Hyacinthe de Cracovie


HYACINTHE (PARIS, APRÈS 1604)

[Saint Hyacinthe]
Jacques I HONERVOGT (vers 1583-vers 1666), éditeur
D’après Ludovico CARRACHE (1555-1619), inventeur
S. d. [1604-1666]
Burin
Épreuve rognée : 19,3 x 15 cm
France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, C 61.

© Claire Rousseau

 

 

 

Lettre
1. Partant de la bouche de la Vierge
Gaude fili Iacinte quia orationes tuæ / gratæ sunt filio meo, et quidquid abeo / per me petieris impetrabis.
2. Dans le bas de l’image, à droite
Iac. Honnervogt exc.

Image
Saint Hyacinthe est agenouillé dans la partie inférieure gauche de l’estampe. Présenté de trois quarts vers la droite, ses bras sont croisés et apposés sur la poitrine pour manifester sa soumission à la Vierge Marie qui lui apparaît dans le coin supérieur droit. Celle-ci, assise, dans les nuées est en compagnie de l’Enfant Jésus nu et debout devant ses genoux. Il désigne de son index droit le pieux religieux.
Il est difficile de comprendre le cadre de cette scène, sorte de terrasse-oratoire ouverte sur un paysage et jouxtant une église dont les colonnes sont visibles sur la gauche.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque du Saulchoir, C 61

Commentaire
La planche est une copie de celle de Raphael Sadeler [voir page]. Elle n’en a cependant pas la finesse d’exécution, l’important espacement des tailles parallèles produisant un quadrillage lâche. L’appréciation peut être inversée en ce qui concerne les visages, plus ronds et charnus, plus agréables.
Il est possible qu’il y ait eu une lettre dans une marge inférieure.