Dominique de Saint-Thomas


DOMINIQUE OTTOMAN (ANVERS, AVANT 1676)

Vera effigies Vsmanni Fratris Magni Tvrcæ
GRAVEUR NON IDENTIFIÉ
S. d. [avant 1676]
Burin
Épreuve rognée : 16,4 x 10,4 cm
France, Paris, Bibliothèque nationale de France, N2 Fol. (Dominique Ottomanus), D 128379.

© Claire Rousseau

 

 

 

 

Lettre
Sous le trait carré de l’image
VERA EFFIGIES VSMANNI FRATRIS MAG / NI TURCÆ

Image
Dans un cadre cintré, le jeune « Dominique Ottoman » est présenté à l’intérieur d’une église dont deux grosses colonnes sont visibles en arrière-plan sur la gauche. L’adolescent est debout en ¾ et de trois-quarts vers la droite. Vêtu à l’occidentale, il tient la main droite posée sur la hanche tandis que la gauche tient un crucifix posé sur un autel. L’artiste a ainsi marqué la conversion au christianisme du jeune homme.
Légèrement à cheval sur la bordure inférieure du cadre figurent des armoiries. D’autres sont accrochées au cintre.

Armoiries
Armoiries du bas sans doute celles de Don Balthasar Mercader et de son épouse, Elena Carroz : parti, au un écartelé en sautoir au premier et au quatrième d’or à quatre pals de gueules (qui est d’Aragon), au deuxième et au troisième d’argent à l’aigle de sable becquée et membrée de gueules (qui est de Hofenstaufen), au deux d’or à quatre pals de gueules, au trois d’argent chargé de trois bâtons noueux, au quatre de gueules à trois marcs d’or 2 et 1, et à la devise RES LI FALL .
Armoiries du haut, armoiries d’Usman : D’azur à trois croissants d’argent 2 et 1.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, N2 Fol. (Dominique Ottomanus), D 128379

Commentaire
Le portrait reprend en contrepartie et en moindre facture la copie de l’estampe de Frederik Bouttats [Voir page précédente.