Dominique


DOMINIQUE (ROME, 1716)

[L’accompagnement de Thérèse d’Avila par saint Dominique]
Arnold VAN WESTERHOUT (1651-1725), graveur
S. d. [1716]
Burin
Tr. c. : 17 x 12,2 cm

 

 

 

 

 

 

Planche n° 32 pour Vita effigiata Della Serafica Vergine S. Teresa di Gesù Fondatrice dell’Ordine Carmelitano Scalzo Dedicata All’Illma et Excellentissima Sigra la Sigra D. Ipolita Lvdovisi Principessa di Piombino, 1716.
Belgique, Bruxelles, KBR, F37196 à F37269. Ici, F37232.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sous le trait carré inférieur de l’image
Post familiare colloquium Christus Teresiæ iubet, ut sua / conferat cum S. Dominico : Hic perpetuum ergà / Reformationem pollicetur auxilium / Arnol. Van Westerhout Scul.
2. Sur la bordure inférieure
.XXXII.

Image
À gauche de l’image, le Christ vu de trois quarts dos apparaît à Thérèse d’Avila, agenouillée au centre de la composition. D’un bras tendu, il lui désigne saint Dominique que Thérèse tient par la main et le lui désigne ainsi comme son ami et auxiliaire pour la réforme. Saint Dominique est lui-même agenouillé sur la droite, tenant une branche de lys sur le bras gauche.

États
Un seul état : Belgique, Bruxelles, KBR, F37196 à F37269

Commentaire
Les apparitions de saint Dominique à Thérèse d’Avila figurent relativement peu dans la gravure flamande et française d’après ce qu’il est possible de recenser dans les fonds d’estampes consultés in situ (Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles, Fonds des estampes des jésuites de Chantilly à la Bibliothèque municipale de Lyon, Fonds d’estampes de la Bibliothèque du Saulchoir à Paris) ou indirectement via les bases de données informatisées (British Museum, Rijksmuseum). Il en ressort que la première Vie illustrée, gravée à Anvers en 1613 par Cornelis Galle et Adrian Collaert ne laisse place qu’à l’apparition de saint Pierre et de saint Paul (sans compter, bien sûr, les apparitions du Christ) et qu’il faut attendre la seconde moitié du siècle et une amplification du nombre des scènes représentées pour que surgissent deux planches faisant figurer saint Dominique. Dans le premier type de planche, le graveur suit fidèlement le récit : le Christ s’en va laissant Thérèse avec son ami saint Dominique. Cette planche figure dans la Vie que le carme Alessio Maria della Passione réédite à Rome en 1670. La Vie comporte 71 gravures, 35 illustrations dont les modèles figuraient déjà dans une Vie de 1653 et 36 nouvelles, certaines attribuées au graveur français Guillaume Vallet (1632-1704), notamment quand la signature figure au registre inférieur. Les illustrations sont accompagnées de sonnets en italien d’Orazio Quaranta[1]. La planche de la rencontre fut reprise une quarantaine d’années plus tard par Arnold Van Westerhout (1651-1727), graveur flamand qui, travaillant à Rome, refondit l’œuvre précédente. L’exemplaire consulté au Cabinet des estampes de la Bibliothèque royale Albert Ier de Bruxelles comporte une planche de dédicace, un titre illustré, 66 planches et les portraits de Jean de la Croix et de Thérèse d’Avila. Outre différentes modifications thématiques, Arnold Van Westerhout apporta à la Vie la finesse et la maîtrise de son burin et des changements de composition. Les planches de cette nouvelle Vie suffirent et ne furent pas accompagnées d’un texte explicatif autre que celui des légendes.

[1] [ALESSIO della PASSIONE], Vita effigiata et essercizi affettivi di S. Teresa di Giesv Maestra di Celeste Dottrina, Per il giorno della sacra Comunione Esposta in Epilogo alla pietà delle Persone diuote della Serafica Vergine, con Rime Del Signor’Abbate, Oratio Qvaranta Da vn Religioso della Riforma Autore dell’altra più diffusa, In Roma, Per il Success. al Mascardi, 1670, p. 198, pl. 37 et sonnet p. 199 (France, Lyon, Bibliothèque municipale – cote : SJ V 230/112). Aucun exemplaire complet de l’édition de 1653 n’a pu être consulté, ce qui ne permet pas de dire si la scène y était déjà présente ou non.

Planche n° 40

[La vision par Thérèse d’Avila des fondateurs d’Ordre]
Arnold VAN WESTERHOUT (1651-1725), graveur
S. d. [1716]
Burin
Tr. c. : 17 x 12,2 cm
Belgique, Bruxelles, KBR, F37240.

 

 

 

 

 

Lettre
1. Sous le trait carré de l’image
Christus Dominus declarat Theresiæ : Quæ pertu= / lerint Fundatores Religionum, eamq[ue] præmonet / asperior a laturam / Arnold. V. Westerhout Scul.
2. Sur la bordure inférieure
.XL.

Image
Sur la gauche de l’image, Thérèse d’Avila est agenouillée devant la marche d’un autel. Face à elle, le Christ apparaît siégeant sur une nuée. De la main gauche il tient un sceptre et son bras repose sur un globe. Bras droit étendu, il désigne à la sainte un groupe de fondateurs d’Ordres apparaissant juste au-dessus de sa tête. Parmi ceux-ci, saint Dominique se distingue par son habit blanc et sa chape noire. Il est le deuxième à partir de la gauche.