Saint Dominique de Soriano


L’IMAGE DE SAINT DOMINIQUE À SORIANO (PARIS, 1637)

Imago S. Dominici in Soriano
Jean MATHIEU, dit MATHEUS (vers 1590-vers 1672), graveur et éditeur
S. d. [1637]
Burin
C. de pl. : 10,2 x 7,4 cm

 

 

 

 

 

 

Frontispice pour Louis ROBION (?-1637), Briefve Relation des rares merveilles de l’Image miraculeuse de sainct Dominique, fondateur de l’Ordre des Freres Prescheurs, apportée par la glorieuse Vierge Marie aux Peres du Conuent de sainct Dominique de Soriane au Royaume de Naples, A Paris, Chez Iean Branchv, ruë sainct Iacques, à la Bible d’Or, 1637.
France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : K-15920.

© Claire Rousseau

Lettre
Sous l’image
Imago S. Dominici in Soriano / a B. V. Maria allata / Matheus fecit et ex.

Image
Sur la gauche de l’image, la Vierge Marie couronnée, debout sur un emmarchement arrondi, tend des deux mains une toile à un frère dominicain agenouillé sur la droite. La Vierge est auréolée de rayons. Deux saintes l’encadrent. À gauche, couronnée, Catherine d’Alexandrie tient dans la main droite l’épée de son martyre dirigée vers le sol et la palme des martyrs, et du bras gauche un livre fermé. À ses pieds un arc de roue dentée. À droite, Marie-Madeleine tient dans la main gauche un vase d’aromates. De l’index droit elle désigne au frère saint Dominique peint sur la toile. Les deux saintes sont patronnes de l’Ordre des Prêcheurs. Le dominicain tonsuré est en habit de son Ordre, avec la chape. Il saisit de la main gauche le bas de la toile qui lui est offerte, la main droite étant en apposition sur la poitrine. Sur la toile est représenté saint Dominique en pied, auréolé de rayons, une branche de lys dans la main droite. Un livre tient debout dans la main gauche, tranche vers le spectateur. Au pied du dominicain récipiendaire, un livre ouvert est posé à même le sol, le scapulaire du religieux le couvrant partiellement.
Fond : le fond est vierge dans la partie haute.
Cadre : le cadre de l’image est un ovale

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France – cote : K-15920

Commentaire
L’apparente antériorité de l’estampe parisienne de Jean Matheus ne suffit pas à en faire le modèle des estampes des deux fiches suivantes.