Catherine de Sienne


CATHERINE DE SIENNE (PARIS, 1648)

[Sainte Catherine de Sienne enseignant]
Jean BOULANGER (1608-1680), graveur
S. d. [1648]
Burin
Épreuve rognée : 17,6 x 10,2 cm environ

 

 

 

 

 

 

 

Frontispice pour Louis CHARDON (1595-1651), La Doctrine de Diev enseignee à Saincte Catherine de Sienne de l’Ordre de S. Dominiqve, en forme de dialogve. Donnée au public en nostre langue par le R. P. F. Lovis Chardon, Predicateur, du Conuent du mesme Ordre, en la rüe Neuue S. Honnoré, A Paris, Chez Sebastien Hvré, ruë S. Iacques, au Cœur-Bon, 1648.
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 440 D 92.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Au pied des docteurs
JBoulanger jn et fe.
2. Sur la tablette du dominicain
Moiens / de / perfect
3. Sur le parchemin du chartreux
De la / prouide[nce]
4. Sur la tablette du notaire apostolique
Des / larmes
5. Sous le trait carré inférieur
Le Dieu de toutes choses est son Amant : Elle enseigne sa / doctrine par les Oracles de sa bouche. Sagesse. Ch. 8. V. 4.

Image
Catherine de Sienne se tient debout sur une estrade de pierre, vêtue d’un voile et d’un manteau noirs sur une guimpe et un habit blancs, un rosaire à la ceinture. Elle est couronnée d’épines et ses mains portent des stigmates. Inspirée par l’Esprit divin qui l’illumine sous forme de rayons, elle donne un exposé à trois religieux assis à ses pieds, prenant des notes : à gauche le dominicain Raymond de Capoue, confesseur de la sainte, biographe et maître de l’Ordre, à droite, le chartreux Estienne et un notaire apostolique, selon l’avertissement que l’auteur adresse au lecteur. À gauche, debout derrière la sainte, une religieuse dominicaine écoute l’enseignement.
Le décor de la scène est un portique doublé par une balustrade. Dans la partie supérieure gauche sont dessinées les armoiries de la dédicataire.

Armoiries
Armoiries de la dédicataire, Anne d’Autriche, reine régente : parti de mi-parti de France, qui est d’azur aux trois fleurs de lys d’or et du coupé en chef parti en 1 écartelé en 1 et 4, de gueules au château d’or ouvert et ajouré d’azur et en 2 et 3 d’argent au lion de gueules armé, lampassé et couronné d’or, en 2 parti en 1 d’or à quatre pals de gueules et en 2 écartelé en sautoir d’or aux quatre pals de gueules et d’argent à l’aigle de sable, accompagné en pointe d’argent à une pomme grenade de gueules, tigée et feuilletée de sinople, sur le tout d’argent aux cinq écus d’azur disposés en croix, chaque écu chargé de douze besants d’argent et en pointe écartelé en 1 de gueules à la fasce d’argent, en 2 d’azur semé de fleurs de lys d’or à la bande componée d’argent et de gueules, en 3 bandé d’or et d’azur de six pièces, à la bordure de gueules et en 4 de sable au lion d’or, armé et lampassé de gueules, sur le tout parti d’or au lion de sable armé, couronné et lampassé de gueules et d’argent à l’aigle éployé de gueules, membré et becqué d’or.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 440 D 92

Bibliographie
1951, IFF, t. 2, p. 36, n° 227

Commentaire
Le frontispice est pleinement adapté au propos de l’ouvrage qui présente la pensées catherinienne, valable tant pour son Ordre que pour tous.