Pierre de Vérone


PIERRE DE VÉRONE (ANVERS, 1637)

[Saint Pierre de Vérone]
Cornelis I GALLE (1576-1650) ou Cornelis II GALLE (1615-1678), graveur
D’après Antoine SALLAERT (vers 1580/1585-1650), dessinateur
1637
Burin
Feuille : 49 x 34 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Ec 67a Fol., R139955-235.

© Claire Rousseau

 

 

 

Lettre
1. Dans l’image, en bas à gauche
Ant. Sallarts inuenit.
2. Dans l’image, en bas à droite
C. Galle sculp.
3. Dans la marge inférieure
PERILLVSTRIS AC RME ANTONI TRIEST MERITISSIME GANDENSIVM ANTISTES / Hæc S. PETRI e familia n[ost]ra martyris inclyti effigies, a Nouitiatu FF. Dominicanorum Bruxellensi, tuæ pietati dedicatur, / consecratur. Nec vero alteri deuoueri potuit, debuit, qua milli, qui cum Brugensi Eccl[es]iæ præesset Episcopus, se in mortifero febrium / æstu, cælesti martyris rore non modo refrigeratum, sed et persanatum (extructo ad tanti beneficij memoriam in æde nostra Brugensi / Altari) ostendit. Admitte benignus, et quo soles cultu, venerare, dum te in cælis plenior patroni fauor expectat. / Bruxellis die S. PETRO Sacro 1637. / cum priuilegio.

Image
Au premier plan Pierre de Vérone se tient debout, très légèrement de trois quarts vers la gauche. À la ceinture, il porte un rosaire. Son crâne est fendu par un sabre et sa poitrine transpercée par une épée. Le sang jaillit de ses plaies. De la main gauche il retient contre lui un crucifix et un livre ouvert. De la main droite, il accueille une palme que lui tend un ange. L’ange est aussi en train de lui poser une couronne de feuillage sur la tête. Il lui présentera vraisemblablement les deux autres couronnes, une en or et l’autre de roses. En arrière-plan, sur la gauche, figure la scène du martyre. Pierre de Vérone, attaqué par deux hommes est empoigné et renversé à terre. Un autre dominicain tente de prendre la fuite.

Armoiries
À gauche, armoiries d’Antoine Triest (1577-1657) : de sable au lévrier courant d’argent, accolé de gueules bordé d’or, accompagné en chef de deux cors de chasse d’or liés d’argent, les embouchures à senestre.
À droite, armoiries non déchiffrées : parti, au premier d’azur au lion burelé d’argent et de gueules et couronné d’or, au second d’argent au (?)

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, Ec 67a Fol., R139955-235 ; Rd2 Fol. (Pierre de Vérone, saint), H 180594

Commentaire
Homme lettré et mécène, Antoine Triest (1577-1657) devint évêque de Gand en 1622, après avoir été évêque de Bruges.