Catherine de Sienne


CATHERINE DE SIENNE (ANVERS, AVANT 1612)

[L’échange des cœurs entre Sainte Catherine de Sienne et le Christ]
Philips GALLE (1537-1612), graveur (?) et éditeur
D’après Francesco VANNI (1563-1610), dessinateur
S. d. [avant 1612]
Burin
Épreuve rognée : 26,5 x 19,8 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, BA-17D-Fol., fol. 58.

© Claire Rousseau

 

 

Lettre
1. En bas de l’image
À gauche : Fran. Vannus Senen. Inuent.
Au centre : S. CATHARINA DE SENA.
À droite : Phls Galle excudit.
2. sous le trait carré inférieur, en trois strophes
À gauche : Pectus hians sine corde vides ; sine corde quis ullo / Vidit pectus hians viuere posse modo ? / Ista tamen iuit, quamuis è pectore raptum / Cor sit, et exhaustum vulnere pectus hiet.
Au milieu : Diuino sponsæ patefecit Christus amore / Pectora, Cor Sponsæ sustulit ipse suæ ; / Et cui cælestem cupiebat tradere, vitam / Eripere humanam noluit ante diem
À droite : Et nunc (mirus amor) cœlo delapsus ab alto / (Ò casti pignus nobile coniugij) / Languenti (viden’) erepto pro corde reponit / Purior ut viuat, Cor Deus ipse suum.

Image
Près d’une église, Catherine de Sienne se pâme, soutenue par deux anges. Le Christ, qui lui tient fermement la main, procède à l’échange de leurs cœurs. Aux pieds de Catherine sont renversés une vanité (crâne), un livre ouvert et une branche de lys.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, BA-17D-Fol., fol. 58

Bibliographie
2013, BOORSCH ; MARCIARI, p. 63-66, cat. 7 ; fig. 7, p. 65

Commentaire
L’estampe suit le modèle de Francesco Vanni que Philippe Thomassin (1562-1622) grava lui aussi mais à Rome [voir page précédente]. Philips Galle eut-il un exemplaire du travail de Philippe Thomassin et décida-t-il d’en produire une copie au décor simplifié ? L’intérêt de la famille Galle pour la production d’après Francesco Vanni est certain puisque l’on compte nombre de portraits de Catherine de Sienne et sa Vie en planches adaptée dans un nouveau format.