Dominique


SAINT DOMINIQUE (PARIS, VERS 1634-1640)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[La Vierge Marie et l’Enfant Jésus vénérés par saint Dominique et saint Augustin]
Gilles ROUSSELET (1610-1686), graveur
D’après Grégoire HURET (1606-1670), dessinateur
S. d. [vers 1634-1640]
Burin
C. de pl. : 18,8 x 24,1 cm
Autriche, Vienne, Albertina, t. I, p. 102, n° 206.

© Lauren Laz

Lettre
1. Dans le ciel au centre de la couronne d’épines
IESVS / MARIA
2. Dans le bas de l’image[1]
Huret inuent G Rousselet fecit.
[1] Le cliché est malheureusement coupé.

Image
Au centre de l’image la Vierge Marie est assise sur un socle. Elle est entourée de saint Augustin, à gauche, et de saint Dominique, à droite. Sur son genou droit, elle porte l’Enfant Jésus qui se penche vers saint Augustin tout en regardant, en arrière et au-dessus, la couronne d’épines monogrammée. Les deux saints sont identifiables à leur costume et au fait que saint Augustin tienne en main un cœur enflammé.

États
Un seul état : Autriche, Vienne, Albertina, t. I, p. 102, n° 206

Bibliographie
2015, LAZ, p. 961, n° 513 ; p. 1587, n° 513

Commentaire
Le cliché et les données proviennent du travail de Lauren Laz qui précise : « Par son dessin, la pièce peut être datée des années 1634-1640. Par son style de gravure, étudié avec discernement par Véronique Meyer, elle s’apparente aux alentours de l’année 1638 de l’œuvre de Gilles Rousselet. La couronne d’épines et l’inscription portée dans la lumière ont été réalisées par un tiers ». Description personnelle de l’image.
En complément, il est possible de supposer que cette image fut conçue pour l’Ordre des Prêcheurs. Elle présente d’une part l’auteur de la règle suivie par les frères et les sœurs et, d’autre part, le fondateur. Cependant son format paraît trop grand pour qu’elle puisse avoir servi d’illustration à un livre des constitutions, celles-ci étant très souvent imprimées précédées par le texte de la règle.