Catherine de Sienne


CATHERINE DE SIENNE (ROME, 1656)

[Sainte Catherine de Sienne]
Guillaume VALLET (vers 1634-1704), graveur
S. d. [1656]
Burin
Tr. c. : 18,3 x 14,5 cm environ

 

 

 

 

 

 

Planche pour Paolo FRIGERIO (1605-?), Vita di S. Caterina da Siena, Raccolta nuouamente dalle Opere della Santa, e da ciò, che di lei scrissero i suoi Confessori, & altri, Da Paolo Frigerio Romano, Prete della Congregatione dell’Oratorio, In Roma, Appresso Vitale Mascardi, 1656, reportée en tête d’ouvrage[1].
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 440 C 26.

[1] La place de la planche varie selon les exemplaires consultés.

© Claire Rousseau

Lettre
1. En bas, à droite
Guillelmus Valet Parisiensis Sculpsit
2. En bas, à gauche
Romæ Superior. permissu.

Image
Une couronne à large bordure fleurie forme un cadre ovale au portrait. La sainte y est figurée en ¾ et de trois quarts vers la gauche. Portant sur la tête une couronne d’épines, elle tient en main un grand crucifix qu’elle contemple. Ses mains sont marquées par des stigmates. L’auréole autour de sa tête est créée par un disque blanc duquel partent des rayons qui tapissent tout le fond de l’ovale. Les tailles extérieures à la bordure sont, elles, horizontales.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 440 C 26

Bibliographie
1988, BIANCHI ; GIUNTA, p. 204-205, n° 70

Commentaire
Les portraits encadrés par une large couronne de fleurs sont typiques des créations de l’artiste durant son séjour romain (1655-1661).
Le portrait de la sainte est clairement inspiré des représentations siennoises qui mettent en valeur le costume de la tertiaire avec une guimpe plissée, un voile retombant sur le côté et un manteau posé sur les épaules.