. d. [1657-1660]
Burin
Tr. c. : 42,8 x 27,7 cm
États-Unis, New York, Metropolitan Museum of Art, 53.600.270(10).

© Metropolitan Museum

 

 

Lettre
1. Sur le cartel sous les pieds de saint Dominique
St DOMINICVS / ob. an° 1221 æt. 51.
2. Sur la moulure du piédestal, à gauche
Con. Lauwers scul.
3. En bas, à gauche
Herman Weyen ex. cum Priuil. Re.

Image
Sur une avancée de corniche, Saint Dominique se tient debout avec le chien à la torche enflammée à ses pieds. Une étoile brille sur le front du saint. D’une main il retient sa chape et de l’autre il désigne quelque chose ou quelqu’un placé en contrebas, qu’il regarde avec insistance.

États
Un seul état : États-Unis, New York, Metropolitan Museum of Art, 53.600.270(10) ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique), H173576 ; OC-9-FOL. ; Royaume-Uni, Londres, British Museum, 1862, 1108.162

Bibliographie
1953, HOLLSTEIN, t. 10, p. 39, n° 11

Commentaire
L’estampe fait partie d’une série éditée par Herman Weyen, comprenant au moins douze pièces. Une page de titre, signée par Laurent de la Hyre, est parfois donnée à l’ensemble : PORTICVS RELIGIOSA / EFFIGIES EXHIBENS PATRIARCHARVM / VNIVSCVIVSQVE RELIGIOSI ORDINIS / PETRO SEGVIERO / MAGNO GALLIÆ CANCELLARIO / ORTHODOXÆ RELIGIONIS VINDICI SACRORVM OMNIVM ORDINVM PROTECTORI / BENEFACTORI NON PAVCORVM / MVLTORVM RESTAVRATORI PIENTISSIMO. / A Devuotissimo Cliente Hermano Weyen. / D. D. D. / Hæc spatiaturo dat se tibi porticus in qua Inuenies Cœli per tua facta viam. Cependant, dans le cadre de cette étude, une telle page de titre n’a pas été observée. Voir France, Paris, Bibliothèque nationale de France, OC-9-FOL.
Des esquisses sur toile ont été exécutées par Laurent de la Hyre et sont conservées au Département des arts graphiques du musée du Louvre. Celui figurant saint Dominique est coté 34289, recto. Le commentaire de l’inventaire en ligne du département indique : « Gravé en sens inverse et avec quelques changements par Lauwers. Esquisse en relation avec la décoration du réfectoire du couvent des Minimes de la place Royale à Paris peinte entre 1649 et 1652. Le couvent a disparu mais 18 esquisses sur toile ont été conservées. Le choix de la grisaille correspond au vœu des pères, au désir de se situer au-dessous des autres. Il est probable qu’en raison de sa maladie, La Hyre n’exécute pas lui-même les peintures mais qu’il en a fourni les esquisses. (M. Pinault-Sorensen in cat. d’exp. « Laurent de la Hyre », Paris, musée du Louvre, 2009, pp. 75-76) ». Voir Œuvre en rapport ci-après.
Des estampes tirées des esquisses, seules les suivantes ont été visualisées :
– par Jean LENFANT (1606-1656) : Jésus Christ Sauveur du monde ;
– par Nicolas PITAU (1632-1671) : Le Prophète Élie, Saint Antoine (ermite), Saint François d’Assise, Saint Augustin, Bienheureux Jean de Matha, Saint Pierre Nolasque ;
– par Conrad LAUWERS (vers 1632-vers 1685) : Saint Jean Baptiste, Saint Basile le Grand [esquisse absente du Département des arts graphiques du musée du Louvre], Saint Pierre Célestin, Saint Étienne de Grandmont, Saint Dominique.
Le Département des arts graphiques du Louvre conserve également les esquisses suivantes : Saint Odon de Cluny, Saint Jean de Dieu, Saint François de Paule, Saint Romuald de Ravenne, Saint Ignace, Saint Norbert et Saint Bruno.

Œuvre en rapport

[Saint Dominique]
Laurent de LA HYRE (1606-1656)
S. d. [vers 1649-1652]
Huile sur toile
36 x 22 cm
France, Paris, Musée du Louvre, Département des arts graphiques,
Inv. 34289, recto.

© Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais – Cliché M. Beck-Coppola