Saint Dominique de Soriano


L’IMAGE DE SAINT DOMINIQUE À SORIANO (ANVERS, AVANT 1676)

Imago S. Dominici In Soriano
Frederik II BOUTTATS (1621-1676/1677), graveur
S. d.
Burin
Feuille : 13,2 x 9 cm ; image au tr. c. : 12,5 x 8,8 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique),
H 173512.

© Claire Rousseau

 

 

 

Lettre
1. Sous l’image
Imago S. Dominici In Soriano, a B. V. Maria allata.
2. En bas de l’image, à gauche
Fred Bouttats fec.

Image
Au centre de l’image, à l’entrée d’un bâtiment, la Vierge Marie couronnée, debout sur un emmarchement arrondi (deux ou trois grades), tend des deux mains une toile à un frère dominicain agenouillé sur la droite. La Vierge est auréolée de rayons. Des rayons jaillissant de nuages depuis l’angle supérieur gauche la désignent et attestent sa nature céleste. Deux saintes l’encadrent. À droite, Marie-Madeleine tient dans la main gauche un vase d’aromates. De l’index droit elle désigne au frère saint Dominique peint sur la toile. À gauche, couronnée, Catherine d’Alexandrie tient dans la main droite l’épée de son martyre dirigée vers le sol et une palme dressée contre son épaule, et du bras gauche, un livre fermé. À ses pieds gît un fragment d’arc de roue dentée. Les deux saintes sont patronnes de l’Ordre des Prêcheurs. Le dominicain tonsuré est en habit de son Ordre, avec la chape. Il tient la main droite en apposition sur la poitrine tandis que de la gauche, il saisit le bas de la toile. Sur celle-ci est représenté saint Dominique en pied, auréolé d’un disque blanc, une branche de lys dans la main droite. Un livre tient debout dans la main gauche, tranches vers le spectateur. Au pied du dominicain, un livre ouvert est posé à même le sol.
Fond : le fond principalement en tailles horizontales laisse voir un peu de paysage et un ciel qui descend au tiers de la hauteur de l’image.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Rd2 Fol. (saint Dominique), H 173512

Commentaire
Le format de l’image fait penser à un frontispice d’ouvrage. Pour l’heure, il n’a pas été possible de déterminer lequel.
La mise au carreau de l’image laisse supposer une volonté de copie sans qu’il soit possible d’en dire plus.
L’image peut être mise en rapport avec les trois précédentes, même si le vêtement de Marie-Madeleine ne flotte pas derrière son épaule.