Jean de Cologne


JEAN DE COLOGNE (ROME, VERS 1675)

[Apothéose des Martyrs de Gorcum]
Jean-Baptiste NOLIN (1657-1708), graveur
D’après Jan ZIERNEELS (vers 1646-vers 1678), dessinateur et peintre
1675
Burin
C. de pl. : 55 x 36 cm
Pays-Bas, Briele, Streekarchief Voorne-Putten en Rozenburg, Pr MvG 8.

© Streekarchief Voorne-Putten en Rozenburg

 

 

 

 

Lettre
Sous le trait carré inférieur de l’image
BB. MARTYRVM GORCOMIENSIVM NONA IVLII MDLXXII BRILÆ PASSORVM APOTHEOSIS. / ILLVSTRISSIMO ET REVERENDISSIMO DÑO. D. IOANNI GVALTERO SLVSIO / In utraqo Signatura Sanctm[trait abréviatif sur le m] Dñi llŕi Referendario, eiusdem Prælato Domestico, et a Breuibus Secretario Benefactori Optimo.
[En deux colonnes]
[Colonne de gauche]
Diua triumphales referens hæc Turba Coronas, / Pignora Sunt Fidei Belgica Terra tuæ : / Quæ virtus, et plena Deo constantia terris / Dempsit, Seraphicus Zelus in astra tulit.
[Colonne de droite]
Affixos etenim Christo diuellere, centum / Non potuere minæ, non potuere neces, / Quin Cælum impensæ conquirant foenore vitæ : / Quid valuêre magis. quid voluere minus ?
[Au centre puis à gauche]
Io. Nolin Gall. sculp Superior° permissu Grati animi monumentum D.O.C. Fr. I. D. B. / Io. Ziernel Inu. et pinx.

Image
La scène d’apothéose se déroule dans les cieux et l’image est structurée dans la hauteur. Au plus haut, la Trinité (Christ à gauche, Père à droite, Esprit sous la forme de la colombe au centre) se penche pour accueillir les martyrs montant vers elle. Des anges préparent les palmes (à gauche) et les couronnes (à droite et au centre). Si quelques franciscains sont déjà parvenus à la Trinité, certains sont encore sur les nuages du bas, de sorte que quelques religieux non franciscains se trouvent plus élevés qu’eux. En réalité, c’est tout le groupe qui est en pleine ascension soutenu par des anges qui indiquent du doigt la destination ultime. Jean de Cologne est au premier plan de l’image, à droite, agenouillé sur un nuage, et vu de trois quarts face. Comme ses compagnons il est doté d’une auréole.

Armoiries
En bas, au centre de la légende, armories du dédicataire, le cardinal liégeois Ioannes Gualterus Slusius (1626-1687) : non blasonnées

États
Un seul état : Pays-Bas, Briele, Streekarchief Voorne-Putten en Rozenburg, Pr MvG 8.

Bibliographie
2012, TEPE, p. 130-131, cat. 36

Commentaire
Le postulateur de la cause des bienheureux, le Père Ignatius de Broeyer commanda au parisien Jean-Baptiste Nolin, présent à Rome, l’exécution de cette grande planche représentant l’œuvre de Ian Zierneels réalisée à l’occasion de la béatification. Il est vraisemblable que le religieux souhaita remercier le liégeois Ioannis Gualterus Slusius qui exerçait alors des fonctions à la curie romaine, notamment au Tribunal suprême de la Signature apostolique et qui avait sans doute fait avancer la cause.
Pour une autre interprétation de l’œuvre de Ian Zierneels, voir la page suivante.