Hyacinthe de Cracovie


HYACINTHE (PARIS, VERS 1665 ?)

[Saint Hyacinthe sauvant le Saint-Sacrement et la statue de la Vierge Marie]
Balthasar MONCORNET (1598-1668), éditeur
S. d. [vers 1665 ?]
Burin
Tr. c. : 13 x 9 cm[1]

[1] Informations transmises par la Bibliothèque municipale de Grenoble.

 

 

 

Frontispice pour Oraisons et Litanies dv Glorievx Saint Hyacinthe, de l’Ordre sacré des Freres Prescheurs ; grand fauory de la Mere de Dieu, Refuge des malades, & Consolateur des affligez, A Grenoble, Par Pierre Fremon, Ruë du grand-Puits, s. d.
France, Grenoble, Bibliothèque municipale – cote : U.3888.

© Bibliothèque municipale de Grenoble

Lettre
Dans le bas de l’image à gauche
Moncornet ex

Image
Saint Hyacinthe, en pied, occupe pleinement la hauteur de l’image. Le saint porte une étole par-dessus son habit religieux. De la main droite, il tient un ostensoir et de la gauche une statue de la Vierge à l’Enfant. À ses pieds, sur la droite, une branche de lys est déposée sur un livre fermé. En arrière-plan, sur la droite, l’église ne semble pas en feu. Elle n’est donc pas là pour rappeler le sauvetage de l’ostensoir et de la statue. À gauche, la scène représente vraisemblablement l’un des miracles posthumes du saint.
Dans l’angle supérieur droit, un rideau relevé confère un caractère théâtral à la présentation du saint.

États
Un seul état : France, Grenoble, Bibliothèque municipale – cote : U.3888

Bibliographie
1884, MAIGNIEN, p. 294-295, n° 685

Commentaire
L’apposition de la mention du grenoblois Pierre Fremon sous l’estampe qui accompagne ce livret de huit pages pose question.
Pierre Fremon voulut-il signifier qu’il revendait simplement le livret, imprimé à Paris ? Ou bien, pour orner le livret qu’il imprimait lui-même, commanda-t-il des tirages de l’estampe auprès de Balthasar Moncornet ?
Un seul exemplaire du livret ayant pu être localisé, aucune autre utilisation de l’estampe n’ayant été remarquée, aucun point de comparaison n’est possible.
L’estampe doit être rapprochée de celle figurant Catherine de Sienne et utilisée comme frontispice pour Salomon de PRIEZAC (?-?), La Vie de Sainte Catherine de Sienne. Par le Sieur de Priezac, A Paris, Chez Pierre Collet, en sa Boutique au Palais, en la Gallerie des Prisonniers, à l’Image S. Martin, 1665 [Cat. 52[1]].
Les formats sont identiques ; la composition générale également : au premier plan, au centre, la représentation en pied du saint avec ses attributs, avec, pour décor, un ou deux rideau(x). En arrière-plan des petites scène relatives à la vie du saint ou à ses miracles.
Peut-être y eut-il une série plus ample de saints dominicains. La dater des années 1665 ne prend appui que sur la date d’édition de La Vie de sainte Catherine de Sienne. Les deux exemplaires consultés comportaient le même frontispice.

[1] France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir – cote : 440 D 40.