Dominique


DOMINIQUE (MADRID, 1649)

[Armamentarium Seraphicum, & regestum uniuersale tuendo titulo Immaculata Conceptionis]
Herman PANNEELS (actif à Madrid, 1638-1650), graveur
1649
Burin
C. de pl. : 28,5 x 19,5 cm

 

 

 

 

 

Frontispice pour Pedro de ALVA Y ASTORGA (1601-1667) ; Juan GUTIÉRREZ (1535 ?-1618) ; Gaspar de LA FUENTE (vers 1596-vers 1665) ; Pedro de VALVÁS (?-?), Armamentarium Seraphicum, & regestum uniuersale tuendo titulo Immaculata Conceptionis, [Matriti], [Ex Typographia Regia], [1649].
France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : D-1108.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sur la colonne
CHRISTI D. / FILII DEI, EIVSQVE / BEATISS. MATRIS / VIRGINIS MARIÆ / GLORIÆ / SVB PHILIPPI IV / REGIS CAT / HOLICI AV / GVSTISSIMA / PROTEC / TIONE
2. Sur la draperie
Sacra Cismontana Familia Ord. Minor. / exhibet Armamentarium Seraphi / cum & Regestum Vniuersale tuendo / titulo Immaculatæ Conceptionis / Herman Paneels. Fecit.
3. Sous le trait carré de l’image
MATRITI EX TYPOGRAPHIA REGIA AN. MDC.XLIX.
4. Sur l’écu, en haut à gauche
Mille / clypei / pendent / ex ea
5. Sur l’écu, en haut à droite
Ædificata / est cum / propug / naculis
6. Sur l’écu juste en-dessous
Omnis / armatura / fortium
7. Sur l’écu, en bas à gauche
Veritas Moysi rubus
8. Sur l’écu, en bas à droite
Ab hyeme gratior

Image
Une tour massive occupe le centre de la composition. Au-dessus d’elle la Vierge immaculée paraît entouré d’anges musiciens, certains tenant des écus. Au-dessus de la tête de la Vierge plane la colombe de l’Esprit. À hauteur du fût de la colonne, saint Dominique (à gauche) et saint François d’Assise (à droite) se donnent la main. Derrière eux s’entassent boucliers et armures. À leurs pieds des écus aux armoiries narratives évoquent des évènements de leur vie. Pour saint Dominique, il s’agit d’une ordalie. Enfin, dans le bas, des angelots tiennent une draperie portant le titre de l’ouvrage et la signature du graveur.

Armoiries
Sous les pieds de la Vierge, armoiries de Philippe IV (1605-1665), roi d’Espagne, dédicataire de l’ouvrage : coupé : I, parti au 1 écartelé de Castille et de Léon, au 2, parti d’Aragon et de Sicile, enté en pointe du coupé de Grenade, sur-le-tout du coupé de Portugal ; II, écartelé au 1 d’Autriche, au 2 de Bourgogne moderne, au 3 de Bourgogne ancien, au 4 de Brabant, sur-le-tout du coupé parti de Flandre et de Tyrol.
Devise : VELLVS VICTORIÆ SIGNVM

États
Un seul état : Espagne, Grenade, Biblioteca del Hospital Real – cote : BHR/A-028-437 ; France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ TH 602/3 (épreuve rognée) ; France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : D-1108

Commentaire
L’ouvrage recueille tous les témoignages susceptibles de défendre la cause de la conception immaculée de la Vierge. Les interventions miraculeuses de la Vierge dans la vie de saint Dominique sont relues en vue de ce but (p. 562-563). Le récit de l’ordalie est emprunté à une version du XIVe siècle qui s’interrogeait sur le contenu de l’ouvrage jeté au feu. Selon l’auteur, l’ouvrage recelait des affirmations sur la conception immaculée de la Vierge, ce qui le sauva du feu.