Hyacinthe de Cracovie


HYACINTHE (PARIS ?, PREMIÈRE MOITIÉ DU XVIIe SIÈCLE)

S. Hyacinthus
Claude GOYRAND (1610 ?-1662), graveur
S. d. [première moitié du XVIIe siècle]
Burin
Feuille : 17,2 x 10,2 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (Hyacinthe, saint), H 175643.

© Claire Rousseau

 

 

 

 

 

Lettre
1. De part et d’autre des armoiries
S. Haycinthus Ord. Prædicatoru[m] / Illustrissimo D[omi]no D. De Nesmond / Præsidi F Fu[m] P Pu[m] Ru[m] Protectori
2. Dans le cartouche
Loin de nous l’horreur & la crainte. / La mort dans la terre & dans leau. / Ne scauroit trouuer de tombeau. / Qui ne soit ouuert a Jacinthe.
3. Sous le trait carré, à gauche
Cl goyrand f.

Image
Sur les rives de la rivière Raba, près de la ville de Cracovie représentée en arrière-plan sur la gauche, saint Hyacinthe accompagné d’un autre dominicain intervient en faveur d’un jeune homme tombé de cheval. Le cheval semble être emporté par le courant. Le jeune homme est assis sur la rive, jambes pendant dans l’eau. Il est soutenu par une femme âgée, sa mère, Primislave. Saint Hyacinthe le tient par le poignet et le désigne à la Vierge Marie apparaissant avec l’Enfant Jésus dans le coin supérieur gauche. Le saint ordonne au jeune homme qui était mort de se lever. Au-dessus de Hyacinthe un angelot tend une couronne de fleurs et une branche de lys. Des putti sont témoins de la scène.

Armoiries
Armoiries de la famille de Nesmond : d’or à trois cors de sinople liés de gueules disposés deux et un

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (Hyacinthe, saint), H175643

Commentaire
L’estampe servit-elle de frontispice à un ouvrage dédié à un membre de la famille de Nesmond ?
Les armoiries n’ont pu être attribuées à l’un d’eux en particulier même s’il faut exclure ceux devenus évêques puisqu’elles sont surmontées d’un heaume et d’une couronne. De ce fait, elles évoquent davantage François Théodore de Nesmond (1598-1664), chevalier et second président au Parlement de Paris.
Le miracle dessiné montre saint Hyacinthe vivant, intercédant pour le jeune homme tombé de cheval mais un miracle analogue est relaté comme s’étant déroulé au moment de sa mise en bière : « Toute la ville menant vn dueil (sic) commun du trepas de ce sainct Religieux, luy rendit des obseques celebres, ausquelles l’Euesque Pandeta, auec tout le Clergé & le peuple de Cracouie assista, & pour lors vn ieune homme de la ville tombé de cheual mort sur la place, ayant esté apporté aupres de la biere & du cercueil de S. Hyacinthe receut la vie[1] ».

[1] Fidele Rapport de plvsieurs guerisons miraculeuses de diuerses maladies, arriuees depuis peu en la ville d’Angers, & pays d’Anjou, par l’intercession de S. Hyacinthe, Religieux de l’Ordre des Freres Prescheurs, dont l’Autel & Image sont en l’Eglise desdicts freres Prescheurs ditz Iacobins à Angers, A Angers, Chez Anthoine Hernavlt, Imprimeur ordinaire du Roy, 1623, s. p.