Dominique


DOMINIQUE (PARIS, 1679)

[La Vierge Marie médiatrice]
Johann HAINZELMAN (1641-1693), graveur
D’après Jean-Baptiste de CANY (?-1693), dessinateur
S. d. [1679]
Burin
Épreuve rognée : 21,8 x 15,6 cm

 

 

 

 

 

Frontispice pour Jean CRASSET (1618-1692), La veritable Devotion envers la S. Vierge etablie et defendue. Par le R. Pere J. Crasset, de la Compagnie de Jesus, A Paris, Chez François Muguet, Imprimeur ordinaire du Roy, & de Monseigneur l’Archevesque, ruë de la Harpe, 1679.
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 402 C 221.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sous le trait carré inférieur de l’image
MEDIATRIX NOSTRA, ADVOCATA NOSTRA, TVO FILIO NOS RECONCILIA Bern. Ser.2.aduent[1]. / S. Dominique estant en priere ; vit Jesus-Christ tenant trois jauelots en main qu’il estoit prest de / lancer sur les pecheurs : mais la B. Vierge priant son fils pour eux luy presenta deux de ses / plus fideles seruiteurs St Dominique et St François qui alloient prescher partout la penitence, / & N. S. appaisé par le prieres de sa mere quitta le dessein qu’il auoit pris de perdre le monde / de Cany del. Jean Hainzelman Sculp. S. Anton. 3. p. histor. tit. 73. C. 3[2]

[1] Saint Bernard (1090-1153), Deuxième sermon pour l’Avent.
[2] Saint Antonin de Florence (1389-1459), Somme historique.

Image
Placés dans une nuée légèrement au-dessus du globe terrestre à peine visible, saint François d’Assise et saint Dominique sont agenouillés, tournés vers la Vierge Marie, elle-même agenouillée sur une autre nuée. La Vierge médiatrice est tournée vers le Christ debout dans l’angle supérieur droit. Il tient dans la main gauche les trois javelots dont il souhaite darder la terre.

États
Un seul état : France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : 109109 ; France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 402 C 221 ; C 147

Bibliographie
1968, IFF, 5, p. 199-200, n° 9 (estampe mentionnée par Mariette, Notes mss., t. 7, fol. 4, mais non recensée comme présente dans le fonds de la Bibliothèque nationale de France)

Commentaire
Outre son frontispice, l’ouvrage possède une vignette de titre et deux bandeaux gravés par Jean Le Pautre (1618-1682), ainsi que des bandeaux et des culs-de-lampe non attribués.
Une seconde édition paraît à Paris en 1687 toujours chez François Muguet et avec le même frontispice[1].
L’ouvrage fut repris chez Pierre de Launay à Paris en 1708 avec une copie du frontispice [voir page suivante].
En revanche, les éditions vénitiennes de 1722 et de 1762 n’offrent au titre qu’un emblème jésuite en gravure sur bois[2].
Johann Hainzelman, graveur augsbourgeois, travailla plusieurs années durant à Paris (1671-1687), notamment aux côtés de François de Poilly et de Guillaume Vallet.

[1] France, Troyes, Bibliothèque municipale – cote : k.9.6417 Théologie.
[2] La vera Divozione verso Maria Vergine, Stabilita e difesa dal Rev. Padre Giovanni Crasset Della Compagnia di Gesù, E Tradotta dalla Favella Francese nell’Italiana Da Selvaggio Canturani. Parte Prima [Parte Seconda], Venezia, Nella Stamperia Baglioni, 1722 (Italie, Rome, Biblioteca nazionale centrale – cote : 31.9.A2) ; 1762 (Italie, Foggia, Biblioteca Provinciale la Magna Capitana – cote : F.S. C 3129 F.A.).