Hyacinthe de Cracovie


HYACINTHE (?, avant 1594)

[La Vierge Marie apparaissant à saint Hyacinthe]
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d. [1594]
Burin
Feuille : 16,2 x 11,4 cm

 

 

 

 

 

 

Planche pour Guillaume LE BLANC (1561-1601), Gvilielmi Blanci Ivnioris Episcopi Grassensis, et Venciensis, Hyacinthvs siue De Beato Hyacintho Polono, solenni ritu à Clemente VIII. Pontifice Max. XV. Cal. Mai. Ann. MDXCIV. in Sanctorum numerum relato. Libri Dvo, Romæ, Ex Typographia Dominici Basæ, 1594, entre l’épître dédicatoire et le premier livre.
Italie, Rome, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma – cote : 34. 6.D.3.8.
Ici, Royaume-Uni, Londres, British Museum, 1877,0811.1047.

© The British Museum

Lettre
1. Sur le phylactère entre la Vierge et saint Hyacinthe
Gaude fili Hyacinthe quia orationes tuæ gratæ sunt sunt filio meo et q[ui]dq[ui]d ab eo p me pelieris i[m]petrab[is]
2. Sous le trait carré de l’image, au centre
Epigramma Guil. Blanci Iun. Episcopi Grassen et Vencien.
3. Texte du poème
Colonne de gauche : Quid sibi uult ortus Scythicis Hyacinthus in oris ? / An gemma[m] ? an florem ? Quin magè utrumq. Reor. / Late gemma nitet : flos longè spirat odorem. / Luce odor in dubio est, lux an odore prior. / Gemma colore oculos pascit, flos pascit et illos / An gemmæ ? an floris gratior ipse color ?
Colonne de droite : Latius at posthac lucebit carmine gemma, / Versibus et floris longius ibit odor / Gratius et libro studiosos pascet ocellos / Gemmeus ille color, floreus ille color. / Sed gemmam et florem retinebu[n]t sidera semper / Hîc tria restabunt lux, odor atque color.

Image
La scène se déroule à l’intérieur d’une église. Saint Hyacinthe est agenouillé dans la partie inférieure droite de l’image centrale. Présenté de profil vers la gauche, ses mains sont jointes en prière. Le religieux est vêtu des habits de son Ordre. Il est auréolé de rayons. La Vierge Marie lui apparaît debout au-dessus de l’autel, tenant l’Enfant Jésus en ses bras. Elle est entourée de putti qui forment une sorte de mandorle. Le monogramme de la Vierge, un M fléché, est inscrit dans un écusson sur le mur, tandis que le devant d’autel, suivant le poème, est paré d’une bague à gemme et d’un œillet odorant.

États
Un seul état : Italie, Rome, Biblioteca Nazionale Centrale di Roma – cote : 34. 6.D.3.8 ; Royaume Uni, Londres, British Museum, 1877,0811.1047

Commentaire
Si l’estampe ne peut être qualifiée de flamande ou de française, elle fut réalisée pour un français, Guillaume Le Blanc, évêque de Grasse et de Vence, né à Albi et mort à Aix-en-Provence, poète autant que prélat.