Hyacinthe de Cracovie


HYACINTHE (PARIS, AVANT 1703)

St Hyacinthe
Girard AUDRAN (1640-1703), graveur
D’après Giovanni Francesco BARBIERI (dit le Guerchin, 1591-1666), dessinateur
S. d. [avant 1703]
Eau-forte et burin
Tr. c. : 25,6 x 19,2 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, ED-66(A)-Fol., p. 19.

© Claire Rousseau

 

 

 

Lettre
Sous le trait carré
À gauche : Guerchin jn.
Au centre : ST HIACINTHE
À droite : G. Audran sculp. C P. R.

Image
Saint Hyacinthe est agenouillé sur sa chape dont l’extrémité est relevée, sur la gauche de l’image, en voile de navire et nouée à l’extrémité d’un bâton qui fait office de mât. Le religieux qui traverse ainsi des flots est concentré, visage baissé, sur le crucifix qu’il tient au creux de son bras droit. À noter : le religieux porte un rosaire à la ceinture.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, ED-66(A)-Fol., p. 19

Bibliographie
1939, IFF, t. 1, p. 129, n° 33

Commentaire
La scène dépeinte établit un parallèle, voire une confusion avec Raymond de Peñafort. Cependant le fait de traverser des flots sur une chape fait partie intégrante de la légende de saint Hyacinthe[1]. L’iconographie aurait été plus exacte si saint Hyacinthe avait marché sur les eaux et si ses compagnons avaient, quant à eux, été portés sur sa chape.

[1] Jean-André Faure (1608-1673), Abbregé de la vie, et des miracles de Saint Hyacinthe, Confesseur de l’Ordre des FF. Prescheurs, grand fauory de la Vierge, refuge des malades, & consolateur des affligez, A Paris, Chez Clavde Sonnivs, ruë S. Iacques, à l’Escu de Basle, & Compas d’or, 1638, p. 83-86.