Rose de Lima


ROSE DE LIMA (PRAGUE, 1671)

[Sainte Rose de Lima]
Johann Friedrich LEONART (1633-après 1680), graveur
1671
Eau-forte
Épreuve rognée : 21 x 13,7 cm
France, Lyon, Bibliothèque municipale, Fonds des estampes des jésuites de Chantilly, sans cote.

© Claire Rousseau

 

 

 

 

Lettre
Sur la tranche du piédestal
J. F. Leonart f. Pragæ 1671

Image
Rose de Lima est présentée en ¾, de face, légèrement tournée vers la gauche, vêtue de l’habit de son Ordre, avec cependant un voile blanc et le scapulaire passant par-dessus la chape, une couronne d’épines métallique ceignant le front par-dessus le voile blanc. Elle est auréolée. De la main droite, elle présente un bouquet de roses au centre duquel est figuré l’Enfant Jésus assis la bénissant. De la main gauche elle tient un rosaire. Le portrait est entouré d’une couronne de fleurs et de rubans et posé sur une sorte de console murale.

États
Un seul état : France, Lyon, Bibliothèque municipale, Fonds des estampes des jésuites de Chantilly, sans cote

Commentaire
L’état présenté est sans doute avant la lettre qui a dû figurer sur le devant du piédestal.
L’estampe est à mettre en rapport avec celle gravée trois ans plus tôt à Prague pour servir de frontispice à une biographie en allemand de Rose de Lima (voir Œuvre en rapport ci-après). Selon la lettre de ce frontispice, l’estampe fut dessinée d’après l’effigie de Rose conservée au couvent Sainte-Anne des dominicaines de Prague[1].

[1] Le nom complet du couvent était Saint-Jean-Baptiste et Sainte-Anne mais il était le plus souvent désigné par la seconde titulature (voir Anna Petitova-Bénoliel, L’Église à Prague sous la dynastie des Luxembourg : 1310-1419, Hilversum, Verloren, 1996, p. 150).

Œuvre en rapport

B. Rosa à S. Maria
Johann Caspar DOOMS (1597-vers 1675/1685), graveur
1668
Eau-forte et burin
« Planche/page » : 12 x 6,8 cm

 

 

 

 

 

 

Frontispice pour Pervanische Rosen auß dem Lustgarten Deß H. Vatters Domini, das ist : Das Leben und Tugend der seeligen Jungfrauen Rosæ, Auß dem Dritten Orden deß heiligen Dominici, in einer kürtze verfasset/ Und Zu Ehren dieser Seeligen Jungfrauen / von den Geistlichen Jungfrauen deß Ordens deß H. Dominici, bey St. Anna/ in der Alt-Stadt Prag auffgeopffert/ Da sie ihren Festag zum ersten offentlich begiengen, Gedruckt zu Prag/ in der Universität Druckeren/ im Collegio der Societ. Iesu bey St. Clement, 1668.
République tchèque, Prague, Národni knihovna České republiky – cote : 51 F 000024.

© Národni knihovna České republiky