Catherine de Sienne


ŒUVRE REJETÉE / CATHERINE DE SIENNE (ROME, 1649-1656)

Sainte Catherine de Sienne[1]
François I de POILLY (1623-1693), éditeur
D’après Cornelis BLOEMAERT (1603-1692), graveur
D’après Giulio ROMANO (1492-1546), peintre
S. d. [1649-1656]
Burin
C. de pl. : 28,5 x 21,5 cm
Autriche, Vienne, Albertina, HB155.2, fol. 370.

© Albertina

[1] Titre donné par José Lothe (voir commentaire).

 

Lettre
Sous l’image
Quod fæminæ Deus obtemperet, humilitas absque exemplo ; / Et quod Deo fæmina principetur, sublimitas sine Socio. S. Bernardus / P. Mariette excudit
Notes manuscrites
Sous le trait carré de l’image, à gauche : J. Rom. Pinx.
Sous le trait carré de l’image, à gauche : Fr. Poily sculpsit.

Image
Le cadrage de la scène est serré et ne laisse voir les personnages qu’à mi-corps. Au premier plan, à gauche, la Vierge Marie, cheveux tressés sous son voile, tient l’Enfant Jésus accroupi sur ses genoux. Avec beaucoup d’attention, il passe un anneau au doigt d’une jeune femme agenouillée à leurs côtés. En arrière-plan, derrière la Vierge, un homme barbu, peut-être saint Joseph ou saint Pierre. Du côté de la jeune femme, saint Jean-Baptiste est aisément identifiable à la peau dont il est vêtu et à la croix qu’il tient. Il se courbe pour observer de plus près le don.

États
Un seul état : Autriche, Vienne, Albertina, HB155.2, fol. 370

Bibliographie
1994, LOTHE, p. 152-153, cat. 262 (Mariette, notes manuscrites, t. VI, fol. 283)

Commentaire
Volontairement, nous n’identifions pas la jeune femme à Catherine de Sienne.
La présente estampe est une copie en contrepartie d’une œuvre de Cornelis Bloemaert (voir œuvre en rapport) et, sans doute, faut-il la dater du séjour romain de François de Poilly.
Mariette ne parle que d’une sainte Catherine, sans autre précision. De même, les inventaires du British Museum et du Rijksmuseum à propos de l’estampe de Cornelis Bloemaert présentée ci-après. Quant à l’œuvre peinte de Giulio Romano, elle n’a pu être examinée dans le cadre de cette étude.
La prudence est de mise. Il s’agit éventuellement ici de Catherine d’Alexandrie et non de Catherine de Sienne quand bien même le jeune âge de la femme peut faire penser au désir de consécration de Catherine de Sienne enfant et aux récits qui situent l’événement avant l’entrée de Catherine dans l’Ordre des Prêcheurs.

Œuvre en rapport

[Le Mariage de sainte Catherine]
Cornelis II BLOEMAERT (1602-1692), graveur
D’après Giulio ROMANO (1492-1546), peintre
S. d.
Burin
C. de pl. : 30,5 x 21,5 cm
Pays-Bas, Amsterdam, Rijksmuseum, RP-P-BI-1287.

© Rijksmuseum