Barthélémy des Martyrs


BARTHÉLÉMY DES MARTYRS (PARIS, AVANT 1721)

Don Fray Bartolome de los Martires
Benoît I AUDRAN (1661-1721), graveur
D’après Philippe de CHAMPAIGNE (1602-1674), peintre
S. d. [avant 1721]
Eau-forte et burin
Image au tr. c. : 16,3 x 13,3 cm ; épreuve : 19 x 14 cm

 

 

 

 

Frontispice pour Vida de D. Fr. Bartholome de los Martires, del Orden de Santo Domingo, Arzobispo de Braga en Portugal, Traducida en Castellano de la que escrivieron en Frances, De Un Modo Nuevo y muy Edificante, Los Reverendos Padres de la misma Orden de Predicadores del Noviciado General del Convento de San Germàn de Parìs. Representada con su espiritu y sus dictamenes, tomados de sus proprios Escritos. Y sacada de la Historia, que en diferentes Lenguas escrivieron graves Autores, de los quales fue el primero el V. Fr. Luis de Granada, En Madrid : En la Imprenta de Manuel Fernandez, 1727.
France, Toulouse, Bibliothèque universitaire – cote : Res Cap B 863 VID (2).
Ici, France, Paris, Bibliothèque Nationale de France, N2-Fol. (Barthélémy des Martyrs), D 083943.

© Claire Rousseau

Lettre
1. Sous le portrait, à gauche
B. Audran Sc.
2. En dessous
DON FRAY BARTOLOME DE LOS MARTIRES / de la Orden de S. Domingo Arçobispo y Señor de Braga insigne en / dotrina y Santidad Murio a 16 de Julio de 15 atos 76 años de su edad.

Image
Barthélémy des Martyrs est présenté à mi-corps de trois quarts (presque de face) et le visage très légèrement tourné vers la droite. Il est revêtu des habits liturgiques (aube, chasuble damassée) et porte le pallium réservé, entre autres, aux archevêques métropolitains lorsqu’ils célèbrent. De la main gauche, il tient une crosse. La main droite aux trois premiers doigts levés esquisse un geste de bénédiction. Derrière le coude gauche, une mitre et un crucifix sont posés sur un autel. Le fond est en tailles croisées.

États
Un seul état : France, Paris, Bibliothèque Nationale de France, N2-Fol. (Barthélémy des Martyrs), D 083943 ; Toulouse, Bibliothèque universitaire – cote : Res Cap B 863 VID (2)

Bibliographie
1939, IFF, t. 1, p. 114, n° 73 ; 1991, ROLO, p. 175, n° 414

Commentaire
En dépit d’un emploi posthume, l’estampe doit être attribuée à Benoît I Audran et datée, peut-être, de l’année de son décès.
Elle reprend celle de Jean Boulanger tout en ne mentionnant pas Philippe de Champaigne [voir page 4].