Hyacinthe de Cracovie


HYACINTHE (VENISE ?, 1595-1600)

[Saint Hyacinthe]
Attribué à Johann I SADELER (1550-1600), graveur
S. d. [1595-1600]
Burin
C. de pl. : 19,5 x 15,3 cm
Pays-Bas, Amsterdam, Rijksmuseum, RP-P-OB-5892.

© Rijksmuseum

 

 

 

 

Lettre
Partant de la bouche de la Vierge
Gaude fili Iacintte, quia orationes tuæ / gratæ su[n]t filio meo, et quidqud ab eo / per me petieris impetrabis.

Image
Saint Hyacinthe est agenouillé dans la partie inférieure droite de l’estampe. Présenté de trois quarts vers la gauche, ses mains sont jointes en prière. La Vierge Marie lui apparaît dans le coin supérieur gauche. Assise dans une nuée au-dessus de l’autel, elle tient l’Enfant Jésus assis sur ses genoux, bénissant le religieux tout en retenant de la main droite un orbe chrétien. Sur le carrelage reposent près de saint Hyacinthe un livre fermé par des fermoirs et une branche de lys. Le monogramme de la Vierge, un M fléché, est aussi inscrit sur le sol.

États
Un seul état : Pays-Bas, Amsterdam, Rijksmuseum, RP-P-OB-5892

Bibliographie
1980, HOLLSTEIN, t. 21, p. 145, n° 367

Commentaire
Si cette estampe est bien de la main de Johann I Sadeler, sans doute faut-il la dater d’avant l’estampe réalisée d’après le tableau de Ludovico Carrache [voir page suivante].
Elle réinterprète les estampes en xylographie exécutées pour illustrer les ouvrages édités à l’occasion de la canonisation de Hyacinthe, le 17 avril 1594. On notera que, selon l’apparent usage en vigueur, Johann I Sadeler a clairement estompé le noir de la chape. Les ombres qui s’y donnent à voir ne sont pas différentes de celles de l’habit blanc porté en-dessous.
L’inventaire Hollstein signale une copie en contrepartie de l’œuvre qui serait placée au centre de dix-huit scènes de la vie du saint (28,6 x 22,1 cm). La lettre mentionnerait explicitement la canonisation de Hyacinthe. Deux exemplaires sont évoqués (à Bruxelles et à Vienne) mais aucun des deux n’a pu être consulté.