Dominique


DOMINIQUE (PARIS, 1686-1704)

Ordo Prædicatorvm Fvndatori
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
François I JOLLAIN (vers 1641-1704), éditeur
S. d. [1686-1704]
Burin
C. de pl. : 32,2 x 19,6 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique).

© Claire Rousseau

 

 

 

 

Lettre
Sous l’image
ST DOMINIQUE fondateur de l’Ordre des freres Précheurs de la noble Maiso[n] des Gusmans, / Naquit en Espagne l’an 1170. apres ses Estudes il fut Chanoine Regulier et Archidiacre de l’Eglise / d’Osme. Il accompagna son Evéque en France ou le Roy de Castille l’envoyoit en Ambassade. / Passant par Tolose il y vit desordres que causoit l’heresie des Albigeois. plein d’un / St Zele il précha contre eux et trauailla a leur Conuersion. Il porta la Reyne Blanche a / la devotion enuers la Ste Vierge. Il accompagna a Rome l’Evéque de Tolose qui alloit / au Concile de Latran, et ayant reçeu la Benediction du Pape il retourna a Tolose ou il jetta / les premiers fondemts de son Ordre sous la Regle de St Augustin. le Pape Honoré III le co[n]firma / le 2e Decemb[re]. 1216. Il mourut a Bologne l’an 1221. le 6. Aoust en tenant le 2d Chapitre de son Ordre / qui a toujours fleury dans les lettres et dans l’exercice de la predication. / AParis chez F. Iollain l’ainé ruë St Iacq., a la Ville de Cologne avec priuil[ege] du Roy.

Image
Au centre, saint Dominique est en plein exercice d’argumentation, l’index droit pointé vers le ciel et la main gauche retenant contre lui un livre fermé. À ses pieds est couché le chien à la torche enflammée. La chape du saint est noire. En arrière-plan, sur la gauche, le saint prêche le rosaire à une assemblée de fidèles, depuis une chaire construite sur une place. Au-dessus des fidèles, la Vierge à l’Enfant, assise dans les nuées, semble approuver par sa présence la prédication du religieux.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique)

Bibliographie
1968, IFF, t. 5, p. 456, n° 6

Commentaire
Le terminus a quo proposé correspond à la reprise par l’éditeur de l’atelier de son père, à la mort de sa mère en 1686. Le terminus ad quem est déterminé par la date de son décès, le 18 avril 1704.